Connexion
/ Inscription
Mon espace

Une inflation à 4% ?

ABONNÉS

Par Bruno Colmant, Chef Economiste, Banque Degroof Petercam

L’hélicoptère de monnaie
Depuis plusieurs mois, des courants d’idées se développent au sujet de la gestion monétaire des banques centrales. On le sait, ces institutions ont adopté un rôle massif dans l’économie, en procédant à des injections gigantesques de monnaie destinées à stimuler l’inflation et la croissance. Mais ce n’est pas tout : depuis plus d’un an, certains avaient évoqué l’idée d’un hélicoptère de monnaie consistant à imprimer de la monnaie ex-nihilo, ou avec la garantie d’obligations d’Etat émises sur le marché primaire. D’autres s’interrogent ouvertement sur le caractère opératif de taux d’intérêt négatifs, scénario singulier dont les autorités monétaires réfutent le bien-fondé.

Inflation et taux d’intérêt
Lorsqu’on fait la synthèse de décisions et pistes de réflexion, on en arrive à un constat irréfutable : les assouplissements monétaires et leurs corollaires ont, certes, pour objectif de susciter de l’inflation, mais sans que cette dernière soit reflétée dans les taux d’intérêt. Or le taux d’intérêt est la somme de deux composantes : le taux d’intérêt réel et le taux d’inflation anticipé. En bonne logique, le retour de l’inflation devrait se traduire par une augmentation correspondante des taux d’intérêt, à tout le moins à long terme.

Répression financière
Malheureusement, toute augmentation de taux d’intérêt pulvériserait les efforts de refinancement des dettes publiques, tel qu’il est actuellement effectué, à un taux d’intérêt modique. C’est pour cela que les banques centrales, aidées par les gouvernements dont elles dépendent, vont tenter de garder les taux d’intérêt très bas malgré une résurgence espérée de l’inflation. Il en résulterait un taux d’intérêt réel (c’est-à-dire après déduction de l’inflation) négatif, situation favorable aux emprunteurs (tels les Etats), mais beaucoup moins pour les créanciers. Incidemment, un taux d’intérêt réel négatif relève de ce qu’on qualifie de répression financière, c’est-à-dire un contexte d’interventionnisme étatique et de canalisation forcée de l’épargne vers le financement des dettes d’Etat assortie d’un taux d’intérêt très faible.

Objectif : 4% ?
Aujourd’hui, aux Etats-Unis, certains évoquent l’idée de remonter les objectifs d’inflation. Statutairement ou de manière coutumière, les banques centrales visent un objectif d’inflation de 2%. C’est maintenant un taux de 4% qui est cité, ce qui conduirait, si cet objectif est atteint et non reflété dans les taux d’intérêt, à un taux réel de -4%. A nouveau, ceci serait mis en œuvre pour absorber l’endettement public. Est-ce plausible ? Je le crois. C’était d’ailleurs l’idée d’un précédent économiste en chef du FMI.

Un taux d’une telle négativité pourrait être évité par une politique budgétaire plus souple, idée qui est d’ailleurs adoptée par beaucoup. Mais quand bien même un objectif d’inflation ne serait pas postulé, il est certain que les banques centrales vont tenter de conserver des taux d’intérêts réels aussi longtemps que possible, tout en sachant qu'il faudra s’éloigner, à un certain moment, de la politique de taux d’intérêt nul pour redonner à la politique monétaire ses leviers traditionnels.

https://www.degroofpetercam.com/index

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...

BE - Culture & Société
ABONNES
Quelle place pour les énergies renouvelables chez les Français ?

A l'heure du grand débat national, les Français réaffirment leur désir de privilégier les énergies renouvelables pour l'avenir du pays. L'engagement des Français est important sur cette thématique, puisque 67% estiment qu'il leur revient également d'agir à leur échelle. L'amélioration énergétique de leur logement figure parmi les actions les plus citées, devant les changements de comportement en matière de déplacements, mais derrière les résolutions en faveur d'une consommation plus responsable...

BE - Culture & Société
ABONNES
TOP 5 des métiers à impact qui recrutent en 2019.

 Les métiers du Développement Durable et de la RSE ont  le vent en poupe !Répondant aux desiderata d'une génération en quête de sens d'une part, et aux nouveaux enjeux et nouvelles obligations législatives des entreprises françaises d'autre part, ces carrières - plus nombreuses et plus riches - ne cessent d'attirer un public toujours plus large. Birdeo, cabinet leader en recrutement et chasse de tête spécialisé dans le Développement Durable, a analysé les besoins exprimés par ses 200 clients,...