Connexion
/ Inscription
Mon espace
ER - Analyses de marchés
ABONNÉS
Suivez-nous sur feedly

Introductions en Bourse : 1er trimestre marqué par 2 tendances

Face à la pandémie mondiale de Covid-19, les principales Bourses mondiales ont accusé en mars 2020 leurs pires baisses intra-journalières depuis la crise financière mondiale de 2008. Autre conséquence, la volatilité des marchés atteint ses plus hauts niveaux depuis la crise financière mondiale. 

Un 1er trimestre bien engagé mais fortement bousculé par la pandémie mondiale

Au niveau mondial, le 1er trimestre 2020 est marqué par 2 tendances successives : 
D’une part, la dynamique positive observée au 4ème trimestre 2019 s’est poursuivie en janvier et février. Les investisseurs ont profité d’une meilleure visibilité sur les marchés en partie due à une vision plus claire sur le déroulement du Brexit suite aux élections britanniques et d’un léger relâchement des tensions commerciales mondiales. Dans ce contexte, le niveau d’activité des introductions en bourse (IPO) et des offres (FO) a été particulièrement soutenu dans les régions Amériques et Asie-Pacifique. 
D’autre part, le marché des IPO (hors Asie-Pacifique qui lui reprenait timidement) s’est trouvé quasiment à l’arrêt en mars, du fait de la pandémie du Covid-19. Les émissions en Asie-Pacifique ont représenté 58% des fonds mobilisés et 79% des transactions mondiales au cours de ce même mois.

En dépit de cette crise, 207 transactions ont été réalisées au 1er trimestre 2020 et ont permis de lever 35,7 Mds$, soit une hausse de 15,7 Mds$ (+78%) par rapport au 1er trimestre 2019. 
« Les perspectives pour le reste de l’année 2020 sont extrêmement incertaines. Cette volatilité devrait perdurer tant que les marchés ne parviendront pas à un consensus concernent les effets du confinement sur l’économie et la reprise après la levée de ces mesures », explique Philippe Kubisa, Associé spécialiste des marchés de capitaux chez PwC. 


Malgré les incertitudes, une reprise progressive dans la région Europe - Moyen-Orient - Afrique ?

En Europe, les émissions d’actions au 1er trimestre 2020 ont été fortement entravées par la pandémie de Covid-19 et l’effondrement simultané des cours pétroliers, provoquant ainsi des fluctuations inédites (volatilité, niveaux de valorisation, positionnement des investisseurs, confiance des marchés). L’ampleur et la durée de la récession, ainsi que son impact sur l’environnement macroéconomique, restent encore inconnus. Les entreprises et les sociétés de capital-investissement ont été contraintes de reporter voire d’annuler leurs projets d’IPO pour la plupart.

Toutefois, le début du 2ème trimestre voit une légère reprise des introductions en Bourse sur les marchés en Europe, au Moyen-Orient et en Afrique, dans les secteurs qui ont été les plus touchés par le ralentissement économique depuis la mi-mars.

« Il semble néanmoins peu probable que l’on revienne à des volumes significatifs au cours du prochain trimestre. Les conditions de marché restent difficiles et il est possible que les fenêtres d’émission soient de courte durée. Néanmoins, cette vague probable de recapitalisation pourrait s’intensifier rapidement jusqu’à dominer l’activité d’émission dans la région EMEA au cours des 2 prochains trimestres », conclut Philippe Kubisa.

Lire la suite...


Articles en relation