Connexion
/ Inscription
Mon espace

Stress technologique en entreprise…

BE - Entreprises & initiatives
ABONNÉS

…. D’où vient-il et comment l’atténuer ?

Tribune de Capucine Roche, Responsable Marketing de MailInBlack, société de protection du marché de l’antispam/antivirus.

Les nouvelles technologies de l’information et de la communication (TIC) ont peu à peu investi le monde du travail, ayant pour effet d’accélérer les échanges numériques en entreprise en remettant l’email au cœur de la communication.

1er vecteur de communication, l’email est l’outil favori en entreprise. Un individu passe en moyenne 30% de sa journée à gérer sa messagerie. Une véritable perte de productivité pour l’entreprise. Sachant, qu’en moyenne 80%, des emails reçus sont du spam et/ou du virus, les salariés sont donc constamment perturbés par la réception d’emails non productifs voire dangereux pour l’entreprise, soit une perte de temps et un agacement constant.

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Ainsi, il est facile de dire que l’email autant que tous les nouveaux outils amenés par les TIC peuvent avoir des impacts négatifs sur les conditions de travail des salariés, notamment ce qu’on appelle le stress technologique (ou techno-stress). Ce techno-stress s’installe tout particulièrement dans un environnement de travail où les collaborateurs se sentent obligés de rester connectés et de répondre au flux constant d’informations, telle que la masse d’emails reçus quotidiennement. Ils sont face à une situation de surcharge de travail « multi-tâche » et l’exécution de ces tâches devient automatique. Un véritable préjudice pour leur pensée créative et une possible analyse approfondie… 


Mais qu’est-ce que ce stress technologique ?

Il s’agit d’un stress induit chez une personne par l’utilisation massive et parfois à mauvais escient des nouvelles technologies et en particulier des emails. Les individus reçoivent trop d’informations dans une même journée, ils sont submergés et ont du mal à faire le tri entre celles qui sont importantes voire urgentes et les autres. Une sensation de perte de temps et d’inefficacité se fait ressentir et pèse sur le moral des salariés. Stressés, ils sont moins concentrés et productifs. Un vrai fléau pour les entreprises !

Quelles sont alors les solutions ?

1/ S’accorder des temps de repos dans la journée pour reposer son esprit et ses yeux
Le Code du travail impose un temps de pause minimum égal à 20 minutes pour 6 heures travaillées. Il est nécessaire de profiter de ce temps de repos pour se décontracter et limiter le stress.

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

2/ Appliquer le droit à la déconnexion en limitant l’ouverture des emails en dehors des heures de travail 
Selon une étude Eléas, réalisée en septembre 2016, 37% des actifs utilisent les outils numériques professionnels tels que l’email, hors du temps de travail. Avec l’utilisation du digital, bien évidemment incontournable dans le monde de l’entreprise, les modes de travail évoluent également. La frontière entre vie professionnelle et personnelle se rétrécie grandement et tend à disparaître, c’est pourquoi une loi sur le droit à la déconnexion a fait son entrée dans le code du travail cette année. Le but ? Imposer aux entreprises de plus de 50 salariés une régulation des communications (email, SMS, messagerie, etc.), notamment en dehors du temps de travail. Reste désormais aux entreprises et salariés de jouer le jeu…

3/ Équiper son entreprise d’une solution qui catégorise les emails des collaborateurs
Le but est d’éviter aux collaborateurs d’être constamment interrompu par un flux trop important d’emails non désirables. Ils peuvent enfin se concentrer sur l’essentiel, leurs emails dits « productifs ». Productivité maximale assurée pour l’entreprise  

Ces différents points constituent des prérequis indispensables pour lutter contre le phénomène grandissant de Stress technologique. Il en va de la responsabilité de tous de prendre les mesures nécessaires pour s’en préserver et ne pas affecter sa santé.

https://www.mailinblack.com/


Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Esteval Infos - 8 février 2019

Au sommaire de nos publications cette semaine, 58 articles (accès libre et accès abonnés) dont : Lancement du fonds Candriam Equities L Oncology Impact Dette émergente : une classe d'actifs attrayante pour 2019 Comme chaque mois, retrouvez nos sélections de produits d'investissement : Notre liste de fonds de boutiques revient en territoire positif Notre liste diversifiée rebondit de 2,3 % sur un mois       Une fin d'année 2018 solide pour le marché locatif des bureaux...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Jean-Claude Chasson, Bacchus Conseil

Bacchus Conseil : Une vision durable et raisonnable de l'investissement « plaisir » Loin des spéculations observées ces dernières années sur les bouteilles de vin, Monsieur Jean-Claude CHASSON s'est spécialisé avec Bacchus Conseil dans le développement durable et harmonieux du patrimoine viticole français. Retour sur une belle aventure entrepreneuriale avec le fondateur de l'entreprise. Quand avez-vous créé votre premier GFV ? C'était en 1989. Dans le cadre de l'expertise comptable et fort de...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Nominations professionnels du droit

Bernard Cendrier, Senior Advisor opérationnel chez Deloitte Corporate Finance Il apporte à l'équipe animée par Charles Bédier son expertise et sa connaissance, notamment des secteurs de la chimie, du facility management et de l'énergie. Fort d'une expérience de plus de 30 ans, Bernard Cendrier a occupé différentes fonctions de direction chez Gaz de France, Estampille SA, Engie, Desk Finance M&A et Rhodia. En 2008, après la reprise de Rhodia par Solvay, il devient Directeur des Fusions &...

BE - Entreprises & initiatives
ABONNES
Affacturage : Factofrance accompagne ses clients aux Etats-Unis

Complémentaire à un contrat d'affacturage français ou Paneuropéen, cette offre proposée par Factofrance, acteur dans le secteur de l'affacturage en France, permet aux entreprises éligibles de financer le développement de leurs filiales américaines Les Etats-Unis est un pays d'implantation privilégié des entreprises françaises, où ces dernières réalisent 16% de leur chiffre d'affaires, soit 203 Mds€. Viennent ensuite l'Allemagne avec 117 Mds€ et le Royaume-Uni avec 108 Mds€. Les Etats-Unis...