Connexion
/ Inscription
Mon espace
ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Vers un rebond des petites capitalisations émergentes ?

Bien que l’intérêt des investisseurs pour les marchés émergents se soit renforcé au 1er trimestre 2019, nombre d’entre eux ont semblé négliger les actions des entreprises à petite capitalisation.

L’équipe de Franklin Templeton Emerging Markets Equity suggère quelques raisons qui pourraient inciter les investisseurs à envisager de choisir des actions émergentes à petite capitalisation.

La quasi-totalité des grandes classes d’actifs ont connu des baisses en 2018 : il est clair que l’année a été difficile. Les actions des petites capitalisations émergentes (telles que définies par l’indice MSCI EM Small Cap) n’ont pas fait exception et ont essuyé des baisses à deux chiffres. Cette classe d’actifs a cependant rebondi au premier trimestre 2019, l’indice enregistrant un gain de 7,8%.

Cependant, dans la continuité de l’an dernier, les petites capitalisations émergentes n’ont pas suivi le rythme de leurs homologues émergentes à grande capitalisation au cours du 1er trimestre. À nos yeux, cette sous-performance peut s’expliquer en partie par certaines idées fausses des investisseurs au sujet des petites capitalisations émergentes. L’idée que les actions des petites capitalisations émergentes sont plus volatiles que celles des sociétés plus abondamment capitalisées, occulte les atouts majeurs dont un gestionnaire actif pourrait faire bénéficier.


Opportunités parmi les actions des petites capitalisations émergentes

La place des petites capitalisations émergentes reste attrayante à nos yeux, notamment parce que beaucoup des vents contraires de 2018 ont déjà été intégrés dans les valorisations ou sont susceptibles de s’apaiser cette année. Le ton de la Fed s’est fait plus conciliant cette année. Lors de sa réunion de mars 2019, elle a confirmé la sérénité dont elle avait déjà fait preuve en janvier au sujet des taux d’intérêt.
De même, concernant les relations commerciales entre les États-Unis et la Chine, des signes plus optimistes pointent vers un accord à court terme, bien que la possibilité qu’aucun accord commercial ne voie le jour constitue un risque majeur.
Qui plus est, le marché s’attend, dans l’ensemble, à ce que le cours du pétrole reste plus ou moins dans une fourchette, en raison de la croissance continue de l’offre et de l’affaiblissement de la demande dû au ralentissement économique mondial. Selon nous, la stabilité des prix du pétrole devrait soutenir la consommation et atténuer l’inflation de certaines économies asiatiques, comme l’Inde, qui sont des importateurs nets de pétrole.

Nous pensons que pour de nombreux investisseurs, l’environnement actuel du marché constitue un point d’entrée particulièrement attrayant. Plus spécifiquement, nous aimons certaines entreprises sélectionnées dans le secteur de la santé, ainsi que celles qui peuvent bénéficier des tendances structurelles à long terme en matière de consommation et d’innovation.

- Santé. L’évolution démographique et le vieillissement de la population dans de nombreux pays des marchés émergents intensifient les pressions sur les systèmes de santé. À notre avis, ces facteurs vont continuer à être une aubaine pour les hôpitaux, les compléments alimentaires, les dispositifs médicaux et les produits pharmaceutiques.
Le paysage des soins de santé change lui aussi, car la sensibilisation croissante des consommateurs alimente les besoins médicaux et de bien-être. Nous voyons de plus en plus de consommateurs adopter les soins de santé préventifs, dans un souci d’améliorer leur apparence et leur bien-être.
Par exemple, nous apprécions les perspectives à long terme d’une entreprise sud-coréenne qui fabrique des produits utilisant la toxine botulique de type A à des fins tant thérapeutiques qu’esthétiques. Cette société est entrée sur le marché mondial de la toxine botulique, et nous pensons qu’elle est bien placée pour bénéficier de la demande mondiale croissante de produits anti-âge, en particulier dans les économies à forte croissance comme la Chine, où ce segment devrait progresser rapidement au cours des prochaines décennies.

- Consommation. L’augmentation de la consommation domestique reste un moteur structurel à long terme pour les marchés émergents. Nous pensons que la demande de biens et de services devrait s’y accélérer, grâce à l’essor d’une population jeune et active, qui va de pair avec la hausse des revenus des ménages.
Selon nous, cette augmentation de la demande créera des opportunités pour les entreprises qui s’adressent au marché croissant de la consommation. Nous apprécions particulièrement certaines entreprises sélectionnées, susceptibles de bénéficier de la tendance croissante à la premiumisation des biens de consommation et des services. Nous constatons également que la hausse des revenus stimule la demande de produits et services financiers plus complexes, comme la gestion de patrimoine et la gestion d’actifs.

Innovation. Non seulement les entreprises des marchés émergents ont adopté l’utilisation de la technologie, mais elles sont aussi devenues actrices de l’innovation sur le marché mondial dans de nombreux domaines. Les marchés émergents s’inscrivent aujourd’hui à la pointe des dernières évolutions technologiques : services bancaires et shopping mobiles, robotique, véhicules autonomes, santé, etc.
Nous nous attendons à voir la technologie poursuivre la refonte de l’économie mondiale à mesure que les facteurs de disruption technologique deviennent la norme en transformant les paysages sectoriels et que les entreprises continuent de favoriser la technologie et l’innovation.
La technologie fait évoluer l’industrie automobile en introduisant de nouvelles tendances comme les véhicules électriques et les systèmes de conduite automatisée. De plus, l’e-commerce poursuit sa progression, qui se répercute sur plusieurs marchés car un nombre croissant de consommateurs utilisent plusieurs appareils pour leurs achats en ligne.


Quelles sont les implications en matière d’investissement ?

Le point le plus important consiste peut-être à reconnaître qu’un grand nombre d’entreprises à petite capitalisation des marchés émergents ne grandiront probablement jamais pour diverses raisons : problématiques de gouvernance d’entreprise, mauvaise qualité de leur gestion, absence de croissance sur le marché ou autres facteurs. Le rôle d’un gérant actif est de chercher les entreprises vouées au succès sur le long terme, tout en essayant de réduire le risque baissier et donc d’augmenter les rendements ajustés au risque.

Chez Franklin Templeton Emerging Markets Equity, nous pensons que les gérants actifs qui peuvent se concentrer sur la gestion des risques et sur les moteurs de croissance à long terme pour la classe d’actifs sont les mieux à même de découvrir des opportunités dans cet univers. Notre recherche de petites capitalisations des marchés émergents est pilotée par une vaste équipe sur le terrain de plus de 80 gérants de portefeuilles et analystes dans 16 bureaux dans le monde entier, ce qui nous permet d’organiser régulièrement des rencontres face à face.
Dans l’ensemble, grâce à notre approche bottom-up à forte conviction et à long terme, nous cherchons à investir dans des sociétés possédant de bonnes équipes de gestion que nous pensons à même de faire des choix stratégiques pertinents.

 

Lire la suite...


Articles en relation