Connexion
/ Inscription
Mon espace

Saga immobilière de l’été, 8ème épisode : Les frères Pereire, argentiers du Second Empire

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Le Crédit Foncier nous fait découvrir au cours de cet été 2017, une grande figure de l’immobilier, son œuvre et sa résonance actuelle.

Après Georges-Eugène Haussmann, Paul Delouvrier, André Pux, Jules Siegfried, Napoléon III, Jean Dollfus et Le Corbusier, ce 8ème épisode est consacré aux frères Pereire - Isaac (1806-1880) et Emile (1800-1875).  Ils vont jouer un rôle important dans le développement de l’activité économique et de commerce sous le Second Empire.

Qui sont-ils :

Émile et Isaac Pereire étaient les fils d’un courtier et assureur maritime bordelais, lui-même fils de l’interprète de Louis XV, un portugais qui francisa son nom de Pereira en Pereire à son installation en France en 1741.

En 1822, l’aîné des deux frères (Emile) rejoignit son oncle, banquier à Paris, qui l’initia à la finance. Le cadet, Isaac, rejoignit son oncle et son frère dès l’année suivante alors qu’il n’avait que 17 ans. Les deux neveux se révélèrent si doués qu’ils purent, avec le soutien des Rothschild et des Bavarois Eichthal, fonder en 1835 la Compagnie du chemin de fer de Paris à Saint-Germain.

Durant la Monarchie de Juillet, ils n’eurent aucun mal à suivre le célèbre conseil de Guizot, « Enrichissez-vous par le travail et par l’épargne ! », mais c’est sous le Second Empire que les frères Pereire auront apporté une contribution déterminante à la vertigineuse expansion économique qui a radicalement transformé la France durant cette période.


 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Le contexte : le Second Empire, une période prospère

Fondateur en 1852, de ce qui allait devenir le Crédit Foncier, le prince-président, futur Napoléon III, allait conduire une politique volontariste stimulant les intérêts privés pour doter la France des infrastructures indispensables à son adaptation à la révolution industrielle. Après le Crédit Foncier, de nombreuses grandes banques virent le jour dans les décennies 1850 et 1860, contribuant à l’aménagement du réseau ferroviaire, à la construction de stations balnéaires et thermales, ou à la rénovation de Paris de fond en comble sous la houlette du préfet Haussmann.

Quelle est leur contribution dans l’immobilier : le financement des travaux d’Haussmann

Dans ce gigantesque mouvement d’émergence d’une France urbaine et industrielle, les frères Pereire fondèrent le Crédit mobilier en 1852, avant d’acquérir l’Etablissement thermal de Vichy, d’investir dans les nouvelles compagnies d’assurance, les Houillères de Lorraine (mines de chardon), et de créer la célèbre « Transat », Compagnie générale transatlantique.

Pendant ce temps, Napoléon III nomma Georges-Eugène Haussmann à la préfecture de la Seine à la tête de laquelle il restera dix-sept ans, le temps de remodeler entièrement Paris.

Le financement de ces travaux titanesques sera pris en charge par la Caisse des travaux de Paris, chargée « du service spécial de trésorerie des grands travaux de la ville ». Cette source de financement public restait cependant insuffisante mais les projets haussmanniens se heurtaient aux réticences des financiers déjà largement engagés dans l’industrie et les infrastructures. Cette frilosité de « la Haute Banque » laisse un boulevard aux frères Pereire, soutenus par Napoléon III et Haussmann. Ils lancent la « Société générale de Crédit mobilier » en 1852 pour financer l’industrie, le commerce et les grands travaux d’utilité publique.

C’est ainsi que le Crédit mobilier finança, entre autres, l’aménagement de la plaine Monceau, dans le VIIIe arrondissement ou la construction de lotissements dans le XVIIe. C’est aussi le Crédit mobilier qui s’engagea dans la construction des bâtiments prestigieux qui donnèrent à la ville d’Arcachon l’aspect qu’elle a encore aujourd’hui.

Les frères Pereire qui avaient tracé la ligne de chemin de fer Paris-Bordeaux trouvèrent de la sorte, avec cette ville nouvelle d’Arcachon, le moyen de rentabiliser la ligne douze mois sur douze.

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Les frères Pereire touchés par la fièvre immobilière

L’incursion des frères Pereire dans l’immobilier ne fut pas du goût des banquiers traditionnels du secteur, notamment leur ancien partenaire James de Rothschild qui eut ce mot : « La différence entre un Rothschild et un Pereire, c’est que le premier demeurerait à jamais un banquier qui travaille avec son argent tandis que l’autre est fondamentalement un banquier travaillant avec l’argent des particuliers ». La Banque de France n’est pas non plus l’amie des frères Pereire qui avaient tenté de lancer un institut d’émission concurrent à celle-ci.

Un investissement effréné finit par mettre le Crédit mobilier dans des difficultés telles que la Banque de France et les Rothschild durent voler à son secours mais, naturellement, à la condition que les frères Pereire en fussent évincés. Ce qui arriva en 1867.

Les frères Pereire, toujours proches du régime bonapartiste, furent l’un et l’autre, députés jusqu’à la chute du Second Empire en 1870.


La place du Crédit Foncier

La Crédit Foncier fut le premier établissement bancaire de l’ère contemporaine, sous l’impulsion du futur Napoléon III. C’est un décret présidentiel du 28 février 1852 posant les principes de fonctionnement des établissements de crédit à destination de la propriété foncière, qui aboutit à la fondation, tout juste un mois plus tard, de la Banque foncière de Paris par un immigré polonais Louis Wolowski.

Les frères Pereire font partie des banquiers qui contribuent à la fondation de la Banque foncière de Paris. L’établissement prit le nom de Crédit Foncier lorsqu’il élargit sa compétence hors du département de la Seine, dès la fin de la même année 1852. Le Crédit Foncier entretenait des relations d’affaires très fortes avec les frères Pereire, en leur consentant de nombreux prêts.

https://www.creditfoncier.fr/

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...


Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...