Connexion
/ Inscription
Mon espace

2ème rapport sur la prise en compte des critères ESG en analyse de risque crédit et en notation

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Les Principes pour l'Investissement Responsable (PRI) publient un nouveau rapport, Shifting perceptions : ESG, credit risk and ratings - part 2 : exploring the disconnectsanalysant les différences entre les investisseurs et les agences de notation mises en exergue dans le précédent rapport, Shifting perceptions: ESG, credit risk and ratings – part 1: the state of play, publié l'année dernière.

Il s’agit d’une étape clé du projet ESG in Credit Ratings InitiativeCe rapport présente les principales conclusions des tables rondes organisées par les PRI, où sont intervenus des professionnels du crédit, de l’investissement et des agences de notation autour de la question des critères ESG.

Les débats ont porté sur les inadéquations entre l’évaluation de l’impact des critères ESG sur le risque de crédit et l'évaluation de l'exposition ESG d'un émetteur obligataire. Les discussions ont également abordé les progrès réalisés par les agences de notation, notamment les plus grands acteurs de ce secteur, sur l’amélioration de leur organisation, de leurs méthodes de recherche et de leur transparence. Les intervenants de la table ronde étaient par ailleurs globalement d’accord sur le fait que même si la prise en compte des risques ESG dans le domaine obligataire est avant tout un outil de gestion des risques, celle-ci devient également une manière d'améliorer les rendements ou les stratégies d'investissement. Les pressions commerciales liées à la hausse de la demande des clients sont également de plus en plus fortes.

Avec le soutien de la Fondation Rockefeller, le dialogue entre investisseurs et agences de notation prôné par les PRI a révélé que certaines différences apparentes entre ces deux types d’acteurs sont en réalité des défis partagés dans la prise en compte des critères ESG.

En plus des observations issues de ces débats, ce nouveau rapport contient des exemples d’opinions et de notes de recherche émises par les agences de notation ainsi que des études de cas démontrant comment les critères ESG peuvent influer sur l'évaluation de la solvabilité. Enfin, le rapport est complété par les résultats d'une enquête à laquelle les participants ont répondu avant d'assister aux tables rondes.

« Les critères ESG ne sont pas nouveaux pour l'analyse du risque de crédit, mais les professionnels commencent clairement à les considérer comme quelque chose de stratégique et de systématique », explique Carmen Nuzzo, Consultante senior des PRI, faisant partie du projet « ESG in Credit Ratings Initiative ». « Le dialogue en cours entre les différents métiers est en train de progresser, mais un travail plus collectif reste encore nécessaire ».


Principales autres conclusions du rapport

- Bien qu'une évaluation des critères de gouvernance ne soit pas nouvelle pour l'analyse du risque de crédit, les investisseurs comme les agences de notation conviennent que la prise en compte des critères environnementaux et sociaux et de leur impact sur les bilans et les projections de flux de trésorerie nécessite encore davantage de travail.

- Les participants ont convenu qu’il n’est pas simple d’identifier l’horizon adéquat pour prendre en compte les critères ESG dans l'analyse du risque de crédit. En raison de la nature multidimensionnelle des critères ESG, les difficultés de modélisation et de prise en compte des interdépendances de données ont été citées parmi les plus grands obstacles à l’évaluation des critères ESG.

- L'expertise et les ressources s'améliorent tant chez les investisseurs que chez les agences de notation. La participation des agences de notation aux tables rondes en témoigne. Néanmoins, la construction d'un cadre formel pour s'assurer que les analystes crédit prennent systématiquement en compte les critères ESG est un travail qui nécessite encore des efforts.

- La communication et la transparence sur les questions ESG ont été limitées jusqu'à récemment, en partie en raison d'un manque de sensibilisation ou d'engagement, mais une amélioration s’observe actuellement. Des inadéquations existent à différents niveaux de la chaîne d'investissement, non seulement entre les investisseurs et les agences de notation, mais aussi entre les propriétaires d'actifs et les gestionnaires d'actifs ainsi que les émetteurs d'obligations.

« Alors que les investisseurs et les régulateurs se concentrent de plus en plus sur le rôle du marché obligataire pour soutenir la finance durable, les résultats de ce rapport soulignent l'importance de notre initiative pour développer les connaissances et encourager l'action », déclare My-Linh Ngo, Directrice de la gestion des risques ESG chez BlueBay AM et Présidente du comité consultatif des PRI sur les notations de crédit. « Ces tables rondes, offrant aux professionnels un temps et un espace précieux pour réfléchir et débattre, devraient être considérés comme un tremplin vers un progrès significatif ».


Le 3ème rapport, qui sera publié en fin d’année, traitera des solutions possibles
qui ont commencé à émerger au cours des discussions.

À ce jour, plus de 130 sociétés d’investissement - totalisant plus de 26 000Mds$ d'actifs sous gestion - ont signé l'ESG in Credit Ratings Statement, ainsi que 15 agences de notation, dont Moody’s Investir Service et S&P Global Ratings, et de petits acteurs régionaux spécialisés. La déclaration reste ouverte aux nouveaux signataires.

www.unpri.org/

 

 

Lire la suite...


Articles en relation