Connexion
/ Inscription
Mon espace

L’alignement des planètes favorable pour les actions indiennes

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

« Un gouvernement stable, un Premier Ministre volontaire et un redressement économique, la configuration semble propice pour les actions indiennes. Si on ajoute à ce contexte la baisse du prix du pétrole, les entreprises indiennes pourraient bien se retrouver dans une sorte de parenthèse enchantée. »

Par Avinash Vazirani, gérant du fonds Jupiter India Select chez Jupiter AM.


Depuis 5 mois, les Indiens bénéficient d’un traitement de faveur :
alors qu’ils sont habitués aux bisbilles sans fin et à la paralysie engendrée par une succession de gouvernements de coalition, la victoire retentissante aux élections en mai dernier du parti de Narendra Modi, le parti Bharatiya Janata, leur a permis de voir pour la première fois depuis 1984 la majorité parlementaire remportée par un seul parti. Et en bonus pour la communauté des investisseurs, les Indiens ont mis au pouvoir, à la majorité absolue, le premier gouvernement de centre droit qui soit favorable aux entreprises depuis l’indépendance du pays en 1947.


Les bureaucrates indiens dans la ligne de mire

Grace au fait que son parti tienne fermement les rênes de pouvoir, Narendra Modi a pu prendre à bras le corps des problèmes restés sans solution depuis longtemps et qui entravaient la croissance économique du pays. Il a, par exemple, mis en évidence que la faiblesse indienne ne venait pas d’une absence de réformes, mais de l’absence de l’exécution de ces réformes : bien trop de projets sont restés coincés dans le labyrinthe d’une bureaucratie hypertrophiée. Les mesures mises en place pour améliorer le processus d’approbation ont permis à 176 projets d’être validés, pour une valeur de 104 Mds$ sur les 376 Mds examinés - une aubaine pour l’économie indienne.

Dans un registre un peu plus radical, Narendra Modi a donné son accord à l’introduction d’un système de surveillance électronique des heures de travail des fonctionnaires. Ceux-ci ayant, parmi la population indienne, la réputation d’être fainéants, tout un chacun peut dorénavant se connecter à tout moment sur un site internet pour avoir une idée, en temps réel, du nombre de fonctionnaires réellement à leur poste. Ce système, développé en marge de l’introduction des cartes d’identité biométriques, est si précis que les utilisateurs peuvent également  consulter les fiches de présences d’un fonctionnaire en particulier. Jusqu’à 100 000 fonctionnaires participeront finalement à un plan qui, selon nous, devrait in fine bénéficier aux entreprises indiennes, en accélérant leurs tractations avec l’administration.


Un coup de pouce de l’économie

Les débuts prometteurs de Narendra Modi ont été aidés par la reprise de l’économie indienne. Le FMI a récemment relevé ses prévisions de croissance pour le PIB indien de 5,4 à 5,6% et continue de prévoir une accélération de la croissance à 6,4% pour 2015. L’inflation, que le gouvernement précédent avait eu du mal à maîtriser, a fini par se calmer et devrait, selon nous, diminuer plus que ce que les analystes prévoient, ouvrant la voie à une baisse significative des taux d’intérêt. Nous estimons en effet que la banque centrale indienne pourrait, l’année prochaine, être en mesure de baisser les taux d’au moins 200 points de base par rapport à leur niveau actuel de 8%.

La chute récente des prix du pétrole, si elle se maintient, pourrait également profiter à l’économie indienne. Les importations de pétrole brut représentent 36% de la facture totale des importations indiennes, et des études ont montré que chaque baisse de 10% du prix du brut a pour conséquence de faire gagner jusqu’à 0,25% de croissance, tout en réduisant le déficit courant du pays de 0,5% et son déficit budgétaire de 0,2% Plus important pour les prévisions de taux d’intérêt, cela pourrait aider à faire baisser l’inflation d’environ 0,8 à 1%. Avec le prix du pétrole en baisse de près de 25% depuis son pic de mi-juin, les implications sont claires.


Pas de répit pour les réformes

Pour soutenir la reprise indienne, il est selon nous important que le Premier Ministre fasse passer des réformes, telles que l’introduction d’une taxe sur les biens et services, et le plus tôt sera le mieux. En attendant, nous avons bon espoir que les changements qu’il met en place aujourd’hui dans le processus de planification du pays jettent les bases qui rendront possible la réalisation des grands projets d’infrastructure qu’il a promis, notamment l’établissement de corridors dédiés au fret et à l’industrie et la création de 100 nouvelles villes « intelligentes ».

Dans ce contexte, nous sommes selon nous dans une situation inhabituelle où l’économie indienne se porte bien et ce dans tous les secteurs. Les exportateurs, qu’il s’agisse de services informatiques ou de produits manufacturés, profitent encore de la baisse de la roupie de l’année dernière. Les dépenses domestiques montrent des signes de retournement, avec les ventes de voitures et de deux-roues qui ont considérablement augmenté depuis deux mois. Certains des grands projets d’infrastructure qui avaient été mis de côté au moment des élections n’ont pas encore été remis en route mais nous sommes confiants sur le fait qu’ils le seront bientôt. Parmi nos secteurs de prédilection se trouvent actuellement le secteur financier, les biens de consommation et dans une moindre mesure les valeurs technologiques. D’une manière générale, le marché actions indien devrait être stimulé d’ici peu par un regain d’intérêt de la part des investisseurs domestiques, dont l’attrait pour l’or et l’immobilier s’est émoussé à mesure que le prix du métal précieux a chuté et que la croissance des prix du marché immobilier s’est calmé.

Bien que nous restions confiants quant aux perspectives des actions indiennes, il faut garder en tête que l’Inde n’est pas isolée et est susceptible d’être touchée par les tendances qui ont cours sur les marchés émergents mondiaux. L’économie indienne est, selon nous, basée sur des fondamentaux suffisamment différents des autres économies émergentes comme la Chine, la Russie ou le Brésil pour maîtriser toute menace de contagion économique. Cependant, si pour une raison ou une autre, les investisseurs décidaient soudainement de se retirer des marchés émergents dans leur globalité, les actions indiennes n’en sortiraient très probablement pas indemnes.

Plus d’informations : www.jupiteronline.com

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...