Connexion
/ Inscription
Mon espace

Singapour et la barre des 5 milliards : le XXIe siècle sera le siècle de l’Asie

ABONNÉS

Billet mensuel du docteur Leber, fondateur d’Acatis, société de gestion indépendante allemande. 

Les voyages sont formateurs et c’est pourquoi les visites d’entreprises ou les conférences représentent pour nous une source d’informations intéressante. La conférence asiatique sur l’investissement de Nomura à Singapour appréhende le monde sous un angle inhabituel pour nous. Les visages "pâles" représentent, à cet événement, une infime minorité. Il saute aux yeux que le XXIe siècle sera le siècle de l’Asie.

Singapour est une métropole du futur - un État multiculturel de 6 millions d’habitants. Tout y est propre, il n’y a pas de graffiti, pas de mendiants, pas de junkies, le métro est à l’heure, les escalators fonctionnent, tout est bien signalé. La numérisation complète de l’administration des citoyens est prévue pour 2023. L’architecture est moderne et audacieuse. Quel contraste avec l’Allemagne, où tout fonctionne d’une manière ou d’une autre, mais rien vraiment bien. Singapour planifie l’avenir, l’Allemagne trainasse dans le passé.  Singapour attire les élites. L’Allemagne est attractive pour les personnes dont la deuxième épouse bénéficie également des largesses de l’État social.

Raghuram Rajan, ancien chef de la banque centrale indienne, et Richard Koo, économiste à l’Institut de recherche Nomura, ont clairement indiqué l’existence actuelle d’une lutte de pouvoir entre les États-Unis et la Chine pour la domination politique mondiale. L’imminente rencontre, apparemment anecdotique, entre Donald Trump et Kim Jong-Un (Corée du Nord) à Singapour est une pièce déterminante du puzzle.

La Chine essaie, avec beaucoup de patience et de détermination, d’établir sa domination en Asie. Les recettes et ruses tactiques sont anciennes : vous pouvez les lire dans « L’art de la guerre » de Sun Tsu.

Actuellement, la Chine tente à toute force de faire de Taïwan une partie de la Chine. Les compagnies aériennes internationales sont obligées d’utiliser le nom « Chine » pour désigner Taïwan, des fabricants de T-shirts américains qui représentent la carte de Chine sans Taïwan sont obligés de présenter des excuses publiques, les étudiants taïwanais aux États-Unis sont ignorés par leurs camarades chinois. Parallèlement, la Chine installe des bases militaires sur les barrières de corail en pleine mer.  

Donald Trump s’y oppose vigoureusement de sa manière inimitable.  En effet, si Trump et le leader nord-coréen Kim Jong-un se réconcilient à Singapour, une cale américaine serait poussée juste devant les frontières chinoises. La féroce lutte de pouvoir entre la Chine et les États-Unis est à peine perceptible en surface et peut facilement donner lieu à des fausses interprétations. Pour autant, l’Europe ne joue aucun rôle dans ce jeu de pouvoir.

L’Europe perd son temps. C’est un gros bloc économique en train de s’effriter sur les plans économique et politique. Il lui manque une vision enthousiaste de l’avenir. Un amateur politique comme Trump éclipse l’Europe et la divise avec une facilité déconcertante. L’Europe n’a pas grand-chose à opposer à la guerre douanière et aux sanctions sur l’Iran.  La plupart des innovations technologiques, telles que l’Internet rapide et la téléphonie mobile en 5G, font d’abord leur apparition en Asie. La biotechnologie a été expulsée et c’est en Chine que se développe l’électromobilité.

L’Europe a besoin de dirigeants politiques qui, à l’instar de Singapour, établiront des initiatives d’avenir pour un marché européen moderne, dans un cadre juridique clair et contraignant. Une chose de sûre … on peut également bien vivre en tant qu’élément marginal de la politique mondiale. Il serait toutefois préférable que l’Europe ait un rôle pilote et constructif.

Acatis : Au mois de mai, la société de gestion a franchi la barre des 5 Mds€ d’encours sous gestion ! En 2017, les encours ont progressé de plus d’1 Md€ et c’était la 2ème fois en 5 ans, après 2013. A titre de comparaison, les encours d’ACATIS s’élevaient à 1 Md€  fin 2011.
www.acatis.de

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
« One Belt, One Road » pourrait offrir aux investisseurs des opportunités à long terme

Les dernières évolutions liées à l'initiative Chinoise « One Belt, One Road » (nouvelle route ferroviaire de la soie) valorisent les opportunités au sein du secteur des infrastructures cotées RARE Infrastructure, la filiale de Legg Mason spécialisée dans le secteur des infrastructures cotées au niveau mondial, affirme que la reprise récente des activités liées à l'initiative du gouvernement chinois « One Belt, One Road » (OBOR) pourrait offrir aux investisseurs des opportunités à long terme. La...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Schroders acquiert Thirdrock, gestionnaire de fortune indépendant en Asie

Fondé en 2010 et basé à Singapour, Thirdrock est un gestionnaire indépendant en charge de 3 Mds$ singapourien pour le compte de ses clients au 31 décembre 2018. Suite à cette acquisition, Thirdrock sera fusionné avec les activités existantes de Schroders à Singapour, et opérera sous la marque Schroders. Les employés de Thirdrock, incluant les conseillers et les gérants ainsi que l'équipe de direction, rejoindront les bureaux de Schroders Wealth Management à Singapour. Jason Lai, Directeur...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Placements responsables : les investisseurs particuliers ne craignent pas de moindres performances

Selon l'étude Schroders Global Investor Study 2018, qui a interrogé plus de 22 000 investisseurs de 30 pays, seul un quart des investisseurs particuliers dans le monde affirme craindre que l'investissement durable nuise aux performances de leurs placements, ce qui indique que les investisseurs sont de plus en plus convaincus que des rendements solides et un impact positif ne sont pas mutuellement exclusifs. Les investisseurs européens sont les moins préoccupés à l'échelle mondiale, 23%...