Connexion
/ Inscription
Mon espace

Analyse : la carte d'identité numérique, un outils d'identification identique à la carte d'identité classique ? Par Maître Antoine Chéron, avocat spécialisé en propriété intellectuelle et NTIC, fondateur du cabinet ACBM

BE - Culture & Société
ABONNÉS

La carte d’identité d’une personne physique ou d’une personne morale est un outil d’identification universel et nécessaire.

Toutefois, appliqué aux échanges en ligne, ce type de papier d’identité sur « support physique » est complètement inefficace. Or, au regard de l’accroissement des échanges et transactions en ligne, les pouvoirs publics se sont intéressés à l’établissement d’un procédé d’identification numérique qui permettrait de sécuriser ces transactions. 

Il s’agit en effet de s’adapter à la généralisation des échanges dématérialisés et de pallier les risques accrus de cybercriminalité, tels que les vols d’identité qui représentent aujourd’hui 54% des infractions sur internet.

Jusqu’à présent, seule la signature électronique était encadrée par un dispositif législatif, national et européen. Estimant ce cadre insuffisant, l’Union Européenne a adopté un règlement, relatif à l’identification électronique et aux services de confiance, afin de prévoir un cadre plus propice et plus sécurisé aux échanges électroniques. Ce règlement entrera en vigueur le 1er juillet 2016.

Les différents procédés d’identification prévus par le règlement

Alors, si le Règlement européen ne prévoit pas expressément une « carte d’identité numérique », il se réfère pourtant à la notion de « certificat numériques normés ». Or, l’idée est la même puisqu’il s’agit de créer une preuve de l’identité adaptée au format numérique. 

Afin de rendre ce procédé efficient, et de remplir l’objectif de sécurisation des transactions en ligne, il est prévu que ces certificats seront délivrés par des « Tiers de Confiance », agréés au niveau européen ou français. Il pourra par exemple, s’agir d’huissiers de justice, qui seront en charge d’accomplir les diligences nécessaires pour vérifier et assurer l’identité des personnes souhaitant obtenir un tel certificat.

Un tel procédé va plus loin que la simple signature électronique que nous connaissons, puisqu’il permettra par exemple, lors de l’envoi d’un mail, de vérifier de manière sécurisée les informations personnelles de l’expéditeur.
Un autre dispositif a été prévu pour la lutte contre la fraude à la carte professionnelle. En effet, on parle alors de code « 2D sécurisé », qui se présente en pratique, comme un flashcode, qui une fois « flashé », révèlera les informations ainsi scellées.

La recherche d’un juste équilibre entre sécurité et vie privée

Alors, si ces mesures sont les bienvenues au regard de l’accroissement d’échanges sur internet, de tout type (personnel, professionnel, payant, gratuit, etc.), il faut tout de même soulever le conflit entre cet objectif de cybersécurité et la préservation de la vie privée et des données personnelles.
En effet, il s’agit tout de même de collecter des informations personnelles sur chacun et de permettre leur identification. Si un tel système est déjà possible avec les procédures juridiques permettant d’obtenir l’identité d’une personne derrière son adresse IP, il semble que la généralisation d’une « carte d’identité numérique » inversera la dynamique actuelle qui existe sur internet et l’anonymat en ligne deviendra alors une exception.

En outre, le règlement européen prévoit que le traitement des données personnelles sera fait conformément à la directive européenne en vigueur dans ce domaine (Directive 95/46/CE).

Mais, sans plus de précision, c’est la notion de « juste équilibre », si omniprésente en droit de l’Union Européenne, qui interviendra pour circonscrire chaque objectif. Or il s’agit là d’un curseur bien flou pour un risque d’atteinte au Droit Fondamental de protection de la vie privée bien réel. Encore une fois, l’objectif de préservation de la vie privée pourrait se voir amoindri dans le but d’assurer la sécurité des utilisateurs internet.

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...