Connexion
/ Inscription
Mon espace

Récession peu probable en dépit du ralentissement économique

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Bien que les statistiques économiques publiées continuent de confirmer la thèse du ralentissement de la conjoncture mondiale, une récession ne semble pas pour autant imminente dans la plupart des pays.

Telle est l’opinion de Guy Wagner, chief investment officer de BLI - Banque de Luxembourg Investments, et de son équipe, dans leur analyse mensuelle, les ‘Highlights’.

Aux Etats-Unis, le marché de l’emploi demeure robuste, les créations d’emploi ayant été particulièrement fortes en janvier malgré la fermeture partielle du gouvernement. En Europe, le ralentissement est plus explicite, « le PIB de la zone euro ayant augmenté de seulement 0,2% en glissement trimestriel au cours des 3 derniers mois de l’année passée, le rythme le plus lent depuis 4 ans », indique Guy Wagner. « La croissance japonaise demeure fortement tributaire de l’issue du conflit sino-américain, décourageant les dépenses d’investissement de la Chine et, par conséquent, la demande de biens d’équipement fabriqués au Japon. » En Chine, les autorités publiques réagissent au ralentissement économique par des mesures de stimulation d’ordre monétaire et fiscal susceptibles d’avoir un impact favorable sur la croissance vers le milieu de l’année.  


Les Etats-Unis et l’Europe gardent leur politique monétaire inchangée

Conformément aux attentes, la Fed a laissé inchangés ses taux d'intérêt à l'issue de la première réunion du comité monétaire cette année, la borne supérieure du taux des fonds fédéraux restant à 2,5%. « Les autorités monétaires ont toutefois modifié le message sur leurs intentions futures, indiquant qu'elles se montreraient dorénavant patiente pour relever leurs taux d'intérêt, alors que précédemment, elles avaient affirmé leur volonté de garder en place la trajectoire haussière », souligne l’économiste luxembourgeois. Comme justification, le président Jerome Powell a cité les multiples contre-courants conjoncturels tels que le ralentissement des économies chinoise et européenne, les incertitudes entourant le Brexit, la guerre commerciale avec la Chine et la fermeture partielle du gouvernement américain. En Europe, le conseil des gouverneurs de la Banque centrale européenne n’a apporté aucun changement à sa politique monétaire lors de la première réunion de l’année.


Les marchés boursiers ont fortement rebondi en janvier

Après la correction importante en décembre, les marchés boursiers ont fortement rebondi en janvier. Ainsi, les indices principaux ont tous enregistré des performances largement positives. « Au niveau sectoriel, le rebond a également été assez homogène, le meilleur secteur ayant été celui de l’énergie, alors que même celui des services publics, la lanterne rouge, s’est considérablement redressé. »


Les rendements des emprunts d’Etat poursuivant leur tendance baissière

En janvier, le rebond important des marchés boursiers n’a pas entraîné un retournement de situation sur les marchés obligataires, les rendements des emprunts d’Etat poursuivant leur tendance baissière. Ainsi, le rendement du bon du Trésor américain à 10 ans a légèrement reculé, alors que les taux de référence à 10 ans dans la zone euro se sont même davantage détendus. « Les perspectives de ralentissement économique et de réduction supplémentaire des pressions inflationnistes maintiennent les taux longs à de faibles niveaux », conclut Guy Wagner.

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
La Chine dans l’année du cochon

Selon la société de gestion Comgest : « ‘Le socialisme à visage chinois' n'est pas un modèle en voie d'extinction. Des opportunités de stock picking existent dans les secteurs de la santé, des assurances, des logiciels et de l'internet. »  40 ans après les réformes de Deng Xiaoping, la Chine entre dans l'année du cochon. Après une année boursière 2017 euphorique, la baisse du marché chinois en 2018 a ravivé la sensibilité aux risques, ceux liés, notamment, au conflit commercial croissant avec...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
La croissance économique mondiale devrait ralentir en 2019

D'une manière générale, l'économie mondiale devrait voir sa croissance ralentir en 2019 et les pays du G7, revenir à leur taux moyen à long terme, selon les prévisions des experts de PwC dans la dernière édition de l'étude "Global Economy Watch". Pour PwC, la reprise de la croissance observée sur la plupart des grands marchés entre la fin 2016 et le début de l'année 2018 est désormais terminée. Aux États-Unis, l'effet incitatif de la politique fiscale devrait s'estomper, tandis que la hausse...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
L’Or reviendra-t-il sur le devant de la scène ?

« Bientôt la fin de la léthargie ? » Une tribune de Stéphane Ceaux-Dutheil, analyste technique chez Alvexo, société de Trading de CFD & marché des changes.  Dès sa découverte, l'or occupe une place centrale dans la vie des Hommes et devient rapidement le symbole de la puissance économique d'un Etat. Pendant plusieurs siècles, ce métal rare et précieux joue le rôle de monnaie et l'étalon-or sera pendant longtemps la référence sur laquelle s'est construit le système financier mondial.Les...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
La croissance économique mondiale décélère

Tribune de Guy Wagner, chief investment officer de BLI (Banque de Luxembourg Investments) Les signes de ralentissement de la croissance économique mondiale se sont poursuivis au mois de novembre. Bien qu'aux Etats-Unis la dynamique de croissance demeure plus robuste que dans les autres régions, l'activité reste faible dans les secteurs clés de l'automobile et de l'immobilier. En Allemagne, le PIB a reculé de 0,2% en glissement trimestriel entre juillet et septembre, « principalement en raison...