Connexion
/ Inscription
Mon espace
ER - Acteurs du secteur financier
ABONNÉS

[Tribune] Fintech, conformité et Covid-19

Tribune de Charles Delingpole, Président et fondateur de ComplyAdvantage, éditeur de solutions spécialisé dans le filtrage et la surveillance des entités et transactions à haut risque.

La criminalité financière, comme tous les crimes, s’adapte à toutes les situations. Les malfaiteurs profitent de la crise sanitaire mondiale que nous rencontrons aujourd’hui pour appliquer leurs activités criminelles. Par exemple, une région allemande a dû suspendre le financement destiné à aider ses PME car des fraudeurs ont réussi à rediriger ces fonds vers des comptes criminels.

Nous constatons une augmentation des attaques de phishing et de cybercriminalité en général. Pour les contrer, il faut mettre en place de solides mesures numériques et intensifier les mises en garde contre ces tentatives d'hameçonnage.

Côté Fintech, elles risquent d'être exploitées par les mêmes crimes financiers que les institutions financières. Être une Fintech ne signifie pas forcément que leurs défenses contre les crimes financiers sont automatiquement supérieures. Toutefois, cela devrait signifier que l'adhésion interne à des solutions compatibles avec la transformation numérique et l'automatisation est beaucoup plus élevée. Les Fintech n'ont aucune excuse pour être bernées par les crimes financiers, car elles auraient déjà dû prendre les mesures appropriées pour s'en prémunir en filtrant les clients et en surveillant les transactions à l'aide de technologie de dernière génération. De plus en plus de transactions sont effectuées en ligne et, compte tenu de l'aspect numérique écrasant des Fintechs, il est temps qu'elles brillent comme une méthode sûre et efficace de traitement de l'argent.

Pour la conformité financière, les autorités de réglementation du monde entier ont réagi rapidement à l'épidémie du Covid-19. Nombre d'entre eux se sont efforcés de publier rapidement des communications sur les changements en matière de conformité. Il y a eu quelques décisions évidentes, comme la suspension de la surveillance physique, mais les exigences en matière de diligence raisonnable et de vérification ont été réduites dans certaines régions comme le Canada, la Nouvelle-Zélande et Hong Kong. Ces obligations réduites s'accompagnent de réserves, comme l'obligation d'informer l'autorité de régulation de ces questions par courrier électronique et d'avertir que les IF risquent davantage d'être la cible de criminels qu'en temps normal. FinCEN, l'organisme de réglementation américain, a également prévu des délais raisonnables pour les obligations de conformité à la Covid-19.

La conformité financière a déjà fait l'objet d'efforts de modernisation dans certaines régions. Les procédures de connaissance électronique du client (e-KYC) ont été encouragées par le GAFI avant et pendant la pandémie. Des marchés comme Singapour, l'Inde et le Royaume-Uni ont adopté l'e-KYC, de sorte que la possibilité technique d'intégrer de nouveaux clients ne devrait pas poser de problème. Mais toutes les institutions financières n'ont pas réussi à rattraper leur retard. La pandémie crée un environnement dans lequel la conformité financière reste largement inchangée, mais les institutions financières sont maintenant contraintes de mettre à jour leurs procédures pour survivre au ralentissement économique.

La distance entre les clients et les entreprises peut être une source de préoccupation pour les fournisseurs de services traditionnels et fintech. Les informations médiatiques négatives et les solutions d'information négative seront d'une valeur inestimable pour ceux qui ont du mal à embarquer les clients à la vitesse grand V. Ces solutions agissent comme un service de conciergerie qui fournit des informations utiles aux responsables de la conformité. Cela signifie que les responsables de la conformité peuvent traiter les demandes et approuver ou refuser de nouveaux clients rapidement. Les clients obtiennent leur argent plus rapidement et tant les fournisseurs de technologies de pointe que les fournisseurs traditionnels peuvent les intégrer avec la certitude qu'aucun crime financier n'est facilité. C'est pourquoi le GAFI recommande depuis si longtemps des solutions médiatiques défavorables. Dans des moments comme celui que nous vivons, il peut y avoir une différence entre une entreprise qui prospère en période de ralentissement économique et une entreprise qui tombe en panne.

Lire la suite...


Articles en relation