Connexion
/ Inscription
Mon espace

"Bricks and Clicks" : le modèle de distribution le plus durable

BE - Financement des intiatives
ABONNÉS

Point de vue de Wim VanHyfte, Responsable de la Recherche et des Investissements ISR de Candriam Investors Group

Le débat sur l’avenir du secteur de la distribution se poursuit, alors même que la frontière entre le commerce physique et le commerce en ligne devient de plus en plus floue. Le commerce électronique représente environ 8,7% des ventes au détail dans le monde et devrait atteindre 15% d’ici 2020. De leur côté, les poids lourds de la distribution en ligne n’ont pas hésité à vanter les bénéfices ESG liés au modèle économique du commerce en ligne.

Quoi qu’il en soit, les solutions durables dans le secteur de la distribution sont plus complexes qu’il n’y paraît à première vue. Nous considérons le commerce électronique comme une innovation de rupture, plus particulièrement son aspect de dématérialisation, qui pourrait être un facteur de transition vers les énergies propres. Comme le montre le MIT Center for Transportation & Logistics, l’utilisation de l’empreinte carbone du scope 1 au scope 3 apparaît comme un moyen efficace pour comparer les impacts environnementaux des activités en ligne et physiques.

En rationalisant les flux de transport et la logistique, l’e-commerce offre une réelle opportunité pour relever les défis environnementaux, notamment les solutions pour le changement climatique préconisées par l’Objectif de développement durable n°13 des Nations unies. Les avantages environnementaux les plus évidents des achats en ligne sont les économies d’énergie et des ressources. La dématérialisation de la distribution traditionnelle évite les émissions de véhicules individuels, qui représentent près des deux tiers des émissions totales liées à la vente physique. Si la livraison occasionne elle aussi des émissions, on estime que la distribution au « dernier kilomètre » économise 24 fois plus d’énergie que si les clients utilisaient leur propre voiture. Elle réduit également les stocks des entreprises, les déchets ainsi que l’énergie nécessaire à l’éclairage et au refroidissement des espaces physiques de vente au détail.

Candriam accorde donc un bonus aux entreprises exposées à la digitalisation dans son analyse macro « Best-in-Class ». Par exemple, les agences de voyages en ligne encouragent indirectement le tourisme de masse dont les impacts environnementaux sont considérables. À ce titre, elles obtiennent un score négatif en termes de changement climatique dans notre évaluation. Toutefois, dans la mesure où il s’agit d’acteurs en ligne, le bonus « e-commerce » dont elles bénéficient améliore le score final de leur modèle économique.

Ni le modèle économique « en ligne » ni le modèle économique « physique » ne sont néanmoins exempts d’émissions de carbone. Pour les détaillants physiques, les transports individuels constituent la principale source d’émissions  pour 80%. Pour les détaillants en ligne, c’est l’emballage qui fait pencher la balance à 65%. Si le commerce en ligne émet moins de carbone que la vente en magasin, plusieurs facteurs peuvent réduire ses avantages environnementaux : méthodes et sites choisis par les clients pour faire leurs achats, modes de livraison (courrier rapide/voie aérienne), échecs de livraison, retours, fréquence des achats et regroupement d’articles par lots, utilisation d’emballages non recyclables et consommation d’énergie des importants réseaux de données et d’expédition. L’analyse micro de Candriam couvre tous ces facteurs endogènes, qui affectent les notes de satisfaction des clients et les ventes futures.

Le processus de recherche ISR de Candriam s’inscrit dans le cadre de notre objectif, à savoir, contribuer au développement d’une économie durable à travers des stratégies d’investissement responsable à long terme. Plutôt que de choisir entre le modèle physique (« bricks ») et le modèle en ligne (« clicks »), nous pensons que le mélange de magasins physiques et de services en ligne offre le modèle économique le plus durable. En effet, ce modèle tend à réduire l’empreinte carbone des entreprises et améliore l’expérience client.

www.candriam.fr/fr/

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Financement des intiatives
ABONNES
Partenariat BEI / Crédit Mutuel Alliance pour le financement des entreprises

Ambroise Fayolle, Vice-Président de la BEI qui est la BUE et Nicolas Théry, Président du Crédit Mutuel Alliance Fédérale, ont signé une convention de co-financement pour soutenir le développement des PME et des ETI. Cette convention vise plus particulièrement à financer les PME et ETI innovantes et/ou situées dans les régions dites de cohésion dont les demandes de soutien et d'investissement sont très fortes. C'est la première fois que la BEI s'associe avec un acteur bancaire en France pour...

BE - Financement des intiatives
ABONNES
Un fonds de développement dédié à la protection des identités machines

L'inventeur et premier éditeur de solutions axées sur la protection des identités machines, Venafi, lance un fonds de développement dédié à la protection des identités machines dans le cadre de l'évènement en direct « Machine Identity  Protection Live » qu'il consacre à cette thématique. La 1ère tranche de ce fonds, soit 12,5 M$, fait bénéficier les développeurs de l'appui financier de Venafi en vue de contribuer à accélérer le déploiement d'une protection très complète de l'ensemble des...

BE - Financement des intiatives
ABONNES
Vent d’optimisme chez les entrepreneurs financés par France Active !

Résultats d'une grande étude nationale* Pionnier de la finance solidaire depuis 30 ans, France Active, le mouvement des entrepreneurs engagés, évalue tous les 2 ans l'impact de son intervention sur la réussite des projets financés 3 ans auparavant. Des résultats particulièrement encourageants qui démontrent un dynamisme bien supérieur à la moyenne nationale en termes d'emplois et de performance économique. 1 - Un taux de création d'emploi 2 fois supérieur à la moyenne nationaleLes créations et...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Plongée dans l’univers des investissements des entrepreneurs les plus accomplis

La 5ème édition de l'étude « Entrepreneurs BNP Paribas 2019 » de BNP Paribas Wealth Management publie les investissements privés préférés des investisseurs fortunés - les Entrepreneurs « Elite » - et les tendances qui façonnent leurs choix en matière d'allocation de leur portefeuille. Extrait de l'étude 1/ Les actions sont le premier choix de portefeuille des entrepreneurs Élite : en réagissant avec enthousiasme à la hausse des marchés boursiers, ils ont davantage investi en actions...