Connexion
/ Inscription
Mon espace

[Opinion] L’Inde, une nation unie ?

ABONNÉS

Par Frank Vranken, Chief Strategist chez Puilaetco Dewaay Private Bankers, membre de KBL European Private Bankers, présent en France sous le nom de KBL Richelieu.

25 ans après l'adoption d'une loi importante qui a libéralisé l’économie du pays, l’Inde reste un pays dans lequel il est notoirement difficile de faire des affaires. Classée nation la plus bureaucratique d'Asie, l'Inde occupe une consternante 130e place au dernier indice « Facilité de faire des affaires » de la Banque mondiale - juste derrière la Cisjordanie et Gaza.

Néanmoins, l’Inde reste extrêmement dynamique à l'échelle mondiale : ce pays qui, de toutes les grandes économies mondiales, affiche la croissance la plus rapide a connu une expansion de 7,9% au 1er trimestre, après avoir enregistré une croissance de 7,5% sur l'ensemble de l'année 2015.
Maintenant que le Sénat indien a approuvé l’introduction d’une taxe sur les produits et les services (TPS), il y a tout lieu de croire qu’il sera beaucoup plus facile de faire des affaires en Inde et que les perspectives de croissance à long terme sont encore plus brillantes.

Même si la TPS nécessite encore l’approbation de la Chambre des Députés et le soutien d’au moins 15 organes législatifs à l'échelle des États, son adoption est largement attendue, ce qui représente une grande victoire pour le gouvernement du Premier ministre Narendra Modi. En effet, l’importance de la TPS peut difficilement être surestimée.

La loi remplacera le système actuel de fiscalité indirecte (une mosaïque insensée de redevances imposées par chacun des 29 États du pays) par un régime unifié concernant le négoce des biens et des services. Elle créera, en substance, un marché commun de 1,3 milliard de consommateurs.
Son adoption rendra les échanges internes beaucoup plus fluides, mettant fin au spectacle habituel des interminables files d’attente de camions immobilisés aux frontières des différents États, dont les chauffeurs désabusés remplissent des liasses de papiers administratifs en mâchant leur paan. Bien que sa mise en œuvre soit susceptible d'être perturbatrice à court terme et que les coûts associés soient élevés, la TPS devrait accroître le PIB annuel de 0,5 à 1,5% à long terme.

L’introduction d’un régime fiscal unifié et simplifié stimulera également l’emploi, notamment dans le secteur manufacturier, et dopera les investissements étrangers, contribuant ainsi à réduire un déficit courant du pays déjà en recul.

Décrite par un observateur comme étant le « Brexit inverse de l’Inde », la TPS était attendue depuis longtemps. Initialement suggérée par le Bharatiya Janata Party (BJP) de Modi il y a 16 ans, la délégation de compétences régionales, quelles qu'elles soient, à l'État central a toujours été difficile à faire accepter dans ce pays où l’identité régionale est nettement plus forte que le sentiment d'appartenance à la nation.

L'Inde compte 22 langues officiellement reconnues, transcrites en 13 écritures distinctes, et plus de 720 dialectes. En réalité, au-delà du cricket et de Bollywood, peu de choses unissent cette nation diversifiée sur le plan ethnique et fragmentée sur le plan géographique.
L'homme d'État indien Shashi Tharoor faisait remarquer qu'alors que les États-Unis proclament fièrement leur foi dans l'idéal « E pluribus unum », soit « De plusieurs, un seul », la devise de l'Inde pourrait être « E pluribus pluribus » ou « De plusieurs, plusieurs ».

Dans cette perspective, l’Inde ressemble beaucoup plus à l’UE, 2ème plus important partenaire commercial du pays après le Conseil de coopération du Golfe, qu'aux États-Unis. C’est également pourquoi la comparaison entre la TPS et le vote sur le Brexit est aussi pertinente. Dans un contexte de progression des idées protectionnistes, où certains nativistes comme Donald Trump menacent d’introduire des tarifs de 45% sur les importations chinoises et de construire un mur à la frontière mexicaine, l’Inde a franchi une étape importante dans le sens opposé.

Reste à voir si le gouvernement Modi pourra respecter son échéance d'avril 2017 concernant l’entrée en vigueur de la TPS. Bien que peu probable, il est également possible que la nécessaire modification de la constitution soit rejetée.

Mais pour l’heure, les perspectives de ce pays éternellement divisé et extraordinairement bureaucratique semblent plus brillantes que jamais…

https://www.puilaetcodewaay.be/fr/


 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Alerte JNA : l’état de santé auditif des jeunes est inquiétant

A 3 semaines de la 22e Journée Nationale de l'Audition, l'association JNA - Association d'alerte et de plaidoyer agissant depuis 22 ans en France - lance une alerte aux pouvoirs publics et aux acteurs de la santé sur l'état de santé des jeunes. Déjà en 2017, l'enquête Ifop - JNA « Smartphone : ami ou ennemi de notre santé auditive ? » apportait un éclairage fort inquiétant, questionnant l'impact des pratiques toxiques d'écoute de musique via les oreillettes sur la santé, en regard de l'enquête...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Esteval Infos - 8 février 2019

Au sommaire de nos publications cette semaine, 58 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Lancement du fonds Candriam Equities L Oncology Impact Dette émergente : une classe d'actifs attrayante pour 2019 Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée rebondit de 2,3 % sur un mois       Une fin d'année 2018 solide pour le marché locatif des bureaux...