Connexion
/ Inscription
Mon espace

Mario Draghi tempère les attentes des investisseurs quant à l’expansion du bilan de la BCE

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

La BCE vient de préciser le calendrier de son programme de rachats d’actifs, sans en dévoiler le volume. Mario Draghi semble vouloir temporiser et souhaite évaluer les résultats du T-LTRO et des achats d’ABS, avant d’intensifier les mesures d’assouplissement quantitatif.

Emmanuel Petit, Directeur de la Gestion Obligataire chez Rothschild & Cie Gestion estime que « la BCE s’est montrée plus frileuse par rapport à ses deux réunions précédentes ».
Mario Draghi a simplement précisé que les programmes de rachats d’actifs de la BCE s’étaleront sur au moins deux ans : les achats d’actifs titrisés (ABS - Asset Backed Securities) débuteront d’ici la fin d’année, tandis que les achats d’obligations sécurisées seront lancés dès ce mois-ci. « Les investisseurs sont quelque peu déçus. Ils anticipaient un objectif de 1 000 Mds€ d’actifs au bilan de la BCE. Aucun signe en ce sens n’a été adressé par la BCE. Mario Draghi a préféré s’affranchir de ces anticipations pour recentrer l’attention sur les objectifs d’inflation ».

La capacité de la BCE à influencer significativement le taux d’inflation reste incertaine. « Le but de la BCE est de sortir durablement la zone euro de la spirale désinflationniste. Or, l’inflation implicite demeure à un point bas. L’inflation à 5 ans dans 5 ans reste figée dans une fourchette encore trop faible, autour de 1,9% en zone euro. Jusqu’ici les efforts de la BCE n’ont pas permis d’empêcher l’érosion de l’inflation anticipée, même au sein de pays comme l’Allemagne ».

Parmi les freins à l’inflation, le chômage est un facteur de premier plan. « Le taux de chômage élevé continue de peser sur l’indice des prix à la consommation. On constate une corrélation sensible entre le regain du taux de chômage en zone euro depuis 2012 et la baisse du CPI ». Néanmoins, certaines composantes qui ont pesé sur l’inflation récemment, comme les prix alimentaires ou énergétiques, pourraient jouer positivement dans les mois à venir.

Les nouvelles annonces de la BCE devraient inviter les investisseurs à la prudence. « A court-moyen terme, le marché obligataire va probablement entrer dans une phase d’attente. La BCE est en position de ‘wait & see’, ce qui diffère l’appréciation des primes de risque obligataires. Les investisseurs vont attendre d’avoir davantage d’indications macroéconomiques et monétaires, en particulier sur l’élargissement du quantitative easing à d’autres actifs obligataires que les ABS, avant d’exposer leur portefeuille » conclut-il.

https://www.rothschildgestion.fr/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants s'attendent à un bon millésime boursier 2019 Comme soulagés par le rebond des marchés de début d'année, les gestionnaires d'actifs financiers redoublent d'ardeur dans la diffusion de commentaires de marché et de prises de position. D'où il ressort que la politique et les banques centrales mènent le bal. L'ambiance est plutôt à l'optimisme. Reflation financière La Réserve fédérale américaine a donné un nouveau coup de pouce à l'humeur du marché en annonçant son intention de freiner...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Nouveau rapport des PRI sur l'investissement responsable dans la dette privée

Les Principes pour l'investissement responsable (PRI) publient « Spotlight on Responsible Investment in Private Debt », un nouveau rapport dont l'objectif est de fournir des grandes lignes directrices et des études de cas sur les meilleures pratiques en termes de mise en œuvre de l'investissement responsable dans le domaine de la dette privée.  Récemment considérée comme une classe d'actifs à part entière, la dette privée recouvre un large éventail de stratégies d'investissement. Parmi les 50...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Que réserve 2019 en matière d'investissement responsable ?

L'intérêt des investisseurs pour l'informatique en nuage, l'apprentissage automatique et le potentiel encore relativement peu exploité de la science des données s'accroît rapidement. Dans un secteur sujet à de profonds changements, la science des données est, grâce aux possibilités qu'elle offre et aux efficiences qu'elle génère, à même de jouer un rôle important. Un commentaire d'Iain Richards, Head of Governance & Responsible Investment chez Columbia Threadneedle Investments Tandis que...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les problèmes qui ont fait chuter les marchés financiers en 2018 n'ont pas disparu d'un coup de baguette magique ! La récession n'est pas au coin de la rue et les indices ont plus baissé que les révisions de résultats des entreprises. Mais l'appétit pour le risque a du mal à se frayer un chemin dans un environnement manquant de visibilité. Luca Paolini, économiste en chef chez Pictet Asset Management, rappelle qu'il est généralement judicieux de se prémunir contre le risque d'événements...