Connexion
/ Inscription
Mon espace

Islande : début de la saison de la chasse à la baleine de Minke

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Les baleiniers islandais ont récemment levé l’ancre, marquant le début de la saison de la chasse à la baleine de Minke en Islande. D’après les media islandais, une première baleine aurait déjà été abattue.
 
Pour l’instant, les quotas de chasse que l’Islande s’octroie cette année n’ont pas été publiés. L’année dernière, l’Islande avait permis aux baleiniers de harponner 239 baleines de Minke, mais ceux-ci n’en avaient tué que 29. Le même quota avait été décidé pour l’année précédente, mais seulement 24 baleines de Minke, soit 10 % du maximum fixé, avaient été abattues.
 
La baie de Faxaflói, qui borde Reykjavik, est une zone propice à l’observation des baleines, et donc aussi à la chasse. Ainsi, la quasi-totalité des prises a lieu dans cette baie, dont 80 % juste à la limite de la zone d’observation, ce qui signifie que les baleines de Minke les plus « curieuses », celles que les touristes peuvent fréquemment apercevoir, sont aussi celles qui sont tuées.
 
IFAW (le Fonds international pour la protection des animaux – www.ifaw.org) exhorte le gouvernement islandais à agrandir son sanctuaire baleinier à la baie de Faxaflói. La municipalité de Reykjavik avait déjà émis une résolution non partisane demandant au ministre de la Pêche de prendre les mesures nécessaires à ce sujet.
 
Patrick Ramage, Directeur du programme Baleines d’IFAW, déclare : « C’est encourageant de voir qu’un nombre croissant de responsables politiques islandais privilégient l’observation des baleines à la chasse et reconnaissent que cette activité est meilleure à la fois pour les baleines et pour l’économie islandaise. La demande intérieure de viande de baleine est en déclin, le secteur de l’observation des baleines est en plein essor : c’est le moment de mettre fin à cette pratique cruelle, inutile et dépassée qu’est la chasse à la baleine. »
 
Il n’y aura pas de chasse au rorqual commun cette année en Islande, car le seul chasseur de baleines du pays, Kristjan Loftsson, a annoncé à la presse islandaise en février qu’il ne chasserait pas de rorquals communs en 2016 en raison de problèmes d’exportation de la viande de baleine sur le marché japonais. L’année dernière, son entreprise, Hvalur hf, avait tué 155 rorquals communs, la deuxième plus grande espèce, qui s’avère être menacée d’extinction.
 
IFAW travaille en étroite collaboration avec les agences d’observation des baleines et avec le secteur touristique islandais afin de promouvoir l’observation responsable des baleines comme alternative pacifique et rentable à la chasse.
 
L’observation des baleines est l’une des principales attractions touristiques en Islande. Elle attire environ 200 000 touristes et génère quelque 14 millions d’euros chaque année, prouvant ainsi que les baleines sont bien plus bénéfiques à l’économie islandaise lorsqu’elles sont en vie.
 
Un sondage Gallup commandé par IFAW en octobre 2013 révèle que 3 % seulement des Islandais affirment manger régulièrement de la viande de baleine, et que plus de 82 % d’entre eux n’y ont jamais goûté.
 
En partenariat avec Icewhale, une coalition d’opérateurs islandais d’observation des baleines, IFAW cherche à sensibiliser les touristes aux réalités de la chasse à la baleine via la campagne « Venez à notre rencontre, ne nous mangez pas ». Le pourcentage de touristes ayant goûté de la viande de baleine en Islande a été divisé par deux entre 2009 et 2014, passant de 40 % à 18 %, et cette tendance devrait se poursuivre.
 
Plus de la moitié des restaurants du centre-ville de Reykjavik se sont par ailleurs engagés à ne plus servir de viande de baleine. IFAW mise sur la réduction de la demande en viande de baleine créée par le tourisme et de la disponibilité de la viande dans les restaurants pour protéger les baleines de Minke.
 
IFAW s’oppose à toute forme de chasse commerciale à la baleine pour la bonne raison qu’il n’existe aucun moyen de tuer une baleine sans cruauté.

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...