Connexion
/ Inscription
Mon espace

« La Réserve Fédérale a toutes les cartes en main pour piloter son ‘tapering’ en douceur »

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Un commentaire de Pierre Guillemin, Directeur de la gestion diversifiée et actions chez Swiss Life AM.

Le comité de politique monétaire de la banque centrale américaine, qui se conclut ce 28 janvier, revêt une importance particulière. Alors que l’environnement monétaire se caractérise par l’activisme des principales banques centrale - Banque nationale suisse, Banque du Canada et BCE ont toutes trois annoncé des mesures exceptionnelles ces derniers jours  - la FED changera-t-elle de cap ?

Chaque communication de la Fed est susceptible de faire réagir vivement les marchés : le mouvement correctif du mois d’octobre dernier en est un exemple, puisqu’il a été essentiellement causé par quelques rumeurs autour d’une remontée précoce des taux. Cependant, selon Pierre Guillemin « le scénario d’un ‘tapering’ en douceur, très progressif dans le temps, reste aujourd'hui l’hypothèse la plus crédible, avec un premier relèvement des taux directeurs américains au 2ème semestre ».
Les initiatives récentes des autres banques centrales ne devraient pas remettre en cause ce calendrier. « La banque centrale américaine est attentive à ne pas reproduire la même stratégie qu’en 1994, qui avait fait plonger les marchés obligataires. Elle peut d’ailleurs s’appuyer sur des conditions de marché sensiblement différentes de l’époque, qui faciliteront le pilotage du resserrement monétaire sur une période assez longue » estime Pierre Guillemin.

En effet, la conjoncture actuelle offre un coussin de sécurité à la banque centrale américaine. Le prix des matières premières est un facteur déterminant. « En 1994, il existait une forte pression haussière sur les matières premières : gaz naturel, métaux industriels. Cette tension inflationniste avait poussé la Fed à agir prématurément, avec une vive remontée des taux qui avait surpris les marchés. Aujourd’hui, nous observons au contraire une conjonction de facteurs divergents, avec d’un côté une reprise économique assez soutenue aux Etats-Unis, favorisée par la baisse du chômage et le regain de la demande intérieure, de l’autre des cours des matières premières, dans l’ensemble, baissiers » complète Eric Bourguignon, Directeur de la Gestion taux et crédit.

Dans ce contexte, le niveau d’inflation reste contenu et la faiblesse des coûts énergétiques est bénéfique aux marges bénéficiaires des entreprises. « Cet environnement justifie une hausse modérée des taux directeurs. Les restrictions progressives des conditions de financement seront mieux absorbées par les entreprises, grâce à l’effet positif du prix des matières premières permettant de réduire les coûts de production industrielle » conclut Pierre Guillemin.

www.swisslife-am.com/news

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...