Connexion
/ Inscription
Mon espace

« Les investisseurs boursiers sont dans l’illusion monétaire ! »

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Bien que Mario Draghi n’ait pas fait d’annonce exceptionnelle quant aux mesures de rachats d’actifs de la BCE, le discours du banquier central est riche d’enseignements. Pour Daniel Gérino, Directeur de la gestion et Président de Carlton Sélection, « la banque centrale semble avoir utilisé toute la marge de manœuvre monétaire qu’il lui était possible d’exploiter ».

Le Gouverneur de la BCE n’a pas donné d’indication quantitative sur le volume des achats d’actifs. Il s’est contenté de donner quelques modalités techniques, notamment sur le calendrier des achats d’ABS (en lien étroit avec le calendrier de l’AQR) et d’obligations sécurisées, des programmes qui s’étaleront sur les deux années à venir. « L’absence de nouveauté concernant les achats d’actifs a fortement déçu les marchés financiers. Mais le fait que Mario Draghi n’ait pas été plus loin dans la logique de rachats d’actifs prouve que l’institution ne peut pas faire beaucoup plus. La BCE est tout de même la seule banque centrale qui soit allée aussi loin dans la baisse de ses taux, pour favoriser des conditions de financement ultra accommodantes aux agents économiques » constate Daniel Gérino.

Mario Draghi place désormais les Etats européens devant leurs responsabilités, pour restaurer la compétitivité économique de l’Union monétaire. « Le discours est lourd de sens. Pour la première fois, Mario Draghi a incité ouvertement les pays qui disposent de marge de manœuvre budgétaire suffisante à accélérer leurs initiatives, pour libérer de la croissance économique. Il s’agit là de l’Allemagne, invitée à jouer un rôle moteur à l’échelle de l’Europe. Cela passe notamment par une politique de revalorisation salariale Outre-Rhin, afin d’insuffler davantage de demande, et in fine, générer plus d’inflation » analyse Daniel Gérino. « Ces recommandations vis-à-vis des décideurs allemands montrent que la BCE s’est affranchie de la Bundesbank, pendant le mandat de Mario Draghi. La possibilité pour la banque centrale d’acheter des actifs grecs, chypriotes ou portugais - des mesures auxquelles la Bundesbank n’était pas favorable - en témoigne » ajoute-t-il.

Parallèlement, la BCE souhaite aussi voir d’autres pays dont la situation budgétaire est moins favorable, mettre en œuvre les réformes structurelles nécessaires. « Mario Draghi a encouragé la France à aller au bout de ses réformes. La BCE semble préoccupée par la situation budgétaire française ».

Enfin, Daniel Gérino estime que la grande déception des marchés consécutive à la réunion de la BCE, résulte d’une lecture erronée de la part des investisseurs. « Il est illusoire de penser que plus de quantitative easing, plus de liquidités, va solder le problème de l’inflation et de la croissance en Europe. Ces mesures peuvent satisfaire les investisseurs boursiers à court terme, mais ne constituent pas des catalyseurs structurels de croissance. On a pu constater que ces liquidités n’atteignaient pas le circuit de l’économie réelle. En revanche, elles peuvent contribuer à créer des bulles sur certains segments de marché » déplore Daniel Gérino. « Aujourd’hui, les agents économiques européens ont surtout besoin d’un choc de confiance. La seule action de la BCE ne suffira pas à l’impulser, l’initiative politique doit prendre le relai comme l’a expliqué avec réalisme Mario Draghi » conclut-il.

http://www.carltonselection.fr/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Nouveau rapport des PRI sur l'investissement responsable dans la dette privée

Les Principes pour l'investissement responsable (PRI) publient « Spotlight on Responsible Investment in Private Debt », un nouveau rapport dont l'objectif est de fournir des grandes lignes directrices et des études de cas sur les meilleures pratiques en termes de mise en œuvre de l'investissement responsable dans le domaine de la dette privée.  Récemment considérée comme une classe d'actifs à part entière, la dette privée recouvre un large éventail de stratégies d'investissement. Parmi les 50...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....