Connexion
/ Inscription
Mon espace

L’économie française menacée par une pénurie mondiale de compétences

ABONNÉS

D’ici à 2030, la France pourrait manquer de 1,5 million de salariés ayant les compétences adaptées aux besoins des entreprises, selon l’étude " The Global Talent Crunch" réalisée par le cabinet international Korn Ferry*

- La France figure parmi les 4 pays les plus touchés :la pénurie de compétencespourrait représenter une perte de revenus potentiels de 175 Mds€ d’ici à 2030, soit 6,5% de l’économie.
- L’économie mondiale est tout autant menacée : la pénurie de compétences pertinentes devrait s’élever à 85 millions de travailleurs d’ici 2030, correspondant à un manque à gagner global de 6 900 Mds€, soit les PIB de l’Allemagne et du Japon combines.

Le déficit global de compétences adaptées aux besoins des entreprises ne cesse de  s’accroitre à travers le monde. Sans mise en place de solutions adaptées, la pénurie de compétences pourrait avoir un impact significatif sur les organisations et les grandes économies mondiales d’ici à 2030, et pourrait se retrouver en proie à une crise de talents majeure.

L’étude The Global Talent Crunch évalue le déficit entre l’offre de compétences à venir et la demande dans 20 économies de premier plan à trois dates clés (2020, 2025 et 2030) et dans trois secteurs : services financiers, Technologies, Medias et Télécommunications (TMT) et industrie.


La France,  parmi les 4 pays les plus touchés

- La répartition des compétences ne sera pas équilibrée d’ici à 2030 en France. Notre économie devrait connaitre un surplus de plus de 1,7 million de salariés ayant un niveau de formation peu élevé. A l’inverse, 1,5 million de salaries hautement diplômés devraient manquer sur le marché du travail.
- Le manque à gagner s’élèverait à 175 Mds€, soit 6,5% de l’économie.
- Le secteur des services financiers devrait être le plus touché avec une perte potentielle évalue à près de 50 Mds€ d’ici à 2030 soit l’équivalent de 6% du secteur.
- Le manque à gagner du secteur TMT en France pourrait atteindre 13 Mds€ (l’équivalent de 8,8% du secteur) et celui du secteur industriel 8 Mds€ (l’équivalent de 3,5% du secteur).

Face à des déficits de cette ampleur, un plan de développement des talents et une compréhension globale du vivier sont essentiels selon Pascal Gibert, DG de Korn Ferry France : «  Avoir les bonnes personnes aux bons endroits et aux bons moments est le principal avantage compétitif pour une organisation. Chez Korn Ferry, nous aidons nos clients à recruter les dirigeants et les experts dont ils ont besoin pour mener à bien leur stratégie. Nous constatons depuis plusieurs années déjà que certains profils clés viennent à manquer, notamment dans les secteurs qui sont en forte croissance, c’est-à-dire les secteurs les plus stratégiques pour une économie. »


Les compétences humaines, irremplaçables par la technologie

Avec la crise, les entreprises ont eu tendance à se focaliser sur les nouvelles technologies, la réduction des coûts et sur leurs employés à haut potentiel, en investissant trop peu dans la formation et dans le développement de l’ensemble des équipes. Les experts de Korn Ferry tirent donc la sonnette d’alarme.

« Il faut remettre les compétences humaines au cœur de la stratégie à long-terme des entreprises. Les bouleversements technologiques et économiques se font désormais très rapidement, mais les compétences et les connaissances des salariés n’ont pas suivi le même rythme et ne sont aujourd’hui plus en adéquation avec les besoins des entreprises », explique Gérald Bouhourd, Managing Partner, responsable de l’activité.


Industrie au niveau mondial

Les entreprises doivent donc aujourd’hui évaluer et former différemment leurs employés pour valoriser les profils les plus agiles et les plus aptes a apprendre continuellement. Une identification des compétences nécessaires a moyen et long terme et un plan de développement adapte sont donc indispensables pour garantir la performance d’une entreprise et assurer sa pérennité.

« La formation ne répond pas complétement aujourd’hui aux besoins économiques. Il existe encore trop souvent une muraille de Chine entre le système scolaire et monde de l’entreprise, qui peut empêcher le développement de cette agilité d’esprit et de compétences que recherchent toutes les organisations, »constate Frédéric L’Héreec, Senior Partner, expert en transformation des entreprises chez Korn FerryFrance. « Il est encore possible d’éviter la catastrophe de la pénurie de compétences, si les gouvernements, les systèmes éducatifs et les entreprises travaillent de concert pour la contrer. »


Une pénurie qui menace tous les pays 

- L’Allemagne pourrait connaitre la pénurie la plus importante en Europe avec 4,9 millions de salariés hautement diplômes qui viendraient à manquer, soit un manque à gagner de près de 516 Mds€ d’ici à 2030 (14% de son économie). Le pays pourrait perdre son statut de puissance industrielle dominante.
- La domination de Londres sur les marches financiers est menacée – le Royaume-Uni pourrait être confronté à une pénurie de plus d’un demi-million de personnes qualifies dans les services financiers. Le manque à gagner atteindrait près de 73 Mds€  d’ici à 2030, soit 7% du secteur.
- Les Etats-Unis devraient d’ailleurs faire face à une pénurie de 6,6 millions de salariés ayant les compétences pertinentes (un manque à gagner de près de 1,4 Md€ d’ici 2030).
- L’Inde devrait être la seule économie à conserver un surplus de talents en 2025 et 2030.


Quels secteurs touchés ?

- Au niveau mondial, les services financiers seront les plus affectés par cette pénurie, avec un possible déficit mondial de 10,7 millions de travailleurs d’ici à 2030.

- La production industrielle mondiale devra faire face à une pénurie de 7,9 millions de travailleurs en 2030, malgré un surplus de travailleurs hautement qualifiés en 2020 (en Chine et en Russie particulièrement).

- Les progrès technologiques dans tous les secteurs de l’économie pourraient être ralentis par une pénurie mondiale de 4,3 millions de travailleurs adaptes aux besoins du secteur TMT d’ici 2030 (l’équivalent de 59 fois le nombre de salariés actuels chez Alphabet, la maison mère de Google). Les Etats-Unis seraient fortement touches et risquent de perdre leur position de leader dans ce domaine.


*Korn Ferry
est un cabinet international de conseil en gestion des talents et des organisations.
https://www.kornferry.com/


Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Esteval Infos - 8 février 2019

Au sommaire de nos publications cette semaine, 58 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Lancement du fonds Candriam Equities L Oncology Impact Dette émergente : une classe d'actifs attrayante pour 2019 Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée rebondit de 2,3 % sur un mois       Une fin d'année 2018 solide pour le marché locatif des bureaux...

BE - Culture & Société
ABONNES
[Etude] Vos corvées vous rendent plus sympathique que vos « talents innés »

Une étude de la Cass Business School (City University of London) affirme que le fait de mettre l'accent sur la notion d'effort plutôt que de talent naturel permet de faire meilleure impression lors d'un premier rendez-vous Les personnes devant faire bonne impression lors de rendez-vous galants ou d'entretiens d'embauche doivent mettre en exergue le dur labeur et les efforts consentis pour expliquer leur succès, d'après une étude récente de la Cass Business School. Dans l'étude intitulée...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les Européens veulent consommer plus local et responsable

Avec une croissance qui s'essouffle et des perspectives moins favorables pour 2019, la prudence grandit chez les consommateurs européens. Mais un autre mouvement se fait jour : ils se tournent de plus en plus vers une consommation plus locale considérée comme plus responsable. Tels sont les deux grands enseignements de la nouvelle édition de L'Observatoire Cetelem qui, depuis plus de 30 ans, décrypte et analyse les modes de consommation des ménages en Europe. Cette étude intitulée « Think local,...

BE - Culture & Société
ABONNES
Quelle place pour les énergies renouvelables chez les Français ?

A l'heure du grand débat national, les Français réaffirment leur désir de privilégier les énergies renouvelables pour l'avenir du pays. L'engagement des Français est important sur cette thématique, puisque 67% estiment qu'il leur revient également d'agir à leur échelle. L'amélioration énergétique de leur logement figure parmi les actions les plus citées, devant les changements de comportement en matière de déplacements, mais derrière les résolutions en faveur d'une consommation plus responsable...