Connexion
/ Inscription
Mon espace
Questions de gestion
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

[Questions de Gestion] Survivre ou prospérer ?

Commentaire de Karolina Noculak, Investment director chez abrdn*, qui analyse les conséquences de l'inflation et des difficultés rencontrées dans les chaînes d'approvisionnement sur le résultat des entreprises pour le 3ème trimestre 2021.

Les goulets d'étranglement dans la chaîne d'approvisionnement entraînent des pressions importantes sur les coûts des entreprises au niveau mondial, certaines d'entre elles étant plus touchées que d'autres. Dans les transcriptions des résultats du 2ème trimestre, on note que le mot "inflation" a été multiplié par 9 par rapport à la même période l'année dernière. Les matières premières, les pénuries, les difficultés à trouver de la main-d'œuvre et les coûts de transport y sont tous apparus de manière particulièrement fréquente.

Ces pressions signifient que nous avons probablement vu la plus grande partie de l'expansion des marges de ce cycle et que, à partir de là, la croissance future des bénéfices dépendra largement des perspectives de la demande et du pouvoir de fixation des prix. L'enquête de la NFIB auprès des entreprises américaines confirme cette tendance. Nous observons que le nombre net d'entreprises qui prévoient des augmentations de prix (pour compenser les pressions sur les coûts) est à son plus haut niveau depuis plus de 10 ans. 

Typiquement, une inflation généralisée et un environnement de forte croissance nominale sont favorables à la croissance des revenus et des bénéfices des entreprises. Cependant, l'inflation que nous connaissons actuellement est centrée sur certaines poches liées à la chaîne d'approvisionnement, à certains produits de base ou aux pénuries de main-d'œuvre qualifiée. Cela signifie que l'impact inflationniste peut ne pas être distribué de manière égale sur le marché.

Survivre ou prospérer ?

La saison des résultats du troisième trimestre démarre dans quelques semaines et nous entendrons sans doute un certain nombre d'entreprises annoncer qu’elles sont en dessous de leurs prévisions de bénéfice et accuser les tensions dans la chaîne d'approvisionnement.

Les entreprises les plus à risque sont celles qui sont incapables de répercuter les hausses de coûts sur leurs consommateurs/acheteurs finaux. Les détaillants sur les marchés concurrentiels, les 'magasins à un dollar' offrant des prix fixes, certaines compagnies aériennes, les entreprises de logistique/transport susceptibles de connaître des difficultés en raison de la hausse des coûts des intrants.  Dans le passé, les investisseurs ont récompensé les entreprises ayant des stocks réduits, des livraisons ‘just in time" et des systèmes opérationnels très rationalisés. Certains de ces modèles pourraient être mis à l'épreuve dans l'environnement actuel. 

D'autres entreprises, cependant, sont susceptibles de prospérer dans un environnement inflationniste. Les perspectives sont brillantes pour celles qui peuvent répercuter les hausses de prix et voir leur chiffre d'affaires croître plus vite que leur base de coûts. Les entreprises disposant d'un bon pouvoir de fixation des prix se trouvent généralement dans des secteurs où les marques sont fidèles - les marques de luxe ou certaines sociétés de spiritueux en sont des exemples. Les entreprises ayant un bon pouvoir de fixation des prix peuvent accroître leurs bénéfices dans un environnement inflationniste. Celles qui ont des marges élevées sont également en bonne position car leur sensibilité à la hausse des coûts des intrants peut être moindre. Enfin, celles disposant de chaînes d'approvisionnement courtes et d'une bonne stratégie d'approvisionnement sont également susceptibles de sortir gagnantes.  Elles peuvent être des sociétés plus petites, avoir une présence locale et être plus présentes sur le marché du non coté

Inflation et valorisations

Nous avons vu certaines entreprises ajuster leur mix produit pour obtenir de meilleurs prix. Par exemple, les constructeurs automobiles sont devenus très contraints en raison de la pénurie de composants.  Ils ont réagi en orientant leur production vers les modèles haut de gamme, qui offrent des prix plus élevés. Dans ce cas, la production peut souffrir (moins de voitures produites), mais les répercussions sur les recettes peuvent être compensées par une tarification plus élevée et un meilleur mix.  Cela limite l'impact global sur le chiffre d'affaires.  

Une inflation généralisée n'est pas nécessairement mauvaise pour les bénéfices des entreprises. Le levier d'exploitation est plus puissant lorsque le chiffre d'affaires nominal s'accélère.

Il est difficile de commenter sur l’effet de l’inflation sur les valorisations au niveau global.  Certaines caractéristiques souhaitées, telles que des marges élevées et un bon pouvoir de fixation des prix, sont généralement reconnues par les investisseurs et sont probablement valorisées à un prix supérieur.  Cela dit, ces entreprises sont toujours susceptibles de performer sur le marché si elles continuent à faire croître leurs bénéfices dans un environnement où les autres déçoivent.

* abrdn : anciennement Aberdeen Standard Investments.

Lire la suite...


Articles en relation