Connexion
/ Inscription
Mon espace

La BCE dans les starting-blocks de la course aux rachats d’actifs souverains

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Commentaire de Fabrice Cousté, DG de CMC Markets France.

La grande messe de la Zone Euro a eu lieu le 8 novembre, avec la traditionnelle élocution du président de la BCE.  Suite à la réunion du conseil des gouverneurs de la BCE, c’est  sans surprise que l’institution a privilégié  le statu quo, avec un taux directeur inchangé à 0.75%, au plus bas historique.Pour son premier anniversaire à la tête de l’institution, Mario Draghi a livré un tableau plutôt sombre des perspectives économiques de la zone euro (croissance ténue, absence d’amélioration de l’activité industrielle), légitimant un peu plus le volontarisme affiché par la BCE depuis quelques mois. Il a ainsi réaffirmé que la Banque Centrale se tenait prête à agir, c’est-à-dire prête à racheter des actifs obligataires souverains sur des maturités courtes. Le président de la BCE fait un nouvel appel du pied aux États périphériques. Il n’en reste pas moins que la balle est dans le camp de ces derniers, puisqu’ils sont devant leur propre responsabilité pour solliciter ou non l’aide de la BCE. Plus que les signaux envoyés Draghi, c’est probablement, in fine, la pression des marchés sur les gouvernements qui incitera les états à déclencher le mécanisme de soutien. Les conditions d’obtention de l’aide de la BCE sont assez claires. Il faut que les États en faisant la demande, aient retrouvé un accès complet aux marchés internationaux de la dette et qu’ils fassent une demande d’aide aux fonds Européens (FESF, MES).

Jusqu’à présent, la seule annonce de la mise à disposition du nouveau programme de rachat d’obligations OMT (Outright monetary transaction) a suffi pour impacter positivement la courbe des taux souverains, notamment espagnols, sans qu’aucune obligation n’ait pour l’instant été effectivement achetée. Qui plus est, les intentions de la BCE, ont permis aux banques du sud de l’Europe qui n’arrivaient plus à se financer sur le marché interbancaire, d’en retrouver l’accès. Néanmoins, la patience des marchés pourrait commencer à s’émousser et les belles paroles risquent de ne plus suffire longtemps à garder les taux d’emprunt dans une tendance baissière. D’autant que la banque centrale ne devrait pas initier de nouvelle baisse des taux en décembre prochain.

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...