Connexion
/ Inscription
Mon espace

La Grèce, garde-fou de la monnaie unique et solution de la sortie forcée

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Richard Woolnough, gérant du fonds M&G Optimal Income.

Voilà un moment que nous n’avions pas évoqué la monnaie unique. Pourtant, alors que la Grèce va devoir prendre des décisions difficiles, la pertinence de l’euro pour tous les pays qui l’ont adoptée est aujourd’hui au centre des préoccupations.
Nous avons pu tirer des leçons de la crise financière. Nous savons maintenant que les politiques budgétaire et monétaire fonctionnent, qu’une régulation appropriée bénéficie au secteur financier, que la confiance joue un rôle central, et surtout, que les taux de change sont importants.

Pendant la crise, les taux de change sont apparus comme un mécanisme économique clé pour les pays qui connaissaient les plus grandes difficultés. L’effondrement de la livre sterling en 2007 sur une base pondérée en fonction du commerce extérieur, la dépréciation du dollar entre 2009 et 2011, celle du yen depuis 2013 et plus récemment de l’euro, reflètent ces ajustements. Comme nous l’avions déjà évoqué en 2010, les garde-fous des devises se trouvent au cœur de ces ajustements de change.
Ces fluctuations des taux de change externes, en réduisant le coût du travail afin de favoriser la reprise économique, suivent les enseignements de la théorie économique. Toutefois, ce mécanisme n’existe pas dans la zone euro en raison de l’union monétaire. Je trouve que les performances économiques nationales sont désormais plus dépendantes des taux de change, et cela est particulièrement vrai en Grèce.

Les trois principaux leviers macroéconomiques sont la politique budgétaire, la politique monétaire et le taux de change. La politique budgétaire, qui est toujours entre les mains des responsables politiques, peut être utilisée pour donner un véritable élan à l’économie nationale (bien que cela soit moins vrai en Europe). Avec des taux d’intérêt proches de zéro, la politique monétaire des principaux pays du G7 se caractérise par une très forte corrélation des taux d’intérêt à court terme. L’incapacité à baisser les taux d’intérêt a engendré une diminution de la flexibilité économique nationale, donnant aux taux de change un rôle qu’ils n’avaient jamais endossé jusqu’à présent.

Si cet ajustement fonctionne entre les principaux blocs économiques, ce n’est pas le cas au sein de la zone euro, où cette « main invisible » serait pourtant de la plus grande utilité. Cela signifie que la Grèce doit s’ajuster sans marge de manœuvre budgétaire et monétaire, et sans flexibilité au niveau de son taux de change.
La résolution des problèmes de la Grèce à travers des réformes structurelles prendrait au moins une génération compte tenu des contraintes du pays. Par conséquent, la solution à court terme consiste à renflouer la Grèce via des transferts budgétaires directs ou de façon plus durable en autorisant un défaut grec. Il est évident que l’une ou l’autre de ces actions sont difficiles à mettre en œuvre au vu du dilemme politique qu’elle occasionnerait dans de nombreux pays.

Si la Grèce a déjà connu des difficultés dans le passé, il est désormais de plus en plus urgent de trouver une solution compte tenu de la place de plus en plus grande des taux de change dans les leviers de la politique économique mentionnés plus haut et du contexte politique de la Grèce, dont le gouvernement semble prêt à prendre des mesures radicales face à cette grande crise. La capacité de la Grèce à répondre aux besoins de ses citoyens est amputée, à l’image de la célèbre statue de la Vénus de Milo. Si les responsables politiques reconnaissent le rôle du taux de change et de sa « main invisible », la solution du drachme flottant, ou « expulso » bien que douloureuse, pourrait bien être la meilleure option économique au vu de l’ampleur des difficultés de la Grèce.

http://www.mandg.fr/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Nouveau rapport des PRI sur l'investissement responsable dans la dette privée

Les Principes pour l'investissement responsable (PRI) publient « Spotlight on Responsible Investment in Private Debt », un nouveau rapport dont l'objectif est de fournir des grandes lignes directrices et des études de cas sur les meilleures pratiques en termes de mise en œuvre de l'investissement responsable dans le domaine de la dette privée.  Récemment considérée comme une classe d'actifs à part entière, la dette privée recouvre un large éventail de stratégies d'investissement. Parmi les 50...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....