Connexion
/ Inscription
Mon espace

Comment renforcer la sécurité juridique des parties lors de transactions immobilières ?

BE - Culture & Société
ABONNÉS

Par Philippe Buyens, Directeur général de Capifrance, Conseiller Immobilier

Quand on pense vendre ou acheter son logement, on pense toujours à l'aspect pécuniaire : celui qui cède son bien veut légitimement en tirer le meilleur montant et celui qui acquiert entend payer le juste prix. Idéalement, chacun voudrait faire une bonne affaire...

Alors pour que chacune des parties soit satisfaite, doit-on se faire assister d'un professionnel de la transaction ? Près de 2 ménages sur 3 font ce choix, essentiellement par souci d'une plus grande efficacité dans la recherche, soit du logement souhaité, soit de l'acheteur du bien à vendre. La préoccupation de la sécurité juridique n'est en général pas dans les esprits. Et pourtant, elle est majeure car c’est dans ce cas précis que la mission du professionnel de l’immobilier prend tout son sens.

Il faut dire que les Français, gâtés par la protection de leur vie courante par le droit, ont fini par considérer qu'ils ne risquaient rien lorsqu'ils vendaient ou achetaient leur logement : tout le processus de cession et d'acquisition d'un bien immobilier est encadré de façon stricte par la règlementation, a fortiori si un professionnel intervient car ses activités sont elles-mêmes étroitement codifiées et contrôlées. A la fin, on sait aussi qu'intervient un délégataire de l'autorité publique, le notaire, qui authentifie l'acte qui va lier les parties au contrat. La France est sans conteste le pays dont les transactions immobilières résidentielles sont les plus rassurantes.

Le nouveau média consacré à l'investissement immobilier

 

 

En somme, les vendeurs comme les acquéreurs se considèrent à juste titre protégés dans leurs projets. Pour autant, ils ont tort de considérer que la dimension juridique de la cession et de l'acquisition ne les concerne pas. Il y a bel et bien des clés de sécurisation à prendre en considération tout au long de la transaction, côté vendeur comme côté acquéreur. La plus importante n'est pas l'acte authentique comme on pourrait l’imaginer mais l'avant-contrat, plus communément appelé promesse de vente ou compromis de vente. C'est en effet ce document qui va figer l'accord des deux parties sur le bien en lui-même, sur le prix et préciser les modalités de la transaction. A ce stade, les juristes disent que l'accord formé est réputé parfait : l'expression est claire. On dit également de l'acte authentique qu'il est la réitération de l'avant-contrat, pour preuve que la première convention est primordiale et qu'elle consigne la quasi-totalité des engagements réciproques. Il importe que l'acte qui scelle cet accord n'oublie aucune précaution et offre aux parties la plus grande transparence sur les conditions de l'opération.

Le législateur français, récemment encore avec la loi ALUR du 24 mars 2014, a toujours été particulièrement vigilant et a augmenté au fil des évolutions règlementaires la qualité de l'information de l'acquéreur, considéré comme le plus à protéger : par définition, le propriétaire connaît son bien et pourrait être tenté de ne pas tout en révéler à celui qui va lui succéder. En outre, c'est bien celui qui va détenir, et le plus souvent occuper le logement, qui mérite d'être rassuré sur son statut à venir. Le résultat de ce regard exigeant de la loi française est évidemment la complexité qui est attachée à la préparation et à la rédaction de la promesse ou du compromis de vente.

Quels sont les problèmes les plus fréquemment rencontrés lorsque l'avant-contrat n'a pas été rédigé dans les règles de l'art ? La vérification du titre de propriété, si elle est ne fait pas l'objet de toutes les attentions, conduit au pire : l'exemple type est celui de biens indivis, appartenant à un couple, pour lequel le consentement des deux époux doit être obtenu, sans quoi la cession est caduque et peut être contestée. Des erreurs de date ou des incohérences de date peuvent aussi entacher de nullité une vente. Bien sûr, l'absence d'une pièce rendue obligatoire par la loi en est une aussi, et à cet égard, la loi ALUR, en allongeant la liste des informations nécessaires à la vente d'un lot en copropriété, a majoré le risque, en contrepartie d'une transparence évidemment salutaire. Une autre fragilité des avant-contrats tient à l'insuffisante rigueur dans la description du bien : le nombre de pièces ou la superficie, mais aussi la localisation et la numérotation du lot. Sur ce dernier point, le risque pèse moins sur le lot principal - c'est-à-dire l'appartement ou la maison - que sur les lots annexes, caves, parkings, chambres de service, qui peuvent être mal attribués. Combien de particuliers se sont-ils trouvés en difficulté pour avoir vendu ou acquis une annexe... ne les concernant pas !

Voilà pourquoi l’avant-contrat doit être rédigé par un notaire et signé des deux parties à l’Etude. Dans ces conditions, la signature de l'acte authentique, bien sûr devant notaire lui aussi, constitue une simple formalité, le délai entre les deux servant à obtenir les informations d'urbanisme auprès de la commune et à purger éventuellement la condition suspensive de prêt si l'acquéreur achète grâce à un crédit. Chez Capifrance, nous jouons la carte de la sérénité et de la sécurité juridique avec 100% d’actes notariés.

http://www.capifrance.fr

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...