Connexion
/ Inscription
Mon espace
Initiatives
ABONNÉS
Partager par Linked-In
Partager par Twitter
Partager par Xing
Partager par Facebook
Partager par email
Suivez-nous sur feedly

[Initiative] Le FIDA dépasse ses objectifs  

Ce fonds des Nations Unies aide les populations rurales à sortir de la faim et de la pauvreté

Le Fonds international de développement agricole (FIDA), organisme des Nations Unies, a dépassé son objectif d’avancées mesurables en matière de réduction de la pauvreté et de la faim dans les zones rurales du monde entier. C’est ce que montre une rare étude d’impact de projets totalisant plus de 7,1 Mrds$ d’investissements.

Selon le tout dernier Rapport d’évaluation de l’impact 2019-2021 du FIDA, les investissements du Fonds ont amélioré d’au moins 10% sur trois ans les revenus de 77,4 millions d’habitants des zones rurales, contre un objectif initial de 44 millions. Sur la même période, 62 millions d’habitants des zones rurales ont vu augmenter leur production, à savoir la valeur de leur production végétale, animale et halieutique ; l’objectif que le FIDA s’était fixé était de 47 millions. De plus, près de 64 millions d’habitants des zones rurales (contre un objectif initial de 46 millions) ont bénéficié d’un meilleur accès aux marchés où ils ont pu vendre leur production.

 

L’évaluation a par ailleurs montré que le FIDA avait aidé 38 millions de personnes à renforcer leur résilience, mesurée par leur capacité à faire face aux chocs climatiques et non-climatiques, grâce à l’amélioration de leurs pratiques agricoles, à l’accès facilité à une aide technique et au crédit, ainsi qu’à la diversification de leurs sources de revenus.

« Nous sommes très satisfaits de voir des preuves irréfutables des transformations apportées par les investissements du FIDA aux vies et moyens d’existence de millions de femmes, d’hommes et d’enfants des zones rurales », a déclaré Sara Savastano, Directrice de la Division recherche et évaluation de l’impact du FIDA. « Dans le contexte actuel, caractérisé par des difficultés économiques et une hausse des pressions exercées sur les budgets du développement, les résultats obtenus montrent clairement aux donateurs que leurs investissements peuvent réellement contribuer à la stabilité mondiale et aider les habitants des zones rurales à sortir de la pauvreté. »

Le FIDA est la seule institution financière internationale à mesurer l’impact de ses investissements à l’échelle de l’organisation. Il réalise des études d’impact systématiques portant sur un échantillon d’au moins 15% de ses projets.

L’étude d’impact en question a porté sur 24 projets sur 96 menés pendant FIDA 11, le cycle budgétaire couvrant la période 2019-2021. Le taux d’évaluation de 25% était plus élevé de 10 points que le seuil de 15% de projets fixé par le FIDA pour mesurer son impact. Les 96 projets représentent un investissement total de 7,1 milliards d’USD. 

Entre autres conclusions, l'évaluation confirme l'importance d'adopter une approche fondée sur les systèmes alimentaires dans la conception de projets de développement rural. Cela signifie qu'il faut soutenir la « zone du milieu » des systèmes alimentaires et investir dans le traitement, la transformation et la distribution des produits agricoles pour inclure les petits producteurs dans les filières, créer davantage de valeur et optimiser les avantages de l’augmentation de la production et de la productivité.

Elle a également mis en lumière les résultats positifs en matière d’autonomisation des femmes dans les communautés rurales. Les participantes aux programmes du FIDA ont en effet accru leur pouvoir de décision sur les sources de revenus du ménage, ce qui constitue un premier pas vers des changements porteurs de transformation des normes liées au genre et de l’autonomisation des femmes.

Le rapport indique également que l’objectif du FIDA en matière de nutrition n’a pas été atteint sur la période, en raison notamment du fait que les projets évalués dans ce rapport ont été conçus avant 2019, date à laquelle le FIDA a commencé à systématiquement intégrer une stratégie de lutte contre la malnutrition dans tous ses projets. Le rapport souligne également l’importance de prévoir dans les projets des activités travaillant sur les changements de comportement pour obtenir de meilleurs résultats en matière de nutrition.

Le processus d’évaluation de l’impact du FIDA s’inscrit dans le cadre de son engagement à améliorer l’efficacité des programmes de développement. « Au FIDA, chaque dollar compte, et nous mettons un point d’honneur à utiliser chacun d’eux de la façon la plus efficace qui soit, notamment à l’heure actuelle où les espaces budgétaires sont de plus en plus serrés », a expliqué Sara Savastano. « En évaluant nos projets passés, l’étude d’impact fournit des informations essentielles pour améliorer la conception et la gestion de nos futurs projets ».

Lire la suite...


Articles en relation