Connexion
/ Inscription
Mon espace
BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

Biodiversité pour une pêche durable : 1 décennie de promesses non tenues

En 2010, les États membres de la convention sur la diversité biologique se sont donnés 20 objectifs à atteindre d'ici 2020. Aujourd’hui, le bilan des Nations Unies indique qu'aucun de ces objectifs, dits Aichi, n'a été pleinement atteint.

L’analyse de Matt Gummery, Responsable de l'évaluation des pêches du MSC.

Le 5ème rapport de l'ONU sur les perspectives mondiales de la biodiversité révèle une décennie de promesses non tenues. Aucun des objectifs mondiaux fixés il y a 10 ans pour protéger la biodiversité mondiale n'a été pleinement atteint. Bien que de bons progrès aient été accomplis vers la gestion et la récolte durables du poisson au niveau mondial, l'avenir de l'approvisionnement alimentaire mondial dépend de la protection de toute la biodiversité. Cela inclut les choix que les consommateurs font actuellement, explique Matt Gummery. 


Un engagement mondial pour enrayer la perte de biodiversité

Des mesures pour faire face au déclin rapide de la biodiversité dans le monde ont été convenues par les dirigeants mondiaux à Rio de Janeiro en 1992. Traité international, la Convention sur la diversité biologique a été ratifiée par 196 pays. 
Le but de la convention était d'arrêter le déclin massif de la biodiversité grâce à une utilisation durable et équitable des ressources naturelles. En 2010, cinq objectifs stratégiques et 20 cibles - connus sous le nom d'objectifs d'Aichi pour la biodiversité - ont été fixés pour aider à ralentir le déclin. Le rapport d'aujourd'hui passe en revue les progrès accomplis au cours des 10 dernières années pour atteindre ces objectifs.

Progrès substantiels accomplis vers une pêche durable

Bien qu'aucun des 20 objectifs n'ait été pleinement atteint au niveau mondial, 6 l'ont été partiellement, la gestion et la récolte durables du poisson (objectif 6), a « bien progressé », 37% des pays étant en voie d'atteindre ou de dépasser leurs objectifs nationaux.
Malgré les tendances négatives générales, il existe des preuves de reconstitution réussie des stocks de poissons marins précédemment épuisés. Cela s'est produit lorsqu'une gestion améliorée des pêches a été mise en œuvre et que la pêche illégale, non déclarée et non réglementée a été abordée, ou lorsque la politique de la pêche a été réformée.


Protéger les écosystèmes marins

De nombreux pays prennent également des mesures pour protéger les espèces menacées. 95% des pays déclarant des données pour le Code de conduite de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) agissent pour prévenir les impacts sur les espèces menacées et interdire les pratiques de pêche destructrices. Cependant, plus d'informations sont nécessaires pour comprendre l'efficacité de ces mesures.
Les habitats océaniques sensibles comme les récifs coralliens continuent d'être affectés par de multiples menaces humaines, notamment la surpêche, la pollution par les nutriments et le développement côtier. Il est important de reconnaître les impacts plus larges de la pêche non durable sur les habitats. C'est pourquoi la norme du MSC exige des pêcheries qu'elles prouvent qu'elles n'ont pas d'impact à long terme ou irréversible sur les écosystèmes marins vulnérables. Nous savons à quel point les réseaux trophiques marins résilients et fonctionnels sont précieux pour des milliards de vies dans le monde.


Conduire le changement grâce à la certification MSC

Le rapport souligne également que les pêcheries certifiées MSC ont contribué à ces progrès, notamment en doublant le nombre de débarquements de poissons « certifiés comme capturés dans la nature » au cours de la dernière décennie. Plus de 17% des fruits de mer pêchés dans la nature sont engagés dans le programme MSC, provenant de 400 pêcheries à travers le monde.
Il est clair qu'une bonne gestion écosystémique des pêches est le meilleur moyen de garantir un approvisionnement alimentaire durable tout en inversant l'exploitation de la biodiversité. Les pêcheries certifiées MSC font preuve d'une bonne gestion des pêcheries car elles protègent non seulement les stocks de poissons, mais également les écosystèmes marins, les espèces menacées et les habitats. 

Pourtant, si des progrès substantiels ont été accomplis, les données du rapport FAO SOFIA de l'ONU au début de cette année indiquent que plus de 34% des stocks de poissons sont toujours surexploités. Malheureusement, ce chiffre est plus élevé qu'il y a 10 ans, et il reste encore beaucoup à faire pour que toutes les pêcheries exploitent à des niveaux durables. 

Les perspectives plus larges d'une économie océanique durable

Sur les 60 éléments cibles individuels, sept ont été atteints et 38 montrent des progrès. De manière décevante, 13 éléments ne montrent aucun progrès ou déclin supplémentaire.
La cible 3, éliminer les subventions gouvernementales néfastes susceptibles de nuire à la biodiversité, n'a guère progressé au cours de la dernière décennie. Le financement de la biodiversité est d'environ 80 à 90 Mds$ par an - une fraction des 500 Mds$ de subventions accordées chaque année. 
Il est difficile de voir comment nous parviendrons à une économie océanique durable alors que la surexploitation est encore récompensée. En 2018, seulement 10 Mds$ ont été dépensés en subventions pour la promotion d'une pêche durable, tandis que 22 Mds$ ont été dépensés en subventions liées à la surpêche par l'expansion des flottes nationales.  


5 étapes pour vivre en harmonie avec la nature

Le non-respect de ces objectifs compromet les progrès d'autres initiatives mondiales, notamment les objectifs de développement durable et l'Accord de Paris sur le changement climatique. Alors que la perte de biodiversité se poursuit, ceux-ci sont en jeu.
Nous recevons une gamme d'avantages de nos océans. La perte supplémentaire d'espèces et d'habitats affectera non seulement la survie d'autres espèces, mais aussi les humains.
Il n'y a pas de solution unique pour « plier la courbe » de la perte de biodiversité, selon l'ONU. Au lieu de cela, des efforts soutenus sont nécessaires pour : réduire la consommation, augmenter la production alimentaire durable, réduire les facteurs de perte de biodiversité, atténuer le changement climatique et restaurer la nature. Tous sont nécessaires pour mettre un terme à un nouveau déclin de la biodiversité - et aux impacts négatifs qui en résultent pour les humains.

Une opportunité de changement

Alors que notre population et notre consommation mondiale continuent de croître, davantage de personnes doivent être en mesure de faire des choix de marché durables. Les efforts visant à soutenir une pêche et une production alimentaire durables doivent être intensifiés. Covid-19 a mis le monde en pause, nous faisant réévaluer notre relation avec la nature. Améliorons la situation. 
Nourrir le monde et protéger les océans ne peuvent être réalisés qu’ensemble. Ce n'est qu'en protégeant la biodiversité et en vivant en harmonie avec la nature que nous pouvons assurer notre propre avenir sur cette planète. 

Lire la suite...


Articles en relation