Connexion
/ Inscription
Mon espace

Vent d’Ouest

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Wilfrid Galand, Directeur du conseil en investissements de la Banque Neuflize OBC

Voici donc le CAC 40 au-delà des 5000 points, un record depuis mai 2008. Après plus de deux mois de hausse, l’indice français pourrait être en route pour son meilleur trimestre depuis 1992.
A l’inverse, depuis le début de l’année, les investisseurs américains sont plus prudents. La très rapide montée du dollar pèse sur la rentabilité des entreprises exportatrices, et la chute des cours du brut menace un secteur au cœur de la renaissance industrielle américaine. C’est surtout la date et le rythme de remontée des taux d’intérêt américains qui sera au centre des attentions ces jours-ci. En cas de mauvaise surprise, de forts vents d’Ouest pourraient rapidement faire retomber l’euphorie.


1/ Catalyseurs et Points de vigilance

- Matérialisation de la divergence de politique monétaire en Europe et aux Etats Unis. Après l’annonce par le BCE, le 22 janvier dernier, d’un assouplissement monétaire quantitatif massif en zone euro, la mise en place effective de ce programme depuis le 9 mars, rassure les investisseurs et génère de très importants flux entrants sur les marchés européens.
En parallèle, la probable prochaine hausse des taux aux Etats Unis a renforcé le dollar face à l’euro et aux principales devises mondiales, ce qui pourrait affaiblir la compétitivité à l’exportation des grandes entreprises américaines.

- Le risque grec reste au centre des attentions. Malgré un accord a minima le 20 février, la solvabilité à court terme de l’Etat grec reste problématique et le temps presse pour éviter un défaut de paiement.

- Les cours du pétrole restent à un niveau bas. Le prix du baril revient autour des 50 dollars. Cet élément est une excellente nouvelle pour les pays importateurs nets d’énergie mais déstabilise les grands pays exportateurs comme le Brésil, la Russie, la Malaisie ou le Venezuela ainsi que des pans entiers de l’industrie pétrolière américaine.

- L’économie chinoise poursuit son ralentissement. La cible de 7% de croissance annuelle nécessitera probablement un futur plan de relance, via l’assouplissement de l’accès au crédit.

- L’Amérique Latine est à la traine. Dans le sillage d’une économie brésilienne qui combine récession, inflation et crise politique suite aux révélations de corruption chez Petrobras, le continent sud-américain peine à retrouver l’optimisme.

- Le Japon donne des signes encourageants. La volonté de grandes entreprises, comme Toyota, d’augmenter significativement les salaires, pourrait être l’étape décisive pour lutter contre la déflation.

 

2/ Classes d’actifs et Thématiques

Actions : attention au retour de la volatilité

- Nous restons positifs sur les actions, qui, dans un univers de taux très bas, voire négatifs, restent les seuls actifs qui permettent d’espérer un rendement significatif sur le moyen terme. Nous revenons ce mois-ci sur le secteur de la santé, en particulier via le fonds Fidelity Global Healthcare, dont l’approche combine les investissements sur les grandes entreprises traditionnelles et sur les sociétés de biotechnologies. Ces dernières ont bouleversé les process et méthodes historiques du secteur pour créer de nouvelles molécules. C’est le cas notamment de la société Amgen, objet de notre focus mensuel.

- En termes de zone géographique, nous préférons les actions européennes, qui bénéficient du nouveau contexte monétaire mis en place par la BCE et d’un flux puissant d’investissements. Nous apprécions en particulier les actions dont le dividende s’appuie sur des flux de trésorerie réguliers grâce à une stratégie de croissance rentable. C’est le cas par exemple de Sanofi, sur lequel nous revenons dans ce document.

- Aux Etats-Unis, les incertitudes quant à l’évolution du contexte monétaire et aux impacts de la hausse brutale et rapide du dollar, ont fait hésiter les marchés Outre-Atlantique. Nous ne sommes pas à l’écart de cette zone mais restons en attente des prochaines décisions de la Réserve Fédérale pour reprendre plus nettement position

- L’Inde a bénéficié d’un a priori favorable sur les réformes promises par Narendra Modri, son premier ministre. Il faut désormais répondre à ces attentes. La volatilité pourrait perdurer en Chine, compte tenu d’un niveau de croissance plus faible qu’attendu.

- Le marché japonais présente toujours des opportunités grâce à l’énergie bon marché, à la politique monétaire très accommodante de sa banque centrale et à la forte probabilité d’une hausse des salaires dans les grandes entreprises.


Obligations : Plus bas que zéro

- L’action de Mario Draghi n’a fait que pousser les taux européens plus bas encore ; et cela devrait perdurer durant les mois à venir. Tous les actifs obligataires en ont bénéficié même si certains segments de marché ont vu leur liquidité se tarir, aucun vendeur ne se présentant…

- Le marché européen a été actif avec de nouveaux émetteurs : de grands groupes américains souhaitant bénéficier d’une dette à faible coût et d’une devise peu chère.

- Nous conseillons aux détenteurs d’obligations de qualité, détenues en direct, de les conserver. Pour les nouveaux entrants, nous privilégions une intervention via des fonds pouvant utiliser les moteurs de performance actions comme des fonds diversifiés en termes d’actifs, tel le DNCA Eurose ; ou comme les fonds obligataires convertibles, comme le fonds Neuflize Monde Convertibles.


Les devises

- La divergence croissante entre les politiques monétaires de part et d’autre de l’Atlantique a accéléré le mouvement de hausse du dollar, qui paraît désormais lancé vers la parité d’un dollar pour un euro.

- Cette hausse extrêmement rapide pourrait déstabiliser certains pans de l’économie américaine et influencer les futures décisions de la banque centrale américaine, soucieuse de maintenir un environnement favorable à la croissance et à l’emploi.

http://www.neuflizeobc.fr/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants s'attendent à un bon millésime boursier 2019 Comme soulagés par le rebond des marchés de début d'année, les gestionnaires d'actifs financiers redoublent d'ardeur dans la diffusion de commentaires de marché et de prises de position. D'où il ressort que la politique et les banques centrales mènent le bal. L'ambiance est plutôt à l'optimisme. Reflation financière La Réserve fédérale américaine a donné un nouveau coup de pouce à l'humeur du marché en annonçant son intention de freiner...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Nouveau rapport des PRI sur l'investissement responsable dans la dette privée

Les Principes pour l'investissement responsable (PRI) publient « Spotlight on Responsible Investment in Private Debt », un nouveau rapport dont l'objectif est de fournir des grandes lignes directrices et des études de cas sur les meilleures pratiques en termes de mise en œuvre de l'investissement responsable dans le domaine de la dette privée.  Récemment considérée comme une classe d'actifs à part entière, la dette privée recouvre un large éventail de stratégies d'investissement. Parmi les 50...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...