Connexion
/ Inscription
Mon espace

La plupart des sociétés d'investissement tardent à adopter les nouvelles technologies

BE - Culture & Société
ABONNÉS

State Street a identifié trois éléments dont les leaders de l’industrie des services financiers auront besoin pour s'imposer dans la nouvelle ère numérique.
Ce constat est issu d'une enquête internationale menée auprès de 2 000 investisseurs et 500 professionnels de l'investissement, détaillée dans un rapport « Finance Reimagined: Finding Long-Term Value in a Numérique Age » : http://www.statestreet.com/ideas/articles/finance-reimagined.html?cid=PR_EMEA-press-release_financereimagined

 

State Street affirme que les leaders - définis comme ceux qui utilisent les technologies numériques pour transformer leurs activités - excellent sur les « 3 i » de l'univers des données : intégration, intégrité et intelligence : Intégrer les données internes et externes, en extraire une nouvelle intelligence pour alimenter le processus décisionnel, améliorer l'agilité et le centrage sur le client et, par la suite, sauvegarder l'intégrité de ces données par les plus hauts niveaux de cybersécurité.

Malgré l'accélération de l'innovation numérique, nombre de sociétés d'investissement apparaissent comme des « retardataires du numérique » qui ont évolué lentement dans l'adoption des nouvelles technologies par rapport à leurs pairs « leaders du numérique ». Autres constats de l’enquête :
- 64% des leaders appliquent de solides mesures de cybersécurité pour assurer l'intégrité des données contre 22% des retardataires
- 63 % alignent les fonctions de front, middle et back office pour mieux servir leurs clients contre 30% des retardataires
- 63% exploitent pleinement les données et indicateurs d'analyse pour améliorer le processus décisionnel, contre tout juste 24% des retardataires
- 63% ont identifié de nouvelles niches de croissance et de nouveaux segments contre 35% des retardataires
- 52% sont centrés sur la mise en place d'une approche omni-canal intégrée contre tout juste 24% de retardataires.

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

En Europe, les entreprises ont identifié les critères de succès suivants comme les plus importants dans le sens d'une transformation numérique :
- 35% des entreprises valorisent le maintien d'une culture favorable à l'innovation et la collaboration (Amérique du Nord : 27%, Asie-Pacifique : 30%)
- 29% des entreprises envisagent d'organiser une équipe numérique haute performance avec des champions dédiés du numérique : Amérique du Nord 18 %, Asie-Pacifique 27%
- 34% estiment que l'acquisition des meilleurs talents et des bonnes compétences techniques est essentielle au succès : Amérique du Nord  33%, Asie-Pacifique  27%.

Parmi les professionnels de l'investissement interrogés – banques universelles, fonds de placement collectif, sociétés de placements alternatifs et start-ups fintech – 49% déclarent que la technologie est en train de remodeler le marché et 81% pensent que la transformation numérique est importante pour l'avenir de leur organisation.

A la lumière d'une prise de conscience de l'importance de la numérisation, le rapport souligne un certain nombre d'étapes à suivre par les retardataires du numérique pour accélérer leurs cheminement vers un futur numérique, compris les suivantes :
- la redéfinition des compétences technologiques en cherchant au-delà du secteur d'activité pour trouver les bons profils et créer des opportunités de carrière attrayantes pour des talents de haut niveau en démontrant que la numérisation et le centrage sur le client fonctionnent de pair
- la remise en question du modèle opérationnel par l'adoption d'une approche d'innovation agile et à basculement rapide, en envisageant des partenariats avec des entreprises technologiques ou des acquisitions de start-ups qui peuvent aider les organisations à faire un pas en avant vers une culture plus inventive
- la pérennisation de l'architecture numérique en instillant une infrastructure IT qui peut supporter des portefeuilles d'investissements et des obligations réglementaires de plus en plus complexes tout en réalisant des économies
- l'affirmation d'une place de partenaire de confiance dans l'ère numérique en développant un large éventail de procédures qui assurent la bonne protection des données client à travers chaque processus et à tous les niveaux de l'organisation

www.statestreet.com/fr

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...