Connexion
/ Inscription
Mon espace
BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

[Les entretiens d'Esteval] Grégoire Bourdin, Hipay

Entretien avec Grégoire Bourdin,

Hipay est une fintech présente sur le segment spécifique du paiement. Son métier, qui exige beaucoup de pédagogie, nous a été présenté par Grégoire Bourdin, le président de la structure.

Quel est la raison d’être d’Hipay ?

Cotée en bourse, Hipay est une plateforme technologique animée par quelque 200 salariés sur cinq sites répartis en Europe (Levallois, Nantes, Milan, Bruxelles et Lisbonne). Nous réalisons 29 millions d’euros de chiffre d’affaires auprès d’environ 4 000 clients. Nous offrons des services technologiques autour du paiement mais, contrairement aux acteurs historiques qui proposent ces services en marque blanche, nous intervenons à visage découvert et déployons notre expertise pour optimiser les fonctionnalités liées au paiement.

En quoi cela consiste-t-il ?

Nous offrons un service complet qui couvre les aspects règlementaires, monétiques et monétaires à nos clients dans le cadre d’une stratégie omnicanale, c’est-à-dire qui associe boutiques en ligne, commerces physiques ou encore qui combinent plusieurs espaces ou canaux de vente. Nos clients ont la possibilité d’accepter des paiements en euros, mais aussi en d’autres devises.  La majorité des moyens de paiement disponibles sur les marchés que nous couvrons peuvent en outre être utilisés via notre plateforme. Nous avons la volonté d’agir sur le taux de succès des ventes et sur la sécurité. Nous visons donc à optimiser l’ensemble en soignant les détails et en procédant aux mesures nécessaires.

Plus spécifiquement, sur quels aspects agissez-vous ?

Nous travaillons à l’amélioration de l’expérience utilisateur, le cas échéant en le personnalisant ou en proposant des moyens de paiement locaux. Nous sommes également attentifs à la fraude. Nous limitons les transactions douteuses en ayant recours à l’intelligence artificielle et à des algorithmes spécifiques que nous améliorons en continu. Au total, nous intervenons sur plus de 30 fonctionnalités qui enrichissent la relation d’un marchand avec ses clients.

Qui sont vos clients ?

L’essentiel de notre chiffre d’affaires est réalisé auprès de clients « grands comptes » qui réalisent au moins 10 millions d’euros de chiffre d’affaires par an. Il s’agit bien sûr d’acteurs du e-commerce, mais aussi de franchises de magasins qui souhaitent déployer une stratégie omnicanale ou encore fédérer leurs franchisés dans le cadre d’une marketplace. Nous sommes également présents, depuis une dizaine d’années, auprès des petites et moyennes entreprises. Notre offre à leur attention sera d’ailleurs prochainement améliorée.

Les activités liées au paiement sont particulièrement sensibles. Comment appréhendez-vous les aspects réglementaires ?

La sécurité dans ce domaine est un enjeu fort. Nous sommes conformes aux exigences de PCI-DSS (Payment Card Industry Data Security Standard) qui est la norme de sécurité des données de l’industrie des cartes de paiement. Et, en ce sens, nous faisons l’objet d’audits réguliers et très rigoureux. Ici aussi, nous avons fait preuve d’innovation pour simplifier les démarches de nos clients en leur proposant une formule qui permette d’externaliser la gestion des données sensibles et ainsi d’éviter qu’ils ne fassent l’objet d’audits trop contraignants. Pour l’heure, nous travaillons activement sur les prochaines exigences – renforcées - d’authentification qui entreront en vigueur en septembre prochain.

Lire la suite...


Articles en relation