Connexion
/ Inscription
Mon espace

"Bricks and Clicks" : le modèle de distribution le plus durable

BE - Financement des intiatives
ABONNÉS

Point de vue de Wim VanHyfte, Responsable de la Recherche et des Investissements ISR de Candriam Investors Group

Le débat sur l’avenir du secteur de la distribution se poursuit, alors même que la frontière entre le commerce physique et le commerce en ligne devient de plus en plus floue. Le commerce électronique représente environ 8,7% des ventes au détail dans le monde et devrait atteindre 15% d’ici 2020. De leur côté, les poids lourds de la distribution en ligne n’ont pas hésité à vanter les bénéfices ESG liés au modèle économique du commerce en ligne.

Quoi qu’il en soit, les solutions durables dans le secteur de la distribution sont plus complexes qu’il n’y paraît à première vue. Nous considérons le commerce électronique comme une innovation de rupture, plus particulièrement son aspect de dématérialisation, qui pourrait être un facteur de transition vers les énergies propres. Comme le montre le MIT Center for Transportation & Logistics, l’utilisation de l’empreinte carbone du scope 1 au scope 3 apparaît comme un moyen efficace pour comparer les impacts environnementaux des activités en ligne et physiques.

En rationalisant les flux de transport et la logistique, l’e-commerce offre une réelle opportunité pour relever les défis environnementaux, notamment les solutions pour le changement climatique préconisées par l’Objectif de développement durable n°13 des Nations unies. Les avantages environnementaux les plus évidents des achats en ligne sont les économies d’énergie et des ressources. La dématérialisation de la distribution traditionnelle évite les émissions de véhicules individuels, qui représentent près des deux tiers des émissions totales liées à la vente physique. Si la livraison occasionne elle aussi des émissions, on estime que la distribution au « dernier kilomètre » économise 24 fois plus d’énergie que si les clients utilisaient leur propre voiture. Elle réduit également les stocks des entreprises, les déchets ainsi que l’énergie nécessaire à l’éclairage et au refroidissement des espaces physiques de vente au détail.

Candriam accorde donc un bonus aux entreprises exposées à la digitalisation dans son analyse macro « Best-in-Class ». Par exemple, les agences de voyages en ligne encouragent indirectement le tourisme de masse dont les impacts environnementaux sont considérables. À ce titre, elles obtiennent un score négatif en termes de changement climatique dans notre évaluation. Toutefois, dans la mesure où il s’agit d’acteurs en ligne, le bonus « e-commerce » dont elles bénéficient améliore le score final de leur modèle économique.

Ni le modèle économique « en ligne » ni le modèle économique « physique » ne sont néanmoins exempts d’émissions de carbone. Pour les détaillants physiques, les transports individuels constituent la principale source d’émissions  pour 80%. Pour les détaillants en ligne, c’est l’emballage qui fait pencher la balance à 65%. Si le commerce en ligne émet moins de carbone que la vente en magasin, plusieurs facteurs peuvent réduire ses avantages environnementaux : méthodes et sites choisis par les clients pour faire leurs achats, modes de livraison (courrier rapide/voie aérienne), échecs de livraison, retours, fréquence des achats et regroupement d’articles par lots, utilisation d’emballages non recyclables et consommation d’énergie des importants réseaux de données et d’expédition. L’analyse micro de Candriam couvre tous ces facteurs endogènes, qui affectent les notes de satisfaction des clients et les ventes futures.

Le processus de recherche ISR de Candriam s’inscrit dans le cadre de notre objectif, à savoir, contribuer au développement d’une économie durable à travers des stratégies d’investissement responsable à long terme. Plutôt que de choisir entre le modèle physique (« bricks ») et le modèle en ligne (« clicks »), nous pensons que le mélange de magasins physiques et de services en ligne offre le modèle économique le plus durable. En effet, ce modèle tend à réduire l’empreinte carbone des entreprises et améliore l’expérience client.

www.candriam.fr/fr/

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Financement des intiatives
ABONNES
Le financement des fintech dans le monde en 2018 et les prévisions pour 2019

KPMG, réseau international de cabinets d'audit et de conseil, publie :- d'une part le bilan des investissements dans les fintech dans le monde via son étude « Pulse of Fintech », et- d'autre part les 10 principales prédictions pour 2019 2018 : Extrait de l'étude « Pulse of Fintech » Dans le monde : 2018, année « blockbuster » ! - Les investissements dans les fintech dans le monde en 2018 atteignent le montant record de 111,8 Mds$ - soit une hausse de +120% vs/ 2017. « Depuis le lancement de...

BE - Financement des intiatives
ABONNES
Apicap vise les 2 milliards d’euros d’actifs investis

Un quadruplement du montant des actifs investis : tel est l'objectif d'Apicap à l'horizon 2024. Avec l'immobilier comme principal vecteur de croissance. Sous la houlette de son nouveau président, Alain Esnault (voir sa biographie au pied de cet article), Apicap a présenté ses  lignes de force et ses ambitions. On parle ici d'une société de gestion indépendante, spécialisée dans le circuit court du capital investissement (capital développement et capital transmission) et en immobilier...

BE - Financement des intiatives
ABONNES
Le Crédit Agricole Auvergne Rhône-Alpes lance un fonds de dette privée

5 caisses régionales du groupe Crédit Agricole en région Auvergne Rhône Alpes - AURA* - et Amundi, s'associent pour lancer le fonds « Dette Privée AURA by CA » dédié au financement de la croissance des entreprises de la région AURA. *AURA : Centre-Est, Centre-France, Loire Haute-Loire, des Savoie et Sud Rhône-Alpes. Une première levée de 60 M€ vient d'être conclue avec la souscription des 5 caisses régionales ; un second tour de table sera réalisé dans le courant de l'année avec des...

BE - Financement des intiatives
ABONNES
Les fondateurs de Julhiet Sterwen innovent avec le programme Share Shares

Les salariés peuvent maintenant accéder au capital de leur entreprise par le biais d‘actions gratuites ou de BSPCE (bons de souscriptions de parts de créateurs d'entreprise). Marc Sabatier et Thierry Auzias, fondateurs et actionnaires principaux de Julhiet Sterwen, à hauteur de 75% du capital, ont choisi d'aller encore plus loin. Ils souhaitaient transmettre concrètement une partie de leur propre capital aux salariés. Mais aucun dispositif existant ne le permettait, les mécanismes traditionnels...