Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les taux d’intérêts indiens devraient bientôt baisser

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Grâce aux pressions désinflationnistes qui commencent à voir le jour en Inde, cela ne pourrait être qu’une question de temps avant que les taux d’intérêt ne commencent à baisser de manière substantielle.


Par Avinash Vazirani, gérant du fonds Jupiter India Select chez Jupiter AM

Début décembre la Banque Centrale Indienne a maintenu ses taux directeurs en expliquant qu’il fallait maintenir l’inflation à un niveau relativement bas. Cependant une pression désinflationniste commence à poindre à mesure que l’économie devient plus efficiente et nous pensons que cela devrait conduire sous peu à une baisse des taux.

Tendance haussière très forte

Nous sommes allés récemment en Inde et nous avons été frappés par l’optimisme aussi bien de l’homme de la rue que des gérants d’actifs et des investisseurs professionnels sur la tendance des marchés financiers. Bien que l’économie indienne continue de ralentir, nombreux sont ceux qui commencent à ressentir les effets de la baisse de l’inflation, du développement d’internet et surtout de la rapidité de la mise en place des réformes. Pris individuellement, ces changements peuvent paraître presque anodins mais leur combinaison rend l’économie dans son ensemble bien plus efficace.
Certains de ces aspects positifs semblent d’ores et déjà se refléter dans le cours des actions et le marché peut aujourd’hui paraître cher si on prend une échelle historique. Cependant, nous pensons qu’il existe encore de nombreuses opportunités pour les investisseurs de long-terme, et plus particulièrement si et quand les taux baisseront.


Qu’en est-il de l’inflation ?

Jusqu’à présent, la Reserve Bank of India a évité de baisser les taux. Cela était dû à la crainte que l’inflation ne se remette à monter dans les mois à venir si les prix des matières premières venaient à grimper. L’inflation des prix à la consommation a atteint un plus bas de 5,5% en octobre, ce qui est sous l’objectif de la banque centrale de 6% pour janvier 2016 et bien en dessous des 8% cible pour janvier 2015. Pour certains commentateurs, cela est avant tout la conséquence de la baisse des cours du pétrole et des matières premières qui pourraient connaître un rebond dans les mois à venir étant donné la vitesse de cette baisse depuis le pic de juin 2014. Nous pensons cependant qu’il s’agit surtout du résultat des tendances désinflationnistes en Inde plus que de la chute du prix des matières premières.


Eliminer l’inflation systémique

Les hausses de prix dans le secteur des services est pour nous la cause majeure de l’inflation systémique indienne, or ils ont commencé à baisser dernièrement. Aussi bien le secteur public que privé ont travaillé tant et si bien à combattre l’inefficience que la productivité a commencé à s’améliorer, permettant ainsi aux prix des services de baisser.

Le gouvernement a, en particulier, optimisé le processus d’approbation des projets publiques et privés en éliminant la paperasse inutile. L’introduction des cartes d’identité biométriques liées aux comptes bancaires a aussi été bénéfique en permettant à l’Etat de verser les pensions directement à leurs bénéficiaires au lieu de passer par toute une série d’intermédiaires qui se servaient au passage ! Le principal obstacle à la mise en place de cette mesure a été le manque de comptes en banque au sein de la population rurale. Mais grâce à l’initiative du gouvernement introduite fin septembre pour changer cela, plus de 80 millions de personnes ont depuis ouvert un compte bancaire. Certains états ont d’ores et déjà atteint l’objectif d’au moins un compte en banque par foyer.

Les prix des produits agricoles sont aussi en train de baisser. Pour protéger les exploitants agricoles, le gouvernement a instauré des prix planchers pour les produits de base comme le riz, le blé, le maïs, les oléagineux et le coton. Il y a cependant eu une surproduction de ces récoltes sur les dernières années et le gouvernement a dû réduire leurs prix plancher en termes réels. Les agriculteurs ont par conséquent commencé à se tourner vers la production de produits plus rentables comme les oignions et les tomates, permettant ainsi une utilisation plus efficiente des ressources agricoles. De plus, l’explosion du e-commerce fait progressivement baisser les prix de l’habillement et des produits électroniques en particulier, faisant ainsi baisser davantage les pressions inflationnistes.
Selon nous, tous ces facteurs réunis peuvent apporter un souffle désinflationniste en Inde suffisamment puissant pour que la seule remontée des prix des matières premières ne provoque pas le retour d’une inflation élevée, telle que celle qui a affligé l’Inde par le passé.
Cela dit, des matières premières et un pétrole moins chers aident effectivement le gouvernement à réduire le déficit budgétaire en faisant baisser les subventions pour le pétrole et en permettant d’augmenter les taxes sur le diesel et l’essence. Parallèlement la baisse des prix des matières premières et du pétrole aide les entreprises à augmenter leur rentabilité. Même si la plupart des entreprises indiennes n’ont pas encore vu leurs bénéfices croître fortement, à l’exception des producteurs de bien de consommation durables, leurs revenus devraient augmenter fortement à moyen terme.


Un point d’inflexion ?

Les actions indiennes peuvent sembler chères actuellement. Cependant, étant donné la baisse de l’inflation, l’arsenal de mesures durables mises en place et les gains de rentabilité des entreprises, l’économie pourrait se trouver à un point d’inflexion qui, selon nous, pourrait conduire le pays à bénéficier d’un taux de croissance du PIB d’au moins 7,5% dans les années à venir. Bien sûr cet objectif pourrait ne pas être atteint car il existe des risques. Cependant, nous pensons que la baisse de l’inflation et des rendements obligataires plus faibles vont nécessiter une baisse officielle des taux rapidement. Selon nous, plus longtemps la banque centrale conservera ses taux directeurs inchangés, plus elle devra les baisser fortement. A l’heure actuelle, nous pensons que le marché n’apas encore totalement pris en compte dans les cours la baisse des taux que nous anticipons. Nouspensons donc que la moindre baisse dans le marché pourrait constituer une bonne opportunitéd’achat.

http://www.jupiteronline.com/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...