Connexion
/ Inscription
Mon espace

Immobilier : acheter ou louer ?

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNÉS

La rentabilité d’un achat immobilier varie selon la surface : plus la surface achetée est grande, plus vite l’achat sera intéressant par rapport à la location. Ainsi, globalement, en France, l’acquisition est rentabilisée en moyenne au bout de :

- 17 ans pour 30 m² (2 années de moins qu’en 2014)

- 4 ans pour un 70 m² (1 année de moins qu’en 2014)

Principalement sous l’effet de la baisse des taux d’emprunt intervenue entre fin 2014 et courant 2015, l’achat effectué cette année se révèle intéressant plus rapidement que celui réalisé l’an passé à un taux un peu plus élevé » déclare Maël Bernier, porte-parole de meilleurtaux.com. « Il existe cependant toujours des différences notables selon les villes » ajoute Hervé Hatt, Président de Meilleurtaux.com.

Ainsi, s’il faut en moyenne 4 ans en France pour que l’acquisition d’une résidence principale de 70 m² se révèle plus intéressante que la location d’une surface équivalente, les écarts d’une ville à l’autre sont considérables. Nous trouvons par exemple aux deux extrémités du classement, Le Havre, où l’achat se révèle plus intéressant que la location dès la première année, et Boulogne-Billancourt, où il faudra attendre 16 ans. (Voir plus bas le lien des 33 villes)


Vrai ou Faux ?

Plusieurs enseignements ressortent de cette étude.

1/ Les petites surfaces sont plus vite intéressantes : FAUX
C’est même exactement le contraire : comme nous le constations l’an passé, plus la surface achetée est grande, plus vite l’achat d’une résidence principale se justifie, au détriment de la location. Evidemment, la faiblesse des taux d’intérêt est telle que cela gonfle la capacité d’emprunt : or, plus l’emprunt est important, plus la répercussion d’une baisse des taux d’intérêt est notable.

2/ Les prix de l’immobilier sont trop élevés, il est plus intéressant de louer : FAUX
Dans plus de la moitié des grandes villes de France, l’achat devient plus intéressant avec seulement une durée de détention inférieure à 4 ans. En d’autres termes, tout acquéreur qui envisage de garder son bien au moins 3 ans et demi doit clairement se poser la question d’une acquisition.

3/ Paris et la province : toujours 2 mondes ! VRAI
Le niveau des prix dans la capitale rend nécessaire un plus grand nombre d’années en tant que propriétaire pour que cela soit vraiment plus intéressant que la location. Ainsi, à l’exception de Lyon où il faudra 13 ans avant que l’achat d’un 70m² soit financièrement intéressant, l’ensemble des grandes villes de province - 33 villes - a un intérêt à l’acquisition en moins de 9 années.

Accéder au tableau des 33 villes :
http://www.meilleurtaux.com/credit-immobilier/simulation-de-pret-immobilier/acheter-ou-louer.html

On note toutefois que Paris bénéficie très fortement de la baisse des taux intervenue en 2015 (taux de référence sur 20 ans : 2,90% en 2014 et 2,45% en 2015). En effet, s’il fallait pour un achat de 70m², 20 ans en 2014 pour justifier l’opération financièrement, il suffit en 2015 pour la même surface de « seulement » 14,5 années, soit 5,5 années de gagnées - contre 4 ans pour la moyenne française.

Pour conclure, cette étude confirme que sous l’effet des taux très bas, l’achat de la résidence principale doit être envisagé très sérieusement quand il est financièrement possible. « 2015 est et restera une année idéale, si ce n’est l’Année, pour devenir propriétaire et passer à l’acte » résume Maël Bernier, « et cela reste vrai malgré la hausse récente des taux : nous avons volontairement réalisé l’étude au niveau des taux les plus récents et non au plus bas d’avril dernier » ajoute Hervé Hatt.

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Immobilier de luxe : clignotants au vert-dollar chez les « gilets gold »

Loin des préoccupations du Grand débat national, les millionnaires et milliardaires internationaux continuent de prospérer et d'acquérir de l'immobilier. Focus sur cette population peu nombreuse mais très active. Toujours plus riches, toujours plus nombreux : ça va bien pour les High Net Worth Individuals (HNWI, plus de 3 millions de dollars de patrimoine, soit 2,6 millions d'euros) et encore mieux pour les Ultra-HNWI (plus de 30 millions de dollars de patrimoine). Le nombre de ces derniers,...

BB - Analyse du marché immobilier
ABONNES
Baisse de 30% du nombre de PTZ accordés en 2018 et diminution de leur montant de 10%

Analyse de Vousfinancer, 3ème réseau national de courtage en crédit.  Après le recentrage du prêt à taux zéro en 2018, sans surprise, Vousfinancer constate une baisse d'un tiers du nombre de bénéficiaires et une diminution de 10% des montants accordés avec un impact plus fort dans le neuf que dans l'ancien. L'objectif du gouvernement de baisser le coût des aides au logement devrait donc être atteint, au détriment des primo-accédants qui sont les premiers à pâtir de la hausse des prix… 1/ Pour...

BE - Financement des intiatives
ABONNES
Apicap vise les 2 milliards d’euros d’actifs investis

Un quadruplement du montant des actifs investis : tel est l'objectif d'Apicap à l'horizon 2024. Avec l'immobilier comme principal vecteur de croissance. Sous la houlette de son nouveau président, Alain Esnault (voir sa biographie au pied de cet article), Apicap a présenté ses  lignes de force et ses ambitions. On parle ici d'une société de gestion indépendante, spécialisée dans le circuit court du capital investissement (capital développement et capital transmission) et en immobilier...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Esteval Infos - 8 février 2019

Au sommaire de nos publications cette semaine, 58 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Lancement du fonds Candriam Equities L Oncology Impact Dette émergente : une classe d'actifs attrayante pour 2019 Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée rebondit de 2,3 % sur un mois       Une fin d'année 2018 solide pour le marché locatif des bureaux...