Connexion
/ Inscription
Mon espace
Etudes & Enquêtes
ABONNÉS
Partager par Linked-In
Partager par Twitter
Partager par Xing
Partager par Facebook
Partager par email
Suivez-nous sur feedly

[Etude] Finastra : l’open finance continue sa fulgurante expansion en France

Finastra publie son étude “Services Financiers : State of the Nation 2022”, qui souligne la place croissante de l’Open Banking dans le secteur des services financiers en France.

Ainsi, la quasi-totalité des institutions interrogées (98%) considèrent l’Open Banking comme « incontournable » ou « important », soit huit points de plus qu’en 2021.Ces dernières ont également une vision plus mature de l’open finance et 90% pensent qu’elle est « incontournable » ou « importante » pour favoriser le partage de données. À ce titre, la proportion d’institutions financières qui considèrent l’open finance comme « incontournable » est passée de 32à 42% en un an, devant l’Allemagne (34%) et légèrement derrière la Grande-Bretagne (47%).

L’étude souligne également l’importance de la collaboration, des données et des infrastructures partagées dans l’adoption de l’Open Banking et de l’open finance. En France, 85% des dirigeants interrogés pensent que l’open finance favorise la collaboration au sein des services financiers et a déjà un impact positif sur le secteur, une proportion égale à la moyenne mondiale.

Cependant, dans un contexte économique tendu, les acteurs du secteur se montrent plus prudents en matière d’investissements. Les trois quarts des entreprises françaises déclarent ainsi avoir limité leurs investissements dans les technologies bancaires, le taux le plus bas parmi tous les pays interrogés. Toutefois, elles restent très optimistes, puisque 72% sont convaincues que les taux d'investissements auront retrouvé leur niveau d’ici la fin du premier semestre 2023, contre respectivement 71% et 69% chez nos voisins allemands et britanniques.

L’étude de Finastra a été menée auprès de 758 professionnels au sein d’institutions financières et de banques, d’août à septembre 2022, en France, en Allemagne, au Royaume-Uni, aux Etats-Unis, à Hong-Kong, Singapour et aux Émirats arabes unis. Elle s’intéresse à l’Open Banking et l’open finance et à l’impact des technologies et innovations de ces secteurs sur le futur des services financiers, ainsi qu’à l’importance croissante des critères Environnementaux, Sociaux et de Gouvernance (ESG).

Le rapport révèle d’autres enseignements clés

  • Banking as a Service (BaaS) et Embedded Finance (finance embarquée) : véritables catalyseurs de croissance – 84% des institutions françaises interrogées déclarent que le BaaS et l’Embedded Finance sont des leviers importants pour atteindre leurs objectifs de croissance (+2% comparé à 2021). Entre outre, 28% expliquent qu’elles ont amélioré ou déployé leurs technologies BaaS durant l’année écoulée (contre 35% au niveau mondial), et une proportion équivalente a déployé l’Embedded Finance (contre 33% au niveau mondial).

  • Les institutions financières s’accordent à dire que ces services sont importants pour les clients, 77% des sondés en France déclarent qu’ils sont même attendus et demandés par leurs clients.

  • L’investissement technologique au service de la réduction des coûts – La valeur attendue des investissements technologiques varie considérablement d’un pays à l’autre. En France, la réduction des coûts est considérée comme le facteur clé d’adoption par 35% des personnes interrogées, une tendance encore plus marquée outre-Rhin où 46% des sondés considèrent ces investissements comme porteurs de valeur.

  • L’enjeu de l’ESG reste essentiel – En France, 80% des institutions financières estiment que l’impact de l’Open Banking et de l’open finance va bien au-delà de la finance. 84% pensent que l’amélioration de la culture financière et l’accompagnement des publics vulnérables doivent faire partie des priorités de l’industrie, la même proportion qu’en Allemagne, mais légèrement inférieure à celle du Royaume-Uni. Par ailleurs, 74% considèrent les prêts verts comme une opportunité de croissance et de revenus, contre 72% en Allemagne et 83% au Royaume-Uni.

« Depuis toujours, Finastra promeut l'open finance en tant que levier clé pour libérer le potentiel des individus et des entreprises à travers le monde », déclare Simon Paris, CEO de Finastra. « À travers cette étude, nous avons vu l’open finance devenir une priorité pour les institutions financières année après année, et ouvrir la voie à de nouveaux modèles économiques tels que la banque intégrée, ainsi qu’à l’inclusion et l’égalité financière. »

Lire la suite...


Articles en relation