Connexion
/ Inscription
Mon espace

Une inflation à 4% ?

ABONNÉS

Par Bruno Colmant, Chef Economiste, Banque Degroof Petercam

L’hélicoptère de monnaie
Depuis plusieurs mois, des courants d’idées se développent au sujet de la gestion monétaire des banques centrales. On le sait, ces institutions ont adopté un rôle massif dans l’économie, en procédant à des injections gigantesques de monnaie destinées à stimuler l’inflation et la croissance. Mais ce n’est pas tout : depuis plus d’un an, certains avaient évoqué l’idée d’un hélicoptère de monnaie consistant à imprimer de la monnaie ex-nihilo, ou avec la garantie d’obligations d’Etat émises sur le marché primaire. D’autres s’interrogent ouvertement sur le caractère opératif de taux d’intérêt négatifs, scénario singulier dont les autorités monétaires réfutent le bien-fondé.

Inflation et taux d’intérêt
Lorsqu’on fait la synthèse de décisions et pistes de réflexion, on en arrive à un constat irréfutable : les assouplissements monétaires et leurs corollaires ont, certes, pour objectif de susciter de l’inflation, mais sans que cette dernière soit reflétée dans les taux d’intérêt. Or le taux d’intérêt est la somme de deux composantes : le taux d’intérêt réel et le taux d’inflation anticipé. En bonne logique, le retour de l’inflation devrait se traduire par une augmentation correspondante des taux d’intérêt, à tout le moins à long terme.

Répression financière
Malheureusement, toute augmentation de taux d’intérêt pulvériserait les efforts de refinancement des dettes publiques, tel qu’il est actuellement effectué, à un taux d’intérêt modique. C’est pour cela que les banques centrales, aidées par les gouvernements dont elles dépendent, vont tenter de garder les taux d’intérêt très bas malgré une résurgence espérée de l’inflation. Il en résulterait un taux d’intérêt réel (c’est-à-dire après déduction de l’inflation) négatif, situation favorable aux emprunteurs (tels les Etats), mais beaucoup moins pour les créanciers. Incidemment, un taux d’intérêt réel négatif relève de ce qu’on qualifie de répression financière, c’est-à-dire un contexte d’interventionnisme étatique et de canalisation forcée de l’épargne vers le financement des dettes d’Etat assortie d’un taux d’intérêt très faible.

Objectif : 4% ?
Aujourd’hui, aux Etats-Unis, certains évoquent l’idée de remonter les objectifs d’inflation. Statutairement ou de manière coutumière, les banques centrales visent un objectif d’inflation de 2%. C’est maintenant un taux de 4% qui est cité, ce qui conduirait, si cet objectif est atteint et non reflété dans les taux d’intérêt, à un taux réel de -4%. A nouveau, ceci serait mis en œuvre pour absorber l’endettement public. Est-ce plausible ? Je le crois. C’était d’ailleurs l’idée d’un précédent économiste en chef du FMI.

Un taux d’une telle négativité pourrait être évité par une politique budgétaire plus souple, idée qui est d’ailleurs adoptée par beaucoup. Mais quand bien même un objectif d’inflation ne serait pas postulé, il est certain que les banques centrales vont tenter de conserver des taux d’intérêts réels aussi longtemps que possible, tout en sachant qu'il faudra s’éloigner, à un certain moment, de la politique de taux d’intérêt nul pour redonner à la politique monétaire ses leviers traditionnels.

https://www.degroofpetercam.com/index

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...