Connexion
/ Inscription
Mon espace

Le CESE prône un effort ciblé d'investissement pour la France

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNÉS

« Mieux investir pour la France » : le Conseil économique, social et environnemental (CESE) prône un effort ciblé d’investissement pour la France.

Sur la base de l’analyse de 10 indicateurs économiques, sociaux et environnementaux complémentaires du PIB, le CESE rend pour la 3ème année consécutive, à la demande du Premier Ministre, son rapport annuel sur l’état de la France (RAEF). Dans ce rapport, le Conseil estime que les plans d’investissements nationaux et européens sont sous-dimensionnéset prône un effort significatif d’investissement pour améliorer les conditions de vie des Françaises et Français, et faire face aux enjeux liés à la transition écologique et énergétique, de révolution numérique et de lutte contre le chômage.

 

Ces investissements ne peuvent néanmoins se concevoir sans concilier discipline budgétaire et maîtrise de l’endettement. Il s’agit dès lors de promouvoir une meilleure sélectivité dans le choix des projets d’investissement, en privilégiant les dépenses susceptibles de stimuler la croissance de long terme. 


Les préconisations du CESE pour construire un avenir ambitieux
 

Accroître l’effort d’investissement. Le CESE est favorable à l’adoption de règles traitant de façon différenciée un certain nombre d’investissements immatériels ou ayant trait à la transition écologique. Il préconise notamment un traitement spécifique de la dette verte, pouvant aboutir à une évolution des critères de déficit et de dettes publics dits de Maastricht.

Améliorer l’efficacité des investissements. Le CESE souhaite améliorer les études d’impacts, d’évaluation et la gouvernance, aller vers de nouveaux modèles de coopération public-privé et engager une commande publique responsable. Il préconise d’étendre aux investissements des collectivités locales l’obligation d’évaluation.

Renforcer les investissements sociaux. Le CESE recommande de consolider les dépenses dans la formation initiale et continue, ainsi que l’accompagnement pour favoriser la montée en compétences.  Il préconise également de résorber le déficit d’investissement dans le périscolaire et l’enseignement supérieur et d’investir dans les dépenses sociales (dépendance, prévention de la pauvreté et lutte contre les inégalités…).

Etendre le rôle des régions. Afin que les régions participent activement au soutien des écosystèmes territoriaux, le CESE recommande une meilleure articulation entre la politique des pôles de compétitivité et le nouveau grand plan d’investissement, pour concentrer les efforts sur l’innovation. Il attire l’attention sur l’urgence de réduire les fractures territoriales.

Renouer avec une véritable politique industrielle Le CESE préconise la définition d’une stratégie industrielle, co-construite par l’Etat, les entreprises et les partenaires sociaux. Le CESE prône également la mise en place d’un environnement favorable à l’investissement productif, à sa rentabilité et efficacité, autant au travers de garanties de l’Etat que par une fiscalité appropriée et des mesures incitatives : orientation de l’épargne, des crédits bancaires…

www.lecese.fr/ 


Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Pour une meilleure réglementation ESG

Par Outi Helenius, Directrice ESG du Groupe Evli L'ESG est source de confusions et d'incertitudes, mais il constitue belle et bien une nouvelle réalité. Il serait toutefois plus judicieux de la part du secteur financier d'établir une standardisation prenant en compte tous les différents éléments et points de vue avant d'imposer une réglementation. Cet été, l'ESG a été au centre des débats dans le secteur de la gestion d'actifs et dans le secteur financier en général. La raison principale de...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
Les facteurs ESG : un remède contre le populisme

Par Nicolas Forest, Directeur de la gestion obligataire chez Candriam  Depuis les années 30, jamais le monde n'a été confronté à un tel essor du populisme. La crise budgétaire italienne des dernières semaines n'est ni un accident, ni une exception ; l'investisseur aurait bien tort de la sous-estimer.  À 8 mois des élections européennes, les mouvements dits « populistes » sont en vogue en Europe : Le Rassemblement National et La France Insoumise en France, La Ligue du Nord et le Mouvement...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Placements responsables : les investisseurs particuliers ne craignent pas de moindres performances

Selon l'étude Schroders Global Investor Study 2018, qui a interrogé plus de 22 000 investisseurs de 30 pays, seul un quart des investisseurs particuliers dans le monde affirme craindre que l'investissement durable nuise aux performances de leurs placements, ce qui indique que les investisseurs sont de plus en plus convaincus que des rendements solides et un impact positif ne sont pas mutuellement exclusifs. Les investisseurs européens sont les moins préoccupés à l'échelle mondiale, 23%...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
CGP, blockchain et ISR : Sigma Gestion cultive ses expertises

la fin d'année est riche en actualités pour Sigma Gestion qui a récemment lancé une grande enquête auprès de 4 000 professionnels de la gestion de patrimoine afin de connaître le niveau d'information de la profession sur le sujet et de pouvoir, ensuite, apporter des réponses adaptées à la profession. La société de gestion travaille d'arrache-pied sur ce segment : En attendant les résultats de l'enquête et afin d'apporter des réponses concrètes à ses partenaires et inves­tisseurs, elle a édité...