Connexion
/ Inscription
Mon espace

Dirigeants : avez-vous pensé à établir votre rapport intégré ?

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

Si certaines grandes entreprises sont désormais soumises à l’obligation d’émettre un rapport extra-financier, des PME commencent à s’engager volontairement dans cette démarche sous la forme d’un rapport intégré.

Michel Gire, associé Baker Tilly France*, spécialiste de la responsabilité sociétale des organisations, explique pourquoi cette démarche préfigure la manière dont les entreprises vont rendre compte de leurs actions dans le futur.

Cette obligation concerne les sociétés cotées pour les exercices ouverts après le 31 décembre 2011, et certaines sociétés non cotées, à partir de l'exercice clos au 31 décembre 2016, pour celles qui atteignent un total du bilan ou un CA supérieur à 100 M€ et qui comptent au moins 500 salariés. Les SAS et les sociétés consolidées n’y sont pas soumises. Ce rapport des données environnementales, sociales et sociétales, appelé également « rapport RSE », doit être audité par un organisme tiers indépendant, accrédité par la Cofrac, qui peut être le commissaire aux comptes - à condition qu’il ait obtenu ladite accréditation.
Il peut participer à la réalisation d’un rapport dit « intégré » qui, lui, a pour objectif de présenter la stratégie de l’entreprise de façon globale et la façon dont elle crée de la valeur à long terme.


Un rapport qui rend compte de l’ensemble de l’activité de l’entreprise

Le rapport intégré a vocation à donner autant de place à des informations plus globales - sociales, environnementales, managériales et stratégiques - que financières. Il s’agit de produire un compte rendu complet de l’année écoulée qui reflète l’ensemble de l’activité de l’entreprise. On resitue l’entreprise dans sa globalité, en présentant sa stratégie, le marché dans lequel elle évolue, son contexte concurrentiel, l’analyse des forces-faiblesses-opportunités-menaces, le management, la politique sociale, la démarche RSE, etc.
Objectif : donner des informations sur la véritable situation de l’entreprise. La situation financière, même complétée avec des annexes, ne peut fournir qu’une information partielle. Beaucoup plus qu’une simple démarche de communication sur le développement durable, le rapport intégré est une démarche de preuve et de transparence. En effet, il doit être pertinent, fiable, comparable d’un exercice à l’autre, et englober un périmètre le plus large possible.

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...


Vers une utilisation progressive et spontanée du rapport intégré

Le rapport intégré se développe beaucoup au-delà du contexte législatif et réglementaire. L’idée est que toutes les entreprises ont un impact sur leur environnement et sur la société en général. Les pays anglo-saxons l’utilisent, et de plus en plus d’entreprises commencent à s’y mettre spontanément. Elles n’y sont pas contraintes, mais elles s’investissent dans la démarche, notamment celles qui sont déjà engagées dans une démarche RSE.
C’est là sans nul doute un modèle de restitution de l’action des entreprises qui va se généraliser dans les années à venir.


Bien réfléchir sur ses propres critères

Le rapport intégré est un rapport intelligent. Chaque entreprise peut créer son rapport en fonction de sa taille, de son activité, de sa stratégie. C’est une démarche qui doit être construite sur le long terme. Il s’agira donc de commencer à bien définir ses propres critères, en réfléchissant sur la manière dont ils pourront être mesurés et comparables dans le temps.
Il n’existe pas de plan type du rapport intégré, chaque entreprise dispose d’une grande liberté, mais on peut par exemple y faire figurer les informations suivantes : l’historique, les chiffres clés, la vision, les valeurs, les thématiques RSE, le diagramme des parties prenantes, la gouvernance, les lignes de services, tout ce qui concerne le personnel (répartition effectifs, hommes-femmes, etc.), la consommation du papier, la consommation électrique, l’analyse SWOT, quelques tableaux synthétiques sur les finances, les marchés, la concurrence, les priorités stratégiques, les perspectives…
Important : diffuser des informations le plus factuelles possibles. Autant le rapport RSE, qui est présenté en même temps que le rapport de gestion, est public, autant le rapport intégré, qui est volontaire, peut être diffusé au choix de l’entreprise aux parties prenantes qu’elle détermine.


Le rapport intégré, futur standard de l’information financière et extra-financière de toutes les entreprises

Il serait souhaitable que les sociétés consolidées et les SAS soient soumises elles aussi à l’obligation d’émettre un rapport RSE (cf. ci-dessus), afin que, progressivement, toutes les entreprises diffusent ce type d’information. Les fédérations professionnelles travaillent sur le sujet.
Il est par ailleurs évident que le rapport intégré est la forme de communication qui va s’imposer demain pour les PME et les ETI ; avec, enfin, des informations pertinentes et complètes, plutôt que de simples chiffres ne présentant qu’une partie de la réalité de l’entreprise.
Quant aux TPE, établir ce type de rapport, certes simplifié, leur permettrait de s’obliger, chaque année, à réfléchir sur leur stratégie et leur positionnement. Que des bénéfices, en sorte…

*Baker Tilly France, réseau fédéraliste de 36 cabinets indépendants répartis sur l'ensemble du territoire français, y compris les départements d'Outre-Mer (Guadeloupe et Réunion) et dans la plupart des pays francophones d'Afrique (Bénin, Cameroun, Côte d'Ivoire, Gabon, Madagascar, Maroc, Tunisie et Sénégal)

http://www.bakertillyfrance.com/fr

 

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Esteval Infos - 8 février 2019

Au sommaire de nos publications cette semaine, 58 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Lancement du fonds Candriam Equities L Oncology Impact Dette émergente : une classe d'actifs attrayante pour 2019 Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée rebondit de 2,3 % sur un mois       Une fin d'année 2018 solide pour le marché locatif des bureaux...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Nominations professionnels du droit

Bernard Cendrier, Senior Advisor opérationnel chez Deloitte Corporate Finance Il apporte à l'équipe animée par Charles Bédier son expertise et sa connaissance, notamment des secteurs de la chimie, du facility management et de l'énergie. Fort d'une expérience de plus de 30 ans, Bernard Cendrier a occupé différentes fonctions de direction chez Gaz de France, Estampille SA, Engie, Desk Finance M&A et Rhodia. En 2008, après la reprise de Rhodia par Solvay, il devient Directeur des Fusions &...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Affacturage : Factofrance accompagne ses clients aux Etats-Unis

Complémentaire à un contrat d'affacturage français ou Paneuropéen, cette offre proposée par Factofrance, acteur dans le secteur de l'affacturage en France, permet aux entreprises éligibles de financer le développement de leurs filiales américaines Les Etats-Unis est un pays d'implantation privilégié des entreprises françaises, où ces dernières réalisent 16% de leur chiffre d'affaires, soit 203 Mds€. Viennent ensuite l'Allemagne avec 117 Mds€ et le Royaume-Uni avec 108 Mds€. Les Etats-Unis...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Bpifrance signe une convention pour accompagner les entreprises à impact social

Christophe Itier, Haut-Commissaire à l'Economie Sociale et Solidaire et à l'innovation sociale, a signé avec Bpifrance une convention de partenariat d'une durée de 3 ans visant à renforcer leur coordination pour accompagner le développement et la croissance des entreprises à impact social. Représentant plus de 200 000 entreprises, 2,3 millions de salariés et près de 10% du PIB en France, ce secteur constitue un levier majeur pour répondre de façon concrète aux défis sociétaux d'aujourd'hui et...