Connexion
/ Inscription
Mon espace

A quoi servent les « petits boulots » ?

ABONNÉS

Surtout ne répondez pas ex abrupto : « A rien ! » car c'est faux ! Et voici pourquoi.

Tribune de Jean-Pierre LehnischPrésident Directeur Général du Centre National Privé de Formation à Distance* (CNFDI), Docteur d'Etat en droit, Licencié ès lettres.

Tout d'abord, définissons l'expression « petit boulot »....  C'est un « boulot », donc une activité professionnelle.

Mais il est « petit », c'est-à-dire que ce n'est pas un job définitif, qui  n'est pas spécialement valorisant et qui n'est pas forcément en lien direct avec sa formation ou ses objectifs professionnels.


Et pourtant les « petits boulots » ne sont pas à négliger, pour 3 raisons.

1/ Ils permettent d'exercer une activité professionnelle rémunérée. On se lève le matin. On a des horaires à respecter. Il faut bien exécuter les tâches. Tout ceci est important.
2/ C'est une tâche, même petite, qui est souvent indispensable dans l'entreprise concernée : caissier, livreur, veilleur etc… sont des tâches indispensables pour le fonctionnement de l'entreprise. Il n'y a pas de petits métiers dit-on. A la manière du corps humain, tous les organes sont indispensables. Il suffit de souffrir d'un tout petit doigt de pied pour réaliser combien il est indispensable pour la marche !
3/ Ce sont ces « petits boulots » qui, bien souvent, sont des postes d'observation. On bouge, on livre, on circule dans les services. On jauge le type d'activités. Combien de patrons avouent, et en sont très fiers, d'avoir exercé un « petit boulot » avant de devenir « patron » souvent dans le même secteur professionnel, et parfois même dans l'entreprise concernée !

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 


Le piège des petits boulots, supposés passagers, peuvent… durer !

On peut s'habituer facilement à ce type de travail. Là est le piège car ce n'était pas, au départ, en adéquation avec sa formation et ses objectifs professionnels.  Alors que faire ? Faut-il tout lâcher et reprendre son cursus pédagogique ? Certainement pas ! Le meilleur deal avec soi-même est le suivant : continuer son « petit boulot » et préparer en même temps son avenir professionnel : concours d'entrée dans la fonction publique, acquisition de compétences spécifiques, examens d'entrée dans les écoles etc…

Comment étudier, tout en exerçant son « petit boulot »

- Travailler seul en achetant des livres, des cours
 : possible, mais c'est difficile. On n'a pas de feedback  pédagogique pour savoir si on a tout compris. On n'est pas guidé.

- Cours du soir.
Egalement difficile car il y a des problèmes d'horaires et de transport. De surcroît ils sont de plus en plus rares.

- Reste l'enseignement à distance
qui permet de concilier vie professionnelle et cursus pédagogique. Une insomnie à minuit ? On peut travailler sa leçon et envoyer le devoir  réalisé par internet. Grande souplesse et grande efficacité. A l'heure où la mobilité professionnelle est exigée, et où les transitions professionnelles entre deux activités sont nombreuses, l'enseignement à distance est une excellente méthode d'accompagnement.

Voilà pourquoi la formation ouverte à distance se développe, et en particulier en France, 1er pays européen en matière d'enseignement à distance !

* CNFDI : Centre National Privé de Formation à Distance

En savoir plus : https://www.cnfdi.com


Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...