Connexion
/ Inscription
Mon espace
BE - Financement des intiatives
ABONNÉS

[les entretiens d'Esteval] Ulrich Maurel, Compagnie européenne de crédit

Une aventure entrepreneuriale débute généralement par un cheminement personnel. Ce n’est qu’ensuite qu’elle devient une aventure collective, emportée par l’ambition, la dynamique et la vision de l’initiateur du projet. Retour sur l’émergence d’un leader avec Ulrich Maurel, Président de la Compagnie européenne de crédit.

Quelle est l’origine de votre parcours entrepreneurial ?

C’est en travaillant comme négociateur sur le marché de l’immobilier ancien pendant mes années étudiantes que j’ai fait mes premières armes dans le monde de l’immobilier.  Rapidement, il m’est apparu que la bonne fin d’une transaction repose en grande partie sur son financement. Sur la base de cette conviction, c’est tout naturellement que j’ai intégré le Crédit Foncier où je me suis familiarisé avec le marché de l’immobilier neuf en tant que commercial avant d’occuper le poste de responsable des partenariats. J’ai pu y développer des qualités managériales en appréhendant cette fois l’ensemble des aspects du métier : front, middle et back office.

C’est à ce moment-là que vous avez entrevu les perspectives offertes par le marché du courtage immobilier ?

J’ai effectivement pu découvrir le monde du courtage. L’activité, présente en France depuis la fin des années 70, entrait alors dans une nouvelle phase de maturation. Les acteurs existants, qu’ils exercent aujourd’hui leur activité de façon traditionnelle ou via Internet, ont dû progressivement s’adapter à un niveau de maturité croissant des consommateurs et ont donc dû, pour garantir leur pérennité, repenser le conseil apporté et donc adopter une approche en architecture ouverte. Riche d’une vision transversale, je pensais à l’entrepreneuriat mais j’ai d’abord souhaité compléter mon expertise en rejoignant la maison mère, à savoir les Caisses d’épargne, pour appréhender les aspects mutualistes via des fonctions d’animation commerciales.

C’est ensuite que vous avez choisi de créer votre entreprise ?

En effet, riche des différentes expériences accumulées, j’ai créé Immoprêt en 2006 avec l’objectif de devenir un acteur de référence avec peu de moyens et une promesse client à créer.

Comment s’est articulée votre approche ?

L’idée, en créant Immoprêt, était d’optimiser la démarche auprès des consommateurs car comme pour toute initiative qui se veut pérenne, le raisonnement s’est basé sur les attentes des clients.  Originaire du Nord de la France, je me suis naturellement appuyé sur une vision industrielle du métier.

L’automatisation serait la clé du succès ?

Plus précisément, c’est l’innovation qui est un facteur clé avec, néanmoins, un impératif : faire confiance et savoir déléguer. En d’autres termes, l’humain est au cœur de la démarche. C’est pour cette raison que nous investissons massivement dans la formation de nos collaborateurs. Il est d’ailleurs bon de rappeler que le chef d’entreprise est à tous moments au service de ses employés, de la même manière qu’il l’est de ses clients et partenaires commerciaux.

Au regard de ces considérations, comment avez-vous appréhendé votre marché ?

Nous l’avons immédiatement appréhendé comme un marché de volume, une condition sine qua none pour atteindre l’objectif de devenir le numéro 1 français. En effet, l’expérience montre que les marchés de niche sont toujours intermédiables. Le déploiement d’Immoprêt de 2006 à 2016 a conforté la vision initiale. Le rêve est devenu réalité grâce, notamment, aux équipes qui nous ont fait confiance et à une alliance opportune qui s’est concrétisée en 2016.

Celle qui a donné naissance à la Compagnie Européenne de Crédit ?

Précisément. Nous nous sommes rapprochés du courtier Hubert Guillard et de CBP Solutions, tout en bénéficiant de nouveaux financements de la part de la financière CEP. Cette alliance entre un acteur financier et un entrepreneur a pleinement fait sens : en seulement deux ans, la Compagnie Européenne de Crédit est devenue le numéro 1 français.

Tous les ingrédients de la réussite entrepreneuriale étaient donc réunis ?

Effectivement, mais à ceux déjà mentionnés plus haut, il convient d’en ajouter un autre qui est primordial : la stabilité de la structure familiale. Le soutien de mon épouse et de mes enfants a été un facteur déterminant du succès de la dynamique entrepreneuriale initiée il y a 13 ans. Souvent, la frontière entre vie professionnelle et vie personnelle est mince.

Quelles sont, selon vous, les qualités nécessaires à tout entrepreneur ?

Si le choix du secteur d’activité peut, et même doit, répondre à un intérêt personnel et à l’existence d’opportunité, les entrepreneurs à succès ont en commun la curiosité, la volonté d’aller à la rencontre des autres, le sens de l’écoute, la capacité d’observer et une permanente volonté de comprendre le monde qui l’entoure.

Quels sont aujourd’hui vos ambitions pour le groupe ?

Dans un premier temps, nous allons accompagner le processus de consolidation et de professionnalisation du marché tout en conservant notre position de leader. Pour cela, nous continuerons de déployer notre stratégie phygitale (physique et digitale – ndlr), multicanale et multi-marques (Empruntis Agences, Emrpuntis.com, Immoprêt et ACE Crédit). Nous nous appuierons sur nos partenaires bancaires et immobiliers et, bien sûr, sur l’évolution des besoins des clients finaux en matière de crédits immobiliers et de crédits à la consommation. Pour ce faire, nous apporterons la dose d’innovation nécessaire tout en anticipant les évolutions règlementaires et les besoins exprimés par nos nouveaux clients, issus de la génération Z. Dans un second temps, nous comptons donner la dimension continentale que laisse envisager le nom de notre groupe, la Compagnie européenne de crédit.

 

Lire la suite...


Articles en relation