Connexion
/ Inscription
Mon espace
Tribunes & Témoignages
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

[Tribune] Comment financer une formation professionnelle ?

Par Augustin de la Fouchardière, fondateur de MYPE

Étudiant, salarié ou demandeur d’emploi, de nombreux dispositifs de financement existent pour les aider à mener à bien leurs projets. Dans le cadre d’une reconversion professionnelle ou pour renforcer leurs compétences face à la compétitivité du marché de l’emploi, les aides de financement sont spécifiques à chaque situation et octroyées sous certaines conditions. Tour d’horizon des dispositifs existants : 

Le CPF : Compte Personnel de Formation

Depuis janvier 2015, le CPF, Compte Personnel de Formation (anciennement appelé DIF) est un dispositif qui propose à toute personne active d’acquérir des droits à la formation. En France, une personne qui travaille cumule des droits qui sont automatiquement crédités sur un compte personnel de formation. Ces mêmes droits sont mobilisables dès l’entrée dans le monde du travail (à partir de 16 ans), et ce durant toute sa carrière professionnelle. À savoir que depuis le 1er janvier 2019, le CPF est crédité en euros et non plus sous forme d’heures. Dorénavant, chaque année le CPF est crédité de 500€, dans la limite d’un plafond de 5 000€. À noter que pour les salariés peu ou pas qualifiés, le montant du CPF peut s’élever à 800€, dans la limite d’un plafond de 8 000€. Le Compte Personnel de Formation permet de valider une certification professionnelle (RNCP), de réaliser un bilan de compétences ou de bénéficier d’un accompagnement à la Validation des Acquis de l’Expérience (VAE).

L’AIF : Aide Individuelle à la Formation

L’aide Individuelle à la Formation (AIF) est un dispositif réservé aux demandeurs d’emploi, mais également aux personnes bénéficiant d’un contrat de reclassement professionnel (CRP), d’un contrat de transition professionnelle (CTP), ou d’un contrat de sécurisation professionnelle (CSP). Gérée par Pôle Emploi, l’AIF permet de prendre en charge l’intégralité des coûts d’une formation professionnelle. Pour obtenir un financement de formation par Pôle Emploi, il est primordial que votre projet soit concret, réalisable et dans un objectif de retour à l’emploi. Le montant de l’aide individuelle à la formation varie en fonction de chaque candidat, dans la limite d’un plafond de 8 000€. Dans certains cas, le candidat peut notamment bénéficier d’une rémunération le temps de la formation.

L’OPCO : Opérateur de Compétences

Un OPCO (Opérateur de Compétences) est un organisme d’État qui accompagne et soutient financièrement les entreprises (TPE-PME de moins de 50 salariés) afin d’assurer l’évolution professionnelle de leurs employés, par le biais de la formation continue. Depuis avril 2019, et suite à l’adoption de la loi pour la liberté de choisir son avenir professionnel, la France compte désormais 11 opérateurs de compétences, où sont répertoriées 329 branches professionnelles. Les opérateurs de compétences peuvent financer différents types d’actions en rapport avec la formation : formation en alternance, plan de développement des compétences et dispositif Pro-A (reconversion ou évolution professionnelle). Toutes ces actions sont financées par les entreprises à travers la contribution unique à la formation professionnelle.

Le PTP : Projet de Transition Professionnelle

Créé le 1er janvier 2019, le Projet de Transition Professionnelle (PTP) remplace le Congé Individuel de Formation (CIF). Ce dispositif s’adresse aux salariés d’une entreprise en quête d’une reconversion professionnelle en vue de changer de métier. Il accompagne ces derniers dans la concrétisation de leur nouveau projet professionnel. Le projet de transition professionnelle offre donc la possibilité aux salariés de prendre un congé pour suivre une formation en lien avec leur projet, avec en prime le maintien d’une rémunération pendant toute la durée de la formation. À noter que dans le cadre du projet de transition professionnelle, la formation doit être éligible au CPF (Compte Personnel de Formation). Pour bénéficier d’un projet de transition professionnelle, le salarié doit justifier d’une ancienneté de 24 mois dans l’entreprise en question. 

Ces différents éléments mettent clairement en avant que de nombreuses possibilités existent en matière de formation professionnelle. Chacun peut donc bénéficier d’un dispositif adapté à son statut et à son projet professionnel. Cela représente un véritable accélérateur pour évoluer et déployer son employabilité. 

 

Lire la suite...


Articles en relation