Connexion
/ Inscription
Mon espace

Ce n’est vraiment pas le moment de mettre les TPE en cale sèche

BE - Culture & Société
ABONNÉS

« Non au détournement du dialogue social dans les TPE ! », par Jean-François Buet, Président de la FNAIM 

Il faut n’avoir jamais mis les pieds dans une TPE pour s’imaginer qu’on ne s’y parle pas, qu’il n’y a pas d’échanges entre le dirigeant et ses collaborateurs. Tous sont bien conscients qu’ils sont sur le même frêle esquif  et, pour la maintenir à flot, ils sont capables de dépasser leurs conflits d’intérêts. Ils le font tous les jours.
Alors quand ces entreprises de moins de 11 salariés apprennent qu’elles vont devoir ouvrir leurs portes à  des « commissions régionales paritaires interprofessionnelles composées de salariés et d'employeurs issus des TPE »  pour y faire entrer le dialogue social, elles sont stupéfaites !

Pourquoi une telle contrainte de plus pour des entreprises qui croulent déjà sous les charges et les formalités ?

Ces commissions, nous dit-on, auraient une mission de « concertation » et des missions « de conseil et d'information » auprès des salariés et des employeurs. On ne peut pas faire plus vague… Soyons clairs, l’objectif n’est autre que de faire entrer  de force les syndicats dans des entreprises où ils n’ont pas su faire leur place.
Le droit d’adhérer à un syndicat est une liberté fondamentale dans notre pays et chacun, salarié ou  employeur,  peut adhérer à l’organisation professionnelle de son choix. À condition d’en avoir envie !

C’est donc en vue « d’assurer la représentativité des salariés des TPE » - traduisez : d’y augmenter la représentation syndicale -, que les partenaires sociaux ont été invités à négocier entre eux. Ils ont échoué.
Bon prince, le gouvernement, par son ministre du Travail, François Rebsamen, est venu à leur rescousse en  présentant un projet de loi portant sur le dialogue social et l’emploi.
Au cours des débats devant l’Assemblée nationale, des députés ont introduit au texte initial un amendement créant une représentation pour les salariés des très petites entreprises, sous la forme de ces « commissions régionales paritaires interprofessionnelles ».

La FNAIM, en tant qu’organisation patronale, rappelle que dans le secteur immobilier,  92% des entreprises comptent moins de 10 salariés. Elles sont donc concernées. Et elles s’inquiètent :

- Qui paiera pour ces nouvelles instances, alors que des taxes pèsent déjà tant sur la compétitivité  et la viabilité des TPE ?

- Quelle utilité auront-elles dans ces entreprises qui constituent l'un des rares lieux où le dialogue social n'a pas besoin d'intermédiaire ?

Prenons garde que cette contrainte supplémentaire ne se transforme pas rapidement en frein à l’embauche.
Les TPE-PME représentent 70% de l’emploi salarié en France. Vue la situation du chômage, ce n’est vraiment pas le moment de les mettre en cale sèche. Car, jusqu’à preuve du contraire, ce sont elles qui embauchent.

https://extranet.fnaim.fr

 

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Esteval Infos - 8 février 2019

Au sommaire de nos publications cette semaine, 58 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Lancement du fonds Candriam Equities L Oncology Impact Dette émergente : une classe d'actifs attrayante pour 2019 Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée rebondit de 2,3 % sur un mois       Une fin d'année 2018 solide pour le marché locatif des bureaux...

BE - Culture & Société
ABONNES
Quelle place pour les énergies renouvelables chez les Français ?

A l'heure du grand débat national, les Français réaffirment leur désir de privilégier les énergies renouvelables pour l'avenir du pays. L'engagement des Français est important sur cette thématique, puisque 67% estiment qu'il leur revient également d'agir à leur échelle. L'amélioration énergétique de leur logement figure parmi les actions les plus citées, devant les changements de comportement en matière de déplacements, mais derrière les résolutions en faveur d'une consommation plus responsable...