Connexion
/ Inscription
Mon espace

A quoi servent les « petits boulots » ?

ABONNÉS

Surtout ne répondez pas ex abrupto : « A rien ! » car c'est faux ! Et voici pourquoi.

Tribune de Jean-Pierre LehnischPrésident Directeur Général du Centre National Privé de Formation à Distance* (CNFDI), Docteur d'Etat en droit, Licencié ès lettres.

Tout d'abord, définissons l'expression « petit boulot »....  C'est un « boulot », donc une activité professionnelle.

Mais il est « petit », c'est-à-dire que ce n'est pas un job définitif, qui  n'est pas spécialement valorisant et qui n'est pas forcément en lien direct avec sa formation ou ses objectifs professionnels.


Et pourtant les « petits boulots » ne sont pas à négliger, pour 3 raisons.

1/ Ils permettent d'exercer une activité professionnelle rémunérée. On se lève le matin. On a des horaires à respecter. Il faut bien exécuter les tâches. Tout ceci est important.
2/ C'est une tâche, même petite, qui est souvent indispensable dans l'entreprise concernée : caissier, livreur, veilleur etc… sont des tâches indispensables pour le fonctionnement de l'entreprise. Il n'y a pas de petits métiers dit-on. A la manière du corps humain, tous les organes sont indispensables. Il suffit de souffrir d'un tout petit doigt de pied pour réaliser combien il est indispensable pour la marche !
3/ Ce sont ces « petits boulots » qui, bien souvent, sont des postes d'observation. On bouge, on livre, on circule dans les services. On jauge le type d'activités. Combien de patrons avouent, et en sont très fiers, d'avoir exercé un « petit boulot » avant de devenir « patron » souvent dans le même secteur professionnel, et parfois même dans l'entreprise concernée !

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 


Le piège des petits boulots, supposés passagers, peuvent… durer !

On peut s'habituer facilement à ce type de travail. Là est le piège car ce n'était pas, au départ, en adéquation avec sa formation et ses objectifs professionnels.  Alors que faire ? Faut-il tout lâcher et reprendre son cursus pédagogique ? Certainement pas ! Le meilleur deal avec soi-même est le suivant : continuer son « petit boulot » et préparer en même temps son avenir professionnel : concours d'entrée dans la fonction publique, acquisition de compétences spécifiques, examens d'entrée dans les écoles etc…

Comment étudier, tout en exerçant son « petit boulot »

- Travailler seul en achetant des livres, des cours
 : possible, mais c'est difficile. On n'a pas de feedback  pédagogique pour savoir si on a tout compris. On n'est pas guidé.

- Cours du soir.
Egalement difficile car il y a des problèmes d'horaires et de transport. De surcroît ils sont de plus en plus rares.

- Reste l'enseignement à distance
qui permet de concilier vie professionnelle et cursus pédagogique. Une insomnie à minuit ? On peut travailler sa leçon et envoyer le devoir  réalisé par internet. Grande souplesse et grande efficacité. A l'heure où la mobilité professionnelle est exigée, et où les transitions professionnelles entre deux activités sont nombreuses, l'enseignement à distance est une excellente méthode d'accompagnement.

Voilà pourquoi la formation ouverte à distance se développe, et en particulier en France, 1er pays européen en matière d'enseignement à distance !

* CNFDI : Centre National Privé de Formation à Distance

En savoir plus : https://www.cnfdi.com


Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...

BE - Culture & Société
ABONNES
Quelle place pour les énergies renouvelables chez les Français ?

A l'heure du grand débat national, les Français réaffirment leur désir de privilégier les énergies renouvelables pour l'avenir du pays. L'engagement des Français est important sur cette thématique, puisque 67% estiment qu'il leur revient également d'agir à leur échelle. L'amélioration énergétique de leur logement figure parmi les actions les plus citées, devant les changements de comportement en matière de déplacements, mais derrière les résolutions en faveur d'une consommation plus responsable...

BE - Culture & Société
ABONNES
TOP 5 des métiers à impact qui recrutent en 2019.

 Les métiers du Développement Durable et de la RSE ont  le vent en poupe !Répondant aux desiderata d'une génération en quête de sens d'une part, et aux nouveaux enjeux et nouvelles obligations législatives des entreprises françaises d'autre part, ces carrières - plus nombreuses et plus riches - ne cessent d'attirer un public toujours plus large. Birdeo, cabinet leader en recrutement et chasse de tête spécialisé dans le Développement Durable, a analysé les besoins exprimés par ses 200 clients,...