Connexion
/ Inscription
Mon espace

[Tribune d'expert] Composites, le matériau du futur ?

BE - Culture & Société
ABONNÉS

« Depuis la fin des années 80, les composites ont conquis 20 à 30% de la structure des avions, plus de 50% de celle des hélicoptères et davantage encore dans les satellites. Cette innovation technologique pousse les industriels à revoir leurs méthodes de travail à tous les niveaux, et en particulier dans les phases de conception et de simulation. Disponibilité, performances, liberté d’action : les composites ont beaucoup à apporter à l’aéronautique. Ils répondent notamment à des besoins techniques complexes qu’aucun autre matériau n’a su combler. Leur grande flexibilité permet de structurer les pièces par dépôt de matière, et donc de modéliser des formes géométriques que l’on ne peut pas produire autrement. Les composites sont-ils le matériau du futur ? »

Le point sur cette technologie avec Thierry Jean, Consultant Senior dans le domaine des Composites chez KEONYS*.


Une technologie qui s’est construite sur ses erreurs

Certains grands industriels de renommée mondiale ont souffert de l’introduction prématurée de certaines technologies. Une innovation majeure ne peut être intégrée dans un programme sans faire les frais d’une expérimentation suffisamment complète afin d’en maîtriser tous les aspects. Par la suite, les composites ont été introduits d’une manière plus structurée pour limiter les risques, en particulier sur des pièces critiques. Ce démarrage difficile a conduit les industriels à mettre en place des processus et des infrastructures spécifiques pour répondre aux exigences de cette technologie.


Alléger la masse et le coût

Au-delà d’une conception flexible, la réduction du poids des pièces et la minimisation des coûts constituent les points forts des composites. Ainsi, un gain de masse atteint en moyenne 25 à 30% et davantage dans certains cas, ce qui génère des économies importantes de carburant.
L’utilisation de composites offre aussi la possibilité d’alléger les processus de fabrication. Un avion compte en moyenne 1,4 million de fixations pour assembler les pièces métalliques. La fabrication de pièces en composites permet de limiter le nombre de pièces à assembler. Le temps de production est ainsi raccourci par les étapes de fixation qui sont rendues inutiles. Depuis une dizaine d’années, ce matériau est en passe de concerner la totalité de l’aéronef en lui donnant un attrait compétitif considérable. Les compagnies aériennes sont d’ailleurs très demandeuses d’un avion encore plus composite ! Le marché mondial des aérostructures composites, qui était de 7,2 Mds€  en 2014, devrait alors atteindre plus de 14,5 Mds€ d’ici 2020.

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 


Composites : du sur-mesure à la production de masse ?

Aujourd’hui, les composites sont présents dans l’aéronautique, l’automobile et de très nombreux autres domaines. Mais ce qui est vrai dans l’industrie classique l’est encore plus pour les composites : il est indispensable de tenir compte du contexte dans la mise en place des solutions, car la méthode de production est complètement dépendante de l’industrie à laquelle on s’adresse.
Pour chaque industrie, les méthodes de design doivent être adaptées aux processus mis en place. Chaque projet soulève une réflexion sur les attentes et les livrables. On ne peut pas copier et coller une méthode - la réplication n’est pas une option. Keonys propose des solutions logicielles et méthodologiques adaptées à chaque contexte industriel.

À titre d’exemple : sur un avion, les composites interviennent aussi bien dans la fabrication de galleys, de cadres, de panneaux de voilure, de sièges que du caisson central Certaines pièces sont unitaires et peuvent être retouchées ; d’autres sont présentes en plus grand nombre. Il est ainsi judicieux d’avoir un design et un processus de fabrication permettant de créer du premier coup la pièce souhaitée. Le design, l’outillage et les méthodes de calculs sont à penser en fonction du projet qui va être lancé. Avec les composites, il faut avoir une approche qui est presque du sur-mesure. L’approche est aussi très différente d’une industrie à l’autre. On ne peut pas imaginer adresser le marché automobile avec les mêmes technologies et process que l’aéronautique car les cycles de production sont beaucoup plus longs.


Les composites ne vont pas remplacer les structures métalliques

Si les composites risquent de gagner davantage de place dans les années à venir, ils ne viendront pas remplacer les autres technologies. Les composites ne sont pas une solution de substitution, mais une solution complémentaire aux matériaux déjà utilisés.
La légèreté et la robustesse des matériaux composites ont permis la réalisation de nombreux projets industriels, qu’il s’agisse du nautisme, de l’aéronautique et de la défense, des biens de consommation et de l’automobile. Le champ d’exploration est encore vaste et suscite de nombreux engouements.

*KEONYS accompagne depuis plus de 20 ans les entreprises dans la mise en place de leurs projets PLM et 3D. 

www.keonys.com


Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Alerte JNA : l’état de santé auditif des jeunes est inquiétant

A 3 semaines de la 22e Journée Nationale de l'Audition, l'association JNA - Association d'alerte et de plaidoyer agissant depuis 22 ans en France - lance une alerte aux pouvoirs publics et aux acteurs de la santé sur l'état de santé des jeunes. Déjà en 2017, l'enquête Ifop - JNA « Smartphone : ami ou ennemi de notre santé auditive ? » apportait un éclairage fort inquiétant, questionnant l'impact des pratiques toxiques d'écoute de musique via les oreillettes sur la santé, en regard de l'enquête...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Esteval Infos - 8 février 2019

Au sommaire de nos publications cette semaine, 58 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Lancement du fonds Candriam Equities L Oncology Impact Dette émergente : une classe d'actifs attrayante pour 2019 Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée rebondit de 2,3 % sur un mois       Une fin d'année 2018 solide pour le marché locatif des bureaux...