Connexion
/ Inscription
Mon espace

Mario Draghi tempère les attentes des investisseurs quant à l’expansion du bilan de la BCE

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

La BCE vient de préciser le calendrier de son programme de rachats d’actifs, sans en dévoiler le volume. Mario Draghi semble vouloir temporiser et souhaite évaluer les résultats du T-LTRO et des achats d’ABS, avant d’intensifier les mesures d’assouplissement quantitatif.

Emmanuel Petit, Directeur de la Gestion Obligataire chez Rothschild & Cie Gestion estime que « la BCE s’est montrée plus frileuse par rapport à ses deux réunions précédentes ».
Mario Draghi a simplement précisé que les programmes de rachats d’actifs de la BCE s’étaleront sur au moins deux ans : les achats d’actifs titrisés (ABS - Asset Backed Securities) débuteront d’ici la fin d’année, tandis que les achats d’obligations sécurisées seront lancés dès ce mois-ci. « Les investisseurs sont quelque peu déçus. Ils anticipaient un objectif de 1 000 Mds€ d’actifs au bilan de la BCE. Aucun signe en ce sens n’a été adressé par la BCE. Mario Draghi a préféré s’affranchir de ces anticipations pour recentrer l’attention sur les objectifs d’inflation ».

La capacité de la BCE à influencer significativement le taux d’inflation reste incertaine. « Le but de la BCE est de sortir durablement la zone euro de la spirale désinflationniste. Or, l’inflation implicite demeure à un point bas. L’inflation à 5 ans dans 5 ans reste figée dans une fourchette encore trop faible, autour de 1,9% en zone euro. Jusqu’ici les efforts de la BCE n’ont pas permis d’empêcher l’érosion de l’inflation anticipée, même au sein de pays comme l’Allemagne ».

Parmi les freins à l’inflation, le chômage est un facteur de premier plan. « Le taux de chômage élevé continue de peser sur l’indice des prix à la consommation. On constate une corrélation sensible entre le regain du taux de chômage en zone euro depuis 2012 et la baisse du CPI ». Néanmoins, certaines composantes qui ont pesé sur l’inflation récemment, comme les prix alimentaires ou énergétiques, pourraient jouer positivement dans les mois à venir.

Les nouvelles annonces de la BCE devraient inviter les investisseurs à la prudence. « A court-moyen terme, le marché obligataire va probablement entrer dans une phase d’attente. La BCE est en position de ‘wait & see’, ce qui diffère l’appréciation des primes de risque obligataires. Les investisseurs vont attendre d’avoir davantage d’indications macroéconomiques et monétaires, en particulier sur l’élargissement du quantitative easing à d’autres actifs obligataires que les ABS, avant d’exposer leur portefeuille » conclut-il.

https://www.rothschildgestion.fr/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...