Connexion
/ Inscription
Mon espace

« Abenomics », quels progrès après deux ans ?

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Cédric Le Berre, Spécialiste en investissement  chez l’'UBP

Les Abenomics commencent à porter leurs fruits : la stratégie de M.Abe a pour but premier de changer la mentalité des consommateurs japonais et de mettre ainsi fin à vingt années de déflation. Les actions nippones, dont les niveaux de valorisation restent sous-évalués, devraient en bénéficier.

Ainsi, les Abenomics ont réalisé de belles avancées et la hausse des bénéfices des sociétés se traduit aujourd’hui par une augmentation des salaires et des bonus annuels, et cela devrait engendrer une forte croissance de la consommation. Dans ce cycle économique particulièrement porteur, de grandes compagnies japonaises, telles que Toyota, Nissan et Hitachi, ont déjà convenu d’une hausse des salaires mensuels et des bonus annuels, au vu de la solide remontée des bénéfices. Le taux de chômage est aujourd’hui très bas, à 3,6% ; lorsque ce dernier est inférieur à 4%, le salaire de base tend historiquement à augmenter graduellement.

M. Abe bénéficie d’un fort taux de soutien, et le gouverneur de la Banque centrale du Japon (BoJ), M. Kuroda, s’est pleinement engagé à poursuivre sa politique monétaire accommodante («quantitative easing», QE) : le Cabinet jouit ainsi d’un taux d’approbation de plus de 60%. Pour rappel, le Parti libéral démocrate (LDP) contrôle les deux chambres du Parlement.
Lors des dernières élections, M. Abe a consolidé son mandat, disposant ainsi de quatre années supplémentaires pour mettre en œuvre sa stratégie. Sa politique monétaire vise à soutenir l’expansion économique du pays. Qui plus est, M. Kuroda est prêt à lancer une nouvelle vague d’assouplissement quantitatif («QE 3») si les chiffres macroéconomiques surprennent à la baisse. La BoJ entend poursuivre ses efforts et ainsi soutenir le marché actions dans le cas où la croissance tarderait à revenir.


Les entreprises japonaises profitent de l’affaiblissement du yen

L’investissement en capital est appelé à augmenter : durant les deux dernières décennies, la plupart des sociétés japonaises ont été réticentes à engager de lourds investissements en capital, et elles se retrouvent donc aujourd’hui avec des installations et des équipements vieillissants. Pour pouvoir maintenir leur niveau de compétitivité, de nombreuses entreprises devront ainsi procéder à des investissements en capital substantiels de façon à renouveler leurs installations. Avec la dépréciation du yen et l’amélioration des bénéfices, la plupart des sociétés ont désormais la capacité d’entreprendre des dépenses d’investissement conséquentes.

La poursuite de l’affaiblissement du yen est attendue : les Etats-Unis s’apprêtent à entrer dans une phase de resserrement monétaire, et l’attention se porte désormais essentiellement sur le calendrier de la future hausse des taux. La politique monétaire de la BoJ consiste, elle, au contraire, à poursuivre son vaste programme d’assouplissement quantitatif. La divergence de politique monétaire entre les Etats-Unis et le Japon tend à entraîner une nouvelle dépréciation du yen, ce qui est généralement bénéfique pour les entreprises japonaises. A cet égard, nous observons souvent une forte corrélation entre les hausses des taux d’intérêt américains et la surperformance des actions japonaises par rapport aux actions américaines.


Pourquoi une allocation au Japon?

Les actions japonaises sont à la traîne par rapport aux actions américaines et européennes dans le contexte actuel de marché haussier, qui a démarré en 2009. Depuis l’arrivée au pouvoir de M. Abe, fin 2012, le Topix s’inscrit en tête des performances des marchés développés en yen. Cependant, les actions du marché japonais sont toujours en retard sur leurs homologues outre-Atlantique et en Europe. Les sociétés japonaises affichent des plus hauts historiques en termes de croissance bénéficiaire, alors que le marché n’a pas encore atteint ses niveaux d’avant la crise financière. Ainsi, en comparaison internationale, le Topix reste très attractif et sous-évalué, ce qui n’est plus vraiment le cas pour les marchés américain et européen. Dans ces conditions, le Topix pourrait renouer avec ses niveaux de 2007 d’ici à deux ans.

Depuis que le gouvernement Abe a décidé d’augmenter la TVA de 5 à 8%, en avril 2014 – en vue de réduire la dette massive du pays –, l’économie a souffert sur le court terme. S’agissant de l’inflation, le dernier succès en date des Abenomics est l’augmentation du salaire de base, qui commence à s’étendre à tous les secteurs; cette belle avancée fait notamment suite à un savant dosage entre intervention monétaire et politique budgétaire. La hausse du salaire de base s’est amorcée chez les constructeurs automobiles et devrait prochainement se poursuivre du côté des PME. Le gouvernement Abe se focalise actuellement sur la perception inflationniste, un sentiment qui deviendra bientôt réalité, comme ne cesse de le répéter M. Kuroda. Lors d’une récente conférence de presse, il déclarait ainsi : « Si l’on considère les négociations salariales et les attentes inflationnistes, il n’y a heureusement plus matière à craindre un retour de la mentalité déflationniste parmi les consommateurs japonais.» Le premier signe de l’incidence positive de cette stratégie est le quasi plein emploi dont jouit actuellement le pays, avec un taux de chômage qui a reculé à 3,5% en février 2015.

L’objectif d’inflation restera inchangé tant que les prévisions de la BoJ seront maintenues. Selon M. Kuroda, l’inflation dépassera les 2% à la fin de l’année fiscale 2016. Les principaux déterminants seront un rebond des exportations et la dynamique tant attendue qui sera issue du stimulus instauré par le gouvernement. Le seul facteur important qui pourrait mettre à mal cette tendance est la fluctuation des prix du pétrole. Si les prévisions d’inflation devaient tarder à se matérialiser, les investisseurs pourraient voir la BoJ s’en tenir à ses engagements et lancer de nouvelles mesures de soutien d’ici à l’été, après celles déjà mises en place en octobre dernier.

http://www.ubp.com/en

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Nouveau rapport des PRI sur l'investissement responsable dans la dette privée

Les Principes pour l'investissement responsable (PRI) publient « Spotlight on Responsible Investment in Private Debt », un nouveau rapport dont l'objectif est de fournir des grandes lignes directrices et des études de cas sur les meilleures pratiques en termes de mise en œuvre de l'investissement responsable dans le domaine de la dette privée.  Récemment considérée comme une classe d'actifs à part entière, la dette privée recouvre un large éventail de stratégies d'investissement. Parmi les 50...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....