Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les biotechnologies, un secteur d’avenir

ABONNÉS

 Billet mensuel du Docteur Leber, fondateur d’Acatis, société de gestion indépendante allemande.

Après la blockchain et l’électromobilité, place aux biotechnologies. Trois facteurs viennent se conjuguer : une technologie de séquençage du génome, dont le coût diminue à toute allure, une quantité faramineuse de données génétiques, comme par exemple la base de données de 23andMe* qui contient les données de millions de personnes, et la possibilité de modifier activement le génome (technique CRISPR/Cas).
*23andMe, société de biotechnologie basée à Mountain View en Californie, propose, moyennant finance, une analyse du code génétique des clients.

 

On éprouve un certain malaise à la lecture des rapports scientifiques évoquant des essais génétiques avec des mouches noires qui passent à la couleur jaune et dont les yeux, suite à une expérimentation réussie, rougeoient dans l’obscurité, ou encore lorsque des maladies héréditaires sont supprimées « d’un coup de ciseau » de l’embryon humain par manipulations génétiques.

Pendant des millénaires, les hommes se sont soignés avec une poignée de médicaments. Depuis le milieu du siècle passé, de nombreux médicaments inédits tels que les antibiotiques ont été découverts.

A présent, nous commençons à comprendre comment les médicaments agissent.

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

23andMe détient les données génétiques de 2 millions de clients ayant pour certains répondu à un questionnaire personnel. Il devient ainsi très facile d’identifier l’origine géographique, certaines caractéristiques (par exemple la prédilection génétiquement programmée pour la coriandre) et les causes des maladies. On peut aujourd’hui éliminer ces maladies du code génétique d’un « coup de ciseaux », ou bien modifier les cellules de l’organisme pour qu’elles attaquent et détruisent de manière ciblée certains types de cellules. Nous en sommes désormais au point où l’on peut diagnostiquer un cancer en fonction du profil génétique et non plus de ses manifestations extérieures. Lorsque la probabilité de contracter un cancer s’élève à 80%, il est recommandé de recourir, à l’exemple d’Angelina Jolie, à une opération préventive.

On parvient aussi, depuis peu, à attaquer de manière ciblée les gènes identifiés comme prédisposant au cancer. Des recherches sont conduites dans ce domaine par des entreprises comme Loxo, Juno et Kite. Novartis va prochainement débuter la commercialisation d’un traitement contre la leucémie qui consiste à reprogrammer les cellules T du patient afin d’amener le corps à combattre les cellules malignes, en obtenant dans de nombreux cas une guérison complète. Les coûts du traitement se chiffrent à 300 000$.

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

La société Stratipharm propose un test permettant d’établir selon le profil génétique de l’individu les médicaments qui ont une efficacité supérieure ou moindre qu’à l’ordinaire. Son prix en pharmacie avoisine 500€.

Par une modification ciblée des ribosomes, il est possible de créer de nouveaux antibiotiques à même de vaincre les bactéries habituellement résistantes aux traitements. Du fait de leur faible coût, ils ne sont pas rentables pour les grandes sociétés pharmaceutiques. Le développement de ces produits est donc assuré par de petites entreprises comme Nabriva, Melinta ou Basilea.

Et ce n’est que le début. Le corps humain est extraordinairement complexe et son fonctionnement encore peu élucidé. Mais une technologie peu coûteuse, dont le prix baisse pratiquement d’heure en heure, les importants volumes de données et la possibilité technique d’intervenir de manière ciblée, ouvrent la porte à la médecine prédictive et personnalisée. Sécurité oblige, les moulins de l’industrie pharmaceutique tournent très lentement.

http://www.acatis.de

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...



Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...