Connexion
/ Inscription
Mon espace
Initiatives
ABONNÉS
Partager par Linked-In
Partager par Twitter
Partager par Xing
Partager par Facebook
Partager par email
Suivez-nous sur feedly

[Initiative] Fenêtre sur l’histoire de la Lozère : le musée du Gévaudan ouvre le 18 octobre 2022

Après deux ans de travaux, le musée du Gévaudan ouvrira ses portes le mardi 18 octobre 2022 à Mende, en région Occitanie. Son accès sera gratuit.

Doté d’un fonds de plus de 16 000 pièces, le musée du Gévaudan retrace l’histoire de la Lozère, ancienne province royale du Gévaudan, des premiers témoignages de vie jusqu’à nos jours. Lieu patrimonial inscrit au titre des Monuments historiques, labellisé Musée de France, le musée a été pensé comme un espace de vie, de découverte, de partage, d’échange et de convivialité, ouvert sur le territoire et accessible à tous.

Musée du Gévaudan © Ville de Mende

Mende renoue avec son histoire muséale

Le musée du Gévaudan s’inscrit dans le prolongement d’une aventure muséale débutée en 1820 par la création d’un musée destiné à présenter les pièces issues des fouilles menées sur les sites gallo-romains du département par la Société des Lettres, Sciences et Arts de la Lozère. Le musée a été déménagé plusieurs fois dans la ville de Mende jusqu’à son installation dans le bâtiment actuel, l’Hôtel de Ressouches, acquis en 1976 par l’abbé Peyre.

Moins de dix ans après sa fermeture en 1995, l’idée de sa réouverture refait surface grâce à l’assentiment de Jean-Jacques Delmas, maire de Mende, et à la rencontre de deux hommes, Georges Frêche alors président de Région, et Alain Bertrand qui deviendra maire de Mende en 2008. Le département entreprend aussi une opération de sauvegarde des collections alors conservées au château de Saint-Alban. La ville de Mende rachète l’Hôtel de Ressouches en 2013 et reprend la gestion des collections. Afin d’en favoriser la diffusion et la transmission, elle se dote en 2015 d’un Centre d’étude et de conservation et lance la réhabilitation du musée Ignon-Fabre en 2020 pour y aménager le futur musée du Gévaudan.

Edgard Degas, Danseuse, arabesque sur la jambe droite, bras gauche dans la ligne, 1882-1885 (création), 1921-1931 (fonte) © Ville de Mende

Poussé par les Amis du Musée Ignon Fabre ainsi que par les Amis de Victorin Galière, peintre contemporain, et grâce à une large adhésion des financeurs que sont l’Europe, l’État, la Région Occitanie et le Département de la Lozère, l’impressionnant travail de rénovation et d’extension de cet îlot ancien du cœur de ville est conduit pendant deux ans par les entreprises et artisans locaux.

Ainsi, le Musée du Gévaudan comprend deux ensembles patrimoniaux remarquables du 17e siècle : l’Hôtel de Ressouches et la Salle des Vertus, dont les peintures murales ont fait l’objet d’une restauration. Plus qu’un simple musée, le projet s’inscrit également dans une stratégie plus large de développement durable et territorial visant à redynamiser le cœur de ville et à fédérer les acteurs culturels et économiques lozériens.

 

Musée du Gévaudan © Ville de Mende

Une plongée dans l’histoire et la géographie du Gévaudan

Le musée du Gévaudan se déploie sur 1 200 m2 répartis sur trois niveaux. L’exposition permanente occupe le premier étage. Riche, diversifiée et accessible à un public large, elle regroupe près de 400 pièces sélectionnées parmi les 16 000 que compte le fonds. Le parcours de visite se décompose en douze salles permettant de découvrir les collections par le prisme de deux thématiques : nature et culture.

Les quatre premières salles sont dédiées à « la nature & ses usages » et abordent successivement les thèmes de l’eau, de la terre, de la flore et de la faune du territoire dans un entrelacement d’époques, de matériaux bruts et d’objets d’usage architecturaux, quotidiens, funéraires et artisanaux.

Les huit salles suivantes offrent un voyage chronologique autour de « la culture & ses témoignages » de la Préhistoire à l’époque contemporaine, à travers une sélection d’œuvres variées (peintures, sculptures, objets ethnographiques, pièces archéologiques, céramiques...). Un espace Beaux-Arts met en lumière les artistes lozériens des 19e et 20e siècles, tels que Victorin Galière, tandis qu’un cabinet d’arts graphiques est consacré aux dessins et aux estampes. Une salle présente des œuvres contemporaines inspirées de la figure de la Bête, telle que l’œuvre de l’artiste Lionel Sabatté, et une salle est dédiée à la Bête du Gévaudan, histoire vraie du 18e siècle, qui fit des centaines de victimes et marqua profondément le territoire.

Lionel Sabatté, La Bête, 2019 © Ville de Mende


Un « tiers-lieu » ouvert sur le territoire

Ce musée inclusif est accessible gratuitement. Le public y pénètre depuis l’entrée historique de l’ancien musée Ignon-Fabre, rue de l’Épine. Le rez-de- chaussée s’organise autour d’un patio central protégé par une grande verrière et est conçu comme un lieu de vie propice à la découverte, à la convivialité et à l’échange, où chacun peut circuler librement, avant ou après sa visite des expositions.

Cette agora ouverte sur la ville abrite l’espace d’accueil et d’orientation des publics, mais aussi le Centre d’interprétation de l’architecture et du patrimoine (CIAP) du Pays d’art et d’histoire Mende & Lot en Gévaudan, destiné à mieux faire connaître l’évolution paysagère et architecturale du territoire. Des espaces de médiation, d’interprétation et de découverte du patrimoine, ainsi qu’une librairie-boutique et une zone détente dotée d’une boîte à jeux, d’une boîte à livres et d’un coin enfants font de ce musée un véritable lieu de vie.

Cette vocation de « tiers-lieu » se retrouve également au deuxième et dernier étage regroupant deux ensembles consacrés à l’action culturelle : quatre salles d’expositions temporaires et un espace chargé d’accueillir des ateliers destinés aux scolaires et au grand public. Mutualisé entre les équipes de la ville et du Pays d’art et d’histoire, le musée du Gévaudan répond à la volonté de créer des synergies entre les différents acteurs du territoire.

Des dispositifs participatifs et vivants sont par ailleurs proposés dans le musée, à l’image d’une grainothèque installée dans la salle dédiée au végétal et d’un espace ressources et collecte de dessins, de témoignages et d’objets situé au cœur de la salle consacrée à la Bête du Gévaudan.

Le musée du Gévaudan en quelques chiffres

- 1820 : date de création du premier musée
- 16 000 objets dans la collection
- 27 années de fermeture
- 2003 : obtention du label « Musée de France »
- 0 € : prix de l’entrée au musée du Gévaudan
- 1 200 m² ouverts au public
- 2022 : ouverture du musée du Gévaudan

 

 

Lire la suite...


Articles en relation