Connexion
/ Inscription
Mon espace
ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Les portefeuilles des LP ne sont pas prêts pour un ralentissement économique

Selon le Baromètre mondial du capital-investissement publié par Coller Capital, la grande majorité (70 à 80%) des LP d’Amérique du Nord et d’Asie-Pacifique estiment que leurs portefeuilles de capital-investissement doivent être modifiés pour se préparer au prochain ralentissement économique. Les investisseurs européens sont plus confiants, avec seulement 45% d’entre eux qui estiment que leur portefeuille a besoin d’être modifié.

Malgré cette différence, 9 LP sur 10 reconnaissent les risques importants que le contexte macroéconomique actuel et les prix élevés des actifs font peser sur les rendements à moyen terme pour la classe d’actifs. Lorsque le cycle s’inversera, la quasi-totalité des LP s’attendent à une importante différence de rendement entre gérants.

« Nous avons connu l’une des plus longues expansions des marchés boursiers de l’Histoire », déclare Jeremy Coller, directeur des investissements de Coller Capital, « mais les investisseurs savent que cette phase se termine. Ils nous disent que les différences dans la qualité des stratégies et des équipes des gestionnaires entraîneront à nouveau une variation importante des rendements entre les GP - tout comme cela a été le cas au moment de la GFC (Crise financière de 2008) ».

« L’industrie du capital investissement ne cesse d’évoluer, engendrant l’émergence de nouveaux facteurs de disruption potentielle. Alors que la mise en pratique des politiques ESG avait déjà eu un impact significatif pour les acteurs du capital investissement, la prise en compte du changement climatique est aujourd’hui un paramètre important pour les décisions d’investissements des LP », ajoute Francois Aguerre, Partner chez Coller Capital. « L’accès à la classe d’actifs pour les investisseurs particuliers va transformer d’autant plus les relations entre gérants et LP. Celles-ci sont déjà en train d’évoluer, notamment avec l’apparition de T&C de plus en diverses au sein de l’industrie. L’augmentation de la liquidité et donc de la flexibilité sur notre marche devrait faciliter ces transformations ».

Comme on pouvait s’y attendre, les investisseurs prévoient également une différence entre les GP en matière de termes et conditions des fonds au cours des 5 prochaines années. Et ils s’attendent généralement à ce que la balance penche en leur faveur. 3 LP sur 5 espèrent une réduction globale des frais de gestion et un sur cinq prévoit une réduction globale des taux de « carried interest ».


Capital-investissement et changement climatique

Il existe des différences marquées, en fonction de leur pays d’origine, dans l’approche des LP concernant le changement climatique. Près de trois investisseurs sur cinq en Europe et en Asie-Pacifique prévoient de modifier leurs portefeuilles pour lutter contre les changements climatiques au cours des cinq prochaines années - mais moins d’un tiers des investisseurs nord-américains envisagent un changement similaire. Les LP, qui s’attendent à des changements dans leurs stratégies d’investissement, planifient, globalement, de réduire leur exposition au pétrole et au gaz au profit d’investissements dans les énergies renouvelables et les produits et services respectueux du climat.


La réputation du capital-investissement et la « licence d’exploitation »

De nombreux investisseurs - et une grande majorité des LP nord-américains en particulier - affirment que les critiques des responsables politiques et des médias relatives au capital-investissement se sont récemment intensifiées. En outre, les trois quarts des investisseurs, quelle que soit leur région, déclarent qu’il incombe aux associations professionnelles du capital-investissement et du capital-risque nationales et régionales de jouer un rôle plus actif en matière de pédagogie et de diffusion d’informations sur le secteur et de défendre sa légitimité.

Lorsque l’on demande aux LP si le fait « d’expliquer le fonctionnement du capital investissement » sous-entend que les GP devraient divulguer plus de renseignements sur les sociétés de leurs portefeuilles, ils en sont moins sûrs. Ils sont également assez divisés sur la question de savoir si des informations sur les décisions des sociétés de leurs portefeuilles doivent être partagées à un groupe plus large de parties prenantes ou si le maintien du niveau actuel de confidentialité est nécessaire pour que les GP soient en mesure d’apporter des changements rapides.


Les investisseurs particuliers et le capital-investissement

Environ la moitié des LP pensent que des capitaux provenant de particuliers (par exemple, via des fonds d’épargne retraite de type 401K ou équivalent) s’orienteront vers le capital-investissement au cours des prochaines années - toutefois les investisseurs sont loin d’être convaincus du fait qu’il s’agisse d’un développement favorable pour le secteur. En effet, les trois quarts des LP estiment que les placements en capital-investissement ne conviennent pas aux investisseurs privés individuels.

D’autre part, l’idée reçue selon laquelle l’entrée dans la classe d’actifs de gestionnaires multi-stratégies de grande envergure transformerait le business model du capital investissement peine à convaincre les LP : les trois quarts d’entre eux pensent que cela est peu probable dans les cinq prochaines années.


Les marchés émergents du capital-investissement

Selon les investisseurs, l’Asie offre de loin les opportunités d’investissement les plus attrayantes pour le capital-investissement dans les pays émergents au cours des trois prochaines années. Deux tiers ou plus des LP voient des opportunités attrayantes en Asie du Sud-Est, en Chine/Hong Kong/Taïwan et en Inde, contre environ un tiers des investisseurs qui voient de bonnes opportunités en Europe centrale et orientale et en Amérique latine.

De tels jugements sont clairement importants, car deux LP sur cinq déclarent avoir été déçus par la performance de leurs portefeuilles de capital-investissement investi dans les marchés émergents - une situation qui demeure pratiquement inchangée par rapport au Baromètre de l’hiver 2015-16.


Dette privée

Les engagements des LP dans des fonds de dette privée semblent plafonner. En effet, une proportion équivalente d’investisseurs prévoit d’accélérer comme de ralentir le rythme de leurs engagements en dette privée au cours des deux prochaines années. (Dans le Baromètre de l’hiver 2015-16, environ 3 fois plus de LP prévoyaient d’accélérer les engagements plutôt que de les réduire.)

Il est certain que les LP entrevoient des enjeux importants pour la dette privée. Environ trois quarts des investisseurs anticipent une augmentation du niveau de risque lié à la fois à l’augmentation des taux de défaut ainsi qu’à la baisse des taux de recouvrement en raison de structures « covenant-light ». Plus généralement, ils redoutent que l’augmentation du nombre gérants de fonds de dette privée entraîne une baisse générale des rendements. Dans un tel contexte, seulement 1 LP sur 6 affirme qu’il est susceptible d’investir dans un fonds de dette privée de première génération levé par un gérant émergent (« first time fund »).

Engagements et rendement du capital-investissement

Les investisseurs doivent plus souvent que par le passé se contenter d’engagements réduits par rapport à leur engagement souhaité. Plus de la moitié des LP ont vu, à plusieurs reprises, leurs allocations être réduites par le gérant lors du closing final au cours des 12 derniers mois (contre 42% des LP en 2015). Selon les investisseurs, les stratégies où cela se produit le plus souvent sont le capital-risque et le mid-market buyout.

La forte demande des investisseurs le capital-risque, surtout en Amérique du Nord, n’est pas surprenante. Pour la première fois dans l’histoire du Baromètre, les investisseurs s’attendent à des rendements futurs plus élevés pour le capital-risque nord-américain que pour les fonds de LBO nord-américains.


Co-investissements

Le co-investissement continue de gagner en popularité. Près de 70% des investisseurs en capital-investissement co-investissent aujourd’hui aux côtés des gérant, et environ 44% des LP recherchent activement des opportunités de co-investissement. En effet, parmi les plus importants LP, plus du tiers privilégient activement les gestionnaires susceptibles de leur offrir des co-investissements.

La raison la plus souvent invoquée par les LP pour ne pas faire plus de co-investissements est le manque de ressources internes pour respecter les délais d’investissement des gérants.

Lire la suite...


Articles en relation