Connexion
/ Inscription
Mon espace

Le marketing, 1er levier d’investissement dans le secteur du Sport

BE - Culture & Société
ABONNÉS

À l’occasion de la sortie de son ouvrage*, et à l’approche de l’Euro 2016, Michel Desbordes, professeur et responsable du pôle Sport et Entertainment du Groupe INSEEC, apporte son éclairage sur les grandes tendances du marketing du sport, un marché international toujours plus puissant.

Pourquoi le marketing a pris une telle importance dans le sport ?

Le marketing sportif est une discipline récente, qui a commencé à se développer il y a un peu moins de 20 ans. En France, la Coupe du Monde de 1998 a été une étape fondamentale, un véritable élément déclencheur de cette nouvelle tendance. Les entreprises ont alors compris l’intérêt d’investir dans le secteur. Toutefois les résultats de ces investissements étaient presque uniquement liés à la victoire de l’Equipe de France.
Par la suite, de nombreux succès sportifs ont fortement incité les entreprises à investir : finale de Coupe du Monde 1999 en rugby, finale des JO 2000 en basket, plusieurs titres de champions du monde en handball, et bien sûr victoire de l’équipe de France de foot à l’Euro 2000.

Au début des années 2000, on pense que la rentabilité ne fonctionne que lorsqu’il y a victoire, or dans le sport on ne gagne pas toujours, il y a des revers, et il y a eu des défaites, des déceptions. La problématique était donc de réfléchir aux manières d’activer des mécanismes pour optimiser l’investissement, quelle que soit le vainqueur. Comment continuer à investir en temps de performances moyennes ou défaites importantes ?

Parallèlement au marketing du sport business, des grands événements et rencontres mondiales, le marketing des produits sportifs a connu une véritable envolée. La pratique du sport s’est considérablement accrue ces 20 dernières années pour se maintenir en forme, lutter contre le stress, les maladies, mais aussi car le sport est un élément de réponse à la violence, aux problèmes sociaux ou urbains. Un nouveau créneau pour le marketing : concevoir des produits toujours plus performants répondant aux nouvelles pratiques sociales en constante évolution. Ce marché des produits sportifs représente 280 Mds€, soit un chiffre d’affaires deux fois plus important que le marché de l’événementiel ou des spectacles sportifs.


Travailler dans le marketing sportif, et plus particulièrement dans le marketing du football, comment ça se passe au quotidien ?

Dans le secteur de l’événementiel sportif, le quotidien du « marketeur », c’est de trouver des sponsors et d’assurer le suivi commercial, les relations publiques, les loges, les relations avec VIP. C’est également la gestion des relations avec les médias, notamment avec la télévision, si on veut être performant en sponsoring il faut être visible au niveau médiatique.
Et plus globalement c’est aussi le management du stade, veiller à ce qu’il soit adapté au spectacle que l’on produit. Le stade est un levier de croissance indispensable pour les revenus des clubs, comme le montrent aussi les grands travaux de rénovation, le POPB (nouvellement rebaptisé « AccorHotels Arena »), le Vélodrome, les stades de Nice, Bordeaux ou Lille, et le projet de Grand Stade à Lyon bientôt livré…

La billetterie est la problématique principale : il faut remplir les stades. Des outils comme les CRM et le Yield management (qui gère la variation des prix en fonction du taux de remplissage des stages) permettent de répondre à ces impératifs quotidiens.
Le métier le plus classique en marketing dans le secteur des équipements sportifs, c’est celui de chef de produit. Il centralise et coordonne toutes les fonctions et tous les métiers autour du développement d’un produit, que ce soit un vélo, une paire de chaussures, un sac à dos… En amont, il mobilise des compétences en design, R&D pour concevoir le produit, avant de le commercialiser. La distribution est une phase extrêmement importante et les acteurs, comme Décathlon, incontournables. Un produit est mort-né s’il n’est pas distribué, ou pas distribué via les bons canaux.

Le métier de Sport marketing manager se développe également pour nouer des relations avec les sportifs sous contrat. Enfin, le management de grands comptes, indispensable pouroptimiser les relations entre équipementiers et distributeurs, a pris une grande dimension.Globalement ces métiers sont de plus en plus internationaux, la production et la logistique se font principalement en Asie, et même la R&D a tendance à se concentrer désormais dans cette zone, pour répondre notamment à l’explosion du marché et des besoins chinois.


Quelles sont les grandes tendances qui se dégagent dans le marketing sportif et en particulier dans le foot ?

Tant pour le secteur du sport spectacle que pour celui des produits sportifs, deux tendances de fond :
- L’internationalisation des marchés : toutes les marques sont mondiales que ce soit pour les clubs de football ou les articles de sport. Adidas, Nike raisonnent toujours au niveau européen, et surtout mondial.
- La présence sur les réseaux sociaux : encore plus forte que dans les autres secteurs car le sport, que ce soit dans la pratique ou dans le spectacle, le suivi d’événements est très passionnel. Un lien fort est établi avec le produit ou l’activité, les marques ont donc besoin du consommateur pour assurer leur promotion.
Par exemple, lors de la Coupe du Monde 2014, Nike a mis en place une stratégie publicitaire pensée uniquement pour les réseaux sociaux, avec deux campagnes emblématiques, « Winner stays » et « the last game », des spots de plus de 5 minutes qui ont comptabilisé plus de 100 millions de vues en quelques semaines. Un record mondial.

La notoriété des clubs et des joueurs passe désormais par une présence sur Twitter et Facebook : Ronaldo a par exemple plus de 100 millions de fans sur Facebook, Le Barça et Le Real Madrid idem. Ce n’est pas juste un passage obligé, c’est fondamental.

* Le marketing du football, Editions Economica, sortie 12 novembre 2015.

https://www.groupeinseec.com/

 

Lectures du moment, tribunes d'experts, management et entrepreneuriat...

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

BE - Culture & Société
ABONNES
La nouvelle plateforme soClassiQ, un accès gratuit au répertoire de la musique classique et à l’opéra

Avec l'Intelligence Artificielle et la Data Science, soClassiQ met la musique classique à la portée du plus grand nombre et se positionne comme le site de référence en la matière. Après 2 ans de recherche et développement, la plateforme soClassiQ fait son entrée officielle dans le monde de la musique classique et de l'opéra. Grâce à la puissance de ses algorithmes et au travers d'une expérience utilisateur simple et épurée, soClassiQ donne accès :- à l'ensemble des œuvres du répertoire...

BE - Culture & Société
ABONNES
Les soft skills, des compétences déterminantes au cours des premiers mois de collaboration

Une étude* menée par le cabinet international de recrutement spécialisé Robert Half auprès de directeurs généraux (DG) et de directeurs financiers (DAF) révèle que 76% d'entre eux admettent avoir embauché un collaborateur qui ne s'intégrait pas à l'équipe.* Enquête réalisée auprès de 305 DG et 200 DAF en décembre 2017 en France. Les raisons évoquées et les mesures jugées les plus efficaces Rejoindre une organisation implique d'emblée de mettre en avant un panel de compétences à la fois...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
Plongée dans l’univers des investissements des entrepreneurs les plus accomplis

La 5ème édition de l'étude « Entrepreneurs BNP Paribas 2019 » de BNP Paribas Wealth Management publie les investissements privés préférés des investisseurs fortunés - les Entrepreneurs « Elite » - et les tendances qui façonnent leurs choix en matière d'allocation de leur portefeuille. Extrait de l'étude 1/ Les actions sont le premier choix de portefeuille des entrepreneurs Élite : en réagissant avec enthousiasme à la hausse des marchés boursiers, ils ont davantage investi en actions...

BE - Culture & Société
ABONNES
« Solutions solidaires », plateforme de fabrique des solidarités nouvelles

Lancé par le Conseil départemental de la Gironde et ses partenaires, Alternatives économiques, l'Avise, la Fondation Jean-Jaurès, Harmonie mutuelle, Terra Nova, Up et Usbek & Rica, « solutions solidaires » c'est : - Une plateforme pour animer un large débat autour des solidarités nouvelles, et organiser un foisonnement d'idées, expériences et initiatives afin d'inventer ensemble les protections de demain.- Un rendez-vous annuel pour croiser, comparer et projeter vers l'avenir ces idées et ces...