Connexion
/ Inscription
Mon espace

La confiance des consommateurs en baisse de 2 points fin 2014 en France comme à travers le globe

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

La confiance des consommateurs dans le monde a terminé 2014 avec un score de 96 - soit une baisse de 2 points par rapport au trimestre précédent, après plusieurs trimestres de tendance positive, selon la dernière étude de Nielsen.

La confiance des consommateurs a baissé de 1 point en Amérique du Nord (106) et en Asie-Pacifique (106) au 4ème trimestre - les seules régions à avoir obtenu un score au-dessus du niveau de référence de 100. La confiance a également baissé de 1 point au Moyen-Orient / Afrique (95), de 3 points en Amérique Latine (88) et de 2 points en Europe (76) par rapport au trimestre précédent.
Parmi les principales puissances économiques, la confiance des consommateurs a baissé de 2 points aux États-Unis (106), de 4 points en Chine (107) et de 4 points au Japon (73).

Des nuages de pessimisme sont revenus s'accumuler dans la zone euro sur la fin de l’année 2014, avec une baisse de confiance dans 20 pays sur 32 observés. Seul le Danemark, avec un indice de confiance de 103, garde une perspective optimiste. L'Allemagne et la Suisse sont les deux seuls pays où la moitié des personnes interrogées (respectivement 49% et 56%) étaient optimistes concernant les perspectives d'emploi au cours des 12 prochains mois.

En France la confiance s’érode de 2 points ce trimestre (57) quand elle progresse de 1 point chez nos voisins Allemands (98) et Britanniques (94).

La plus forte progression en Europe est venue d'Irlande (+6, à 90). Inversement, l'indice de la Russie a baissé de 8 points, atteignant 79, après trois trimestres de hausse consécutifs. Comme la France, l'Italie (45) a continué à décliner, perdant 2 points ce trimestre.

A plus long terme, si l’on compare ce 4ème trimestre avec le 4ème trimestre 2013, on relève néanmoins une tendance plus positive, avec une progression dans plus d’1 pays sur 2 dans le monde. Les indices de confiance de 39 marchés sur 60 se sont améliorés par rapport à l'année dernière. Onze pays ont même enregistré des progressions à deux chiffres, notamment les États-Unis et le Royaume-Uni, qui ont progressé respectivement de 12 et 10 points. Autres hausses remarquables par rapport à l'année précédente : Roumanie (+15), Inde (+14), Égypte (+14), lrlande (+13) et Bulgarie (+13).


Pessimisme en France

42% pensent que les perspectives d’emploi ne s’amélioreront pas au cours de l’année à venir. Un score qui diminue par rapport au trimestre précédent (44%) mais qui reste très supérieur à la moyenne Européenne (25%). La même crainte se confirme concernant les finances personnelles, 25% les jugent très mauvaises et 42% pas très bonnes…

Le marché de l’emploi reste l’inquiétude numéro 1 : pour plus d’1 consommateur sur 4, il s’agit de la 1ère ou de la 2ème préoccupation principale.

53% des personnes interrogées dans le monde pensaient que leur pays était en récession au 4ème trimestre. Dans plus d’1 pays sur 2, on enregistre une diminution du sentiment de récession par rapport à l'année passée.

En France ce sentiment a diminué aussi mais reste à un niveau très élevé (86%, contre 87% l’an passé). Nos compatriotes restent pessimistes sur la capacité de rebond à court terme : ils sont 76% à penser que le pays ne sortira pas de cette récession dans les douze prochains mois.

Pour faire face aux difficultés de la dernière année, les consommateurs ont fait des arbitrages marqués :
- 56% des sondés ont réduit leurs budgets en sorties et achats de nouveaux vêtements.
- 48%ont tenté d’économiser sur les factures de gaz et électricité.
- 40%ont réduit leurs dépenses de vacances et week-ends.
- 32% p
ensent que ce n’est pas le moment idéal de faire des achats. 

Parmi les Français à qui il reste de l’argent disponible à la fin du mois,
- 40% épargnent
- 33% s'offrent de nouveaux vêtements
- 32% des sorties/loisirs hors du domicile
- 26% des vacances

http://www.nielseninsights.eu/

 

##

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...