Connexion
/ Inscription
Mon espace

Le tryptique pétrole, croissance et déflation

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Une note de Christopher Dembik, économiste chez Saxo Banque

Tout indique que la dépréciation des prix du baril va se poursuivre dans les prochains mois sous l’effet de la conjonction d’une baisse de la demande mondiale et d’un reflux du risque géopolitique. La prime de risque liée aux évènements de l’été dans le croissant mésopotamien et en Europe de l’Est n’est désormais plus intégrée dans les cours, le marché se tournant maintenant vers les indicateurs macroéconomiques, notamment en Chine et outre-Atlantique.

Bien que la reprise de l’activité soit indéniable, de nombreuses zones de stagnation subsistent, au premier rang desquelles la zone euro. On aurait pu croire que la demande de pétrole soit soutenue dans un premier temps par les bonnes perspectives de croissance américaine pour 2014 et 2015 mais c’est sans compter le fait que les Etats-Unis soient devenus exportateurs nets de pétrole à la faveur de lourds investissements à la fois dans le pétrole conventionnel mais surtout non conventionnel.

Du point de vue de l’OPEP, il parait improbable que l’organisation commence à s’inquiéter du niveau des prix tant qu’ils sont au-dessus des 80 – 85 USD le baril. C’est  la zone à ne pas franchir pour ne pas nuire au développement économique des membres du cartel. D’ici là, tout au plus, peut-on s’attendre à un léger ajustement  à la baisse de la production dans les prochains mois, en particulier de l’Arabie Saoudite, pour faire face à cette nouvelle donne. Pour l’instant, à en juger par leurs derniers commentaires, les principaux représentants de l’OPEP ne croient pas à un mouvement de reflux durable.

Ce repli des prix du baril constitue en tout cas une véritable opportunité pour renforcer la croissance. Depuis 2011, les économies mondiales se sont habituées à un prix du baril autour des 110 dollars, pénalisant souvent la sortie de crise. Une dépréciation durable de l’ordre de 15 à 20% serait une véritable bouffée d’air frais pour de nombreux pays et permettrait de retrouver une marge de manœuvre significative. En revanche, la baisse des prix de l’énergie, si elle est pérenne, va entretenir les craintes de déflation et souvent mettre en difficulté la politique monétaire, en particulier dans la zone euro, qui est souvent seule apte à lutter contre ce risque. C’est le revers de la médaille.

http://fr.saxobank.com/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...