Connexion
/ Inscription
Mon espace
BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

Fintech change : C'est l'année de "Build Your Own Bank"

Fintech change : C'est l'année de "Build Your Own Bank"

Par ComplyAdvantage

Nous entrons dans une nouvelle ère technologique. Jusqu'à présent, le livre de jeu a suivi une trajectoire assez prévisible : des start-ups agiles se mettent au travail en perturbant un secteur de la banque et de la finance, soit en créant de nouveaux produits et services pour les clients, soit pour les banques et autres entreprises (c'est-à-dire B2C ou B2B). Viennent ensuite les partenariats et les acquisitions stratégiques, les banques essayant d'imiter - souvent en créant leurs propres accélérateurs - une partie de l'innovation elle-même. En d'autres termes, les entreprises en place et les nouveaux entrants ont à la fois rivalisé et coopéré.

Le changement est arrivé. L'universalité des logiciels en tant que service a annoncé deux grands changements pour les services financiers et leurs clients. Tout d'abord, il rend les nouvelles offres plus horizontales par nature. Les outils de données, par exemple, peuvent être proposés "en tant que service" - via des plateformes ouvertes qui peuvent les rassembler et les analyser en temps réel. Des start-ups comme Eigen Technologies - pour prendre un exemple - utilisent les processus de langage naturel (NLP) pour analyser la documentation, en extrayant de leurs propres documents des pépites d'informations pertinentes pour les clients. Elle ne se contente pas d'offrir cela aux banques - les services professionnels et les cabinets d'avocats sont également des clients. Mais il s'agit d'un outil intersectoriel prêt à l'emploi qui fournit une analyse en tant que service. Les nombreuses sociétés de paiement qui effectuent des paiements pour une multitude de clients (tous secteurs confondus), comme Checkout.com et Stripe, sont également très connues.

Mais le paysage ne devient pas seulement plus horizontal : le deuxième changement est qu'il devient aussi plus vertical. Il existe des sociétés comme la nôtre, ComplyAdvantage, qui offrent des services de conformité aux sociétés de services financiers. La facilité avec laquelle on peut désormais créer un logiciel (tout le monde a accès à Amazon Web Services (AWS)), le coût extrêmement faible de fonctionnement de ce logiciel et le potentiel de distribution quasi illimité signifient que nous assistons déjà à la prolifération de services spécialisés qui - du moins au début - permettent de créer une chose pour un ensemble de clients vraiment bien. Il y a même des entreprises qui s'appuient sur ces services : des entreprises comme Finix ont créé l'infrastructure qui permet à d'autres entreprises de créer des sociétés de paiement verticales, c'est-à-dire des offres de paiement, de facturation et de gestion de la clientèle de bout en bout.

Pourquoi ces changements - l'enracinement d'offres "x-as-a-service" horizontales et verticales gravitant autour des services financiers - rendent-ils possible la création de banques par des particuliers ? Il est clair que ces solutions innovantes facilitent la vie des banques. Il est clair qu'en elles-mêmes, elles offrent un meilleur avenir financier à des millions de personnes (et nous devrions y ajouter les banques numériques et d'autres offres B2C). Mais c'est la partie sur les paiements qui donne un aperçu de l'avenir proche.

La prochaine vague d'innovation dans le système financier consistera à permettre aux organisations non bancaires de tirer plus facilement profit du fait qu'elles détiennent l'argent de leurs clients. Par exemple, une entreprise qui est déjà un marchand officiel ou qui s'occupe du recouvrement pour ses clients a non seulement accès au capital des clients, mais dispose également de données sur les flux de trésorerie et les volumes de transactions. Depuis la crise financière, les volumes de paiements mondiaux ont connu une croissance annuelle régulière à deux chiffres¹, car de plus en plus de personnes effectuent des transactions et disposent des outils nécessaires pour le faire, de plus en plus facilement. Les entreprises qui opèrent dans ce secteur se trouvent donc dans une position intéressante : elles pourraient participer à la construction de banques qui n'ont pas commencé leur vie comme banques.

C'est pourquoi des entreprises comme Stripe ont lancé des cartes pour leurs clients. Ce ne sont pas des banques ; leur activité principale est le paiement, et non pas le fait d'accepter l'argent des clients pour ensuite le prêter. Mais elles déplacent de la valeur, et la technologie leur permet d'en tirer profit. Il y a ensuite des sociétés comme privacy.com, Wirecard et Adyen, par le biais d'Adyen Issuing, qui permet à des sociétés non bancaires qui s'occupent de transactions d'émettre des cartes aux clients, ce qui signifie que ces derniers peuvent dépenser l'argent qu'ils ont en solde et emprunter.

Et certains développements nous font faire un pas de plus, car les logiciels continuent à manger le monde. D'une valeur actuelle de plus de 500 Mds$, le marché croît de 20% chaque année et s'étend à tous les aspects de la vie, nous aidant à vendre, acheter, communiquer et travailler dans le monde virtuel. L'avenir de la fintech ne repose pas uniquement sur les banques ou sur les start-ups innovantes. Il s'étend désormais au monde virtuel et consiste à permettre aux sociétés de logiciels de devenir des spécialistes du paiement. Ensuite, il s'agit de permettre à ces fournisseurs de plus en plus complets - qu'ils desservent plusieurs industries ou un secteur vertical très spécifique - de devenir un tout nouveau type de banque - une banque qui a tout sauf un nom. Et, en attendant, ceux d'entre nous qui s'attachent à garantir la sécurité des transactions sont prêts à passer à l'action, enthousiasmés par le fait que la technologie n'est plus l'apanage des banques ou des jeunes pousses, mais de toute entreprise qui déplace de la valeur.

Lire la suite...


Articles en relation