Connexion
/ Inscription
Mon espace

Sans précédent : le Kenya détruit plus de 100 tonnes d'ivoire

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Des volutes de fumée flottaient, le 30 avril, au-dessus du parc national de Nairobi. Les autorités kenyanes incinéraient en effet 1.35 tonnes d’ivoire et plus d’une tonne de cornes de rhinocéros lors de la plus grande destruction d’ivoire jamais vue dans le monde.
 
« La quantité d’ivoire détruite est colossale. Hormis les pièces d’ivoire conservées dans le cadre de procédures judiciaires ou à des fins éducatives ou scientifiques, l’intégralité des stocks kenyans a été détruite », explique James Isiche, Directeur régional Afrique de l’Est d’IFAW (Fonds international pour la protection des animaux – www.ifaw.org).
 
« En incinérant ces stocks d’ivoire et de cornes de rhinocéros, le Kenya les rend à jamais inutilisables et envoie un message fort aux criminels : les autorités kenyanes ont la ferme intention de mettre un terme au trafic d’ivoire et de cornes de rhinocéros, responsables du braconnage qui décime les populations de pachydermes et de rhinocéros. »

Le Kenya avait déjà détruit plus de 30 tonnes d’ivoire depuis 1989. En mars 2015, le président Uhuru Kenyatta procédait à l’incinération de 15 tonnes d’ivoire. Ses deux prédécesseurs, les présidents Mwai Kibaki et Daniel Moi, avaient respectivement fait détruire 5 tonnes en 2011 et 12 tonnes en 1989. L’événement de 1989 avait d’ailleurs attiré l’attention des médias et avait contribué à l’adoption de l’embargo international sur le commerce d’ivoire déclaré en 1990.
 
Lors de l’événement historique qui s’est tenu aujourd’hui, trois chefs d’État en fonction, MM. Ian Khama, président du Botswana, Ali Bongo Ondimba, président du Gabon, et Yoweri Museveni, président de l’Ouganda, se sont joints au président kenyan pour allumer quatre des dix buchers installés.
 
Plus tôt dans la journée, les quatre présidents avaient conclu le sommet inaugural de deux jours du Giants Club, un forum privé qui rassemble des chefs d’États africains, des dirigeants de grandes entreprises et des experts de la protection des éléphants pour se pencher sur la protection des derniers éléphants du continent et des habitats dont ils dépendent.
 
Azzedine Downes, Directeur général d’IFAW, a participé au sommet du Giants Club en tant que spécialiste de la conservation des éléphants, ainsi qu’à la destruction de l’ivoire.
 
« La destruction des stocks à laquelle nous avons assisté aujourd’hui est un événement majeur dans la lutte contre le trafic d’ivoire et de cornes de rhinocéros. En procédant à la plus grande destruction d’ivoire au monde, le Kenya rappelle que les défenses et les cornes n’ont de valeur que sur les animaux vivants auxquels elles appartiennent », déclare-t-il.

Depuis 2011, dix-huit pays ont procédé à la destruction de plus de 100 tonnes d’ivoire cumulées : le Tchad, le Congo, l’Ethiopie, la Chine, la France, le Gabon, l’Italie, les Émirats arabes unis, le Sri Lanka, Hong Kong, la Belgique, le Mozambique, le Cameroun, la Malaisie, les Philippines, les États-Unis, le Malawi, la Thaïlande et le Kenya.
 
Malgré ces victoires, le commerce d’ivoire menace d’extinction les éléphants. Chaque année, entre 25 000 et 30 000 éléphants d’Afrique sont abattus pour le commerce de l’ivoire. Les volumes d’ivoire saisis sont toujours en hausse : 24,3 tonnes ont été confisquées en 2011, contre 30 en 2012 et 41,5 tonnes en 2013. Par ailleurs, 17,8 tonnes ont été saisies entre janvier et août 2014, et 32 tonnes en 2015.
 
La majeure partie de l'ivoire de contrebande est destinée à l'Asie, en particulier à la Chine, où cet « or blanc » tant convoité a connu une augmentation considérable de sa valeur en tant que véhicule d'investissement.
 
Dans son rapport la Nature du crime, préfacé par Nicolas Hulot, alors Envoyé spécial du Président de la République pour la protection de la planète, et Laurent Fabius, alors Ministre des Affaires étrangères, IFAW rappelle la menace que représente le trafic pour les animaux tels que l’éléphant, le rhinocéros mais aussi pour les êtres humains.

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...