Connexion
/ Inscription
Mon espace

Près de deux tiers des fonds actifs d’actions françaises ont sous-performé en 2013

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

S&P Dow Jones Indices a élaboré pour la première fois une étude approfondie visant à mesurer le rendement des fonds d’actions européens gérés activement par rapport à leur indice S&P de référence sur des horizons d’investissement de 1, 3 et 5 ans. 

Points-Clés de cette étude

- La performance à long terme des fonds actifs investis en actions françaises, européennes et de la zone euro est inférieure à celle des indices de référence

- Les gérants actifs qui investissent sur les marchés émergents ne sont pas parvenus à profiter de la volatilité accrue et de la grande dispersion des rendements pour dégager une surperformance relative

- Plus de 60% des fonds qui investissent sur le marché actions américains ont dégagé des rendements inférieurs au S&P 500 sur l’année 2013

Le marché des actions françaises a enregistré un net rebond en 2013, comme en témoigne l’évolution de l’indice S&P France BMI, en hausse de 24,29% sur l’année 2013. Au cours de la même période, 67,80% des fonds actifs français ont sous-performé l’indice.

La tendance est la même au niveau européen, selon le tableau de bord S&P Indices Versus Active Funds (SPIVA)-Europe. Ces marchés ont progressé dans l’ensemble de 20,97%, selon l’indice S&P Europe 350, et 60,69% des fonds actifs libellés en euros qui investissent sur les marchés actions européens ont sous-performé le benchmark. D’autre part, plus des 3/4 des fonds qui investissent uniquement dans les actions des marchés de la zone Euro ne sont pas parvenus à égaler le rendement de l’indice de référence.

La performance à long terme des fonds actifs investis en actions françaises, européennes et de la zone euro est défavorable : plus de 66% des fonds d’actions françaises, 63% des fonds d’actions européennes et près de 66% des fonds d’actions de la zone Euro ont enregistré des performances inférieures à celles de leur indice de référence au cours des cinq années considérées.

Les résultats pour les actions internationales ne laissent pas de place au doute : parmi toutes les catégories étudiées, les fonds actifs ont dégagé des rendements inférieurs à leur indice de référence. La tendance est la même pour les différents horizons temporels.

Les gérants de fonds n’ont pas su profiter de la volatilité des marchés émergents : 70,52% des fonds ont dégagé un rendement inférieur à celui de l’indice de référence. On considère généralement que sur des marchés moins efficients tels que les marchés actions des pays émergents, la gestion active s’avère plus efficace du fait de sa capacité à tirer profit des erreurs de valorisation par le marché. Les résultats pour les fonds émergents contredisent cette idée reçue, car la grande majorité des fonds a sous-performé l’indice de référence au cours des trois périodes, quelle que soit la monnaie dans laquelle ils sont libellés.

Contrairement aux marchés actions des pays émergents, l’année 2013 a été une année faste pour les actions américaines qui ont enregistré des gains records. Toutefois, plus de 60% des fonds d’actions américaines ne sont pas parvenus à dégager des rendements supérieurs au S&P 500. Pour les horizons de moyen à long terme, les résultats montrent que les fonds actifs ont largement sous-performé l’indice.

Indépendamment de la manière dont le calcul est effectué, le rendement des fonds sur cinq ans montre que pour la plupart des catégories, la taille du fonds revêt une certaine importance. Les « Asset Weighted Returns » sont supérieurs pour toutes les catégories, à l’exception des fonds qui investissent sur les marchés actions français et américains.

Les fonds disparaissent à une vitesse considérable : la volatilité des marchés d’actions européens au cours de ces cinq dernières années a entraîné la fusion ou la liquidation de près de 30 % des fonds d’actions européens et mondiaux/internationaux.

www.spdji.com

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...

ER - Acteurs du secteur financier
ABONNES
[Les entretiens d'Esteval] Bruno Colmant, Degroof Petercam

« Nous devons retrouver une économie solidaire et basée sur l'intérêt général » Débats télévisés, émissions de radio, couvertures de presse : le livre de dialogue entre Bruno Colmant, chef économiste de Degroot Petercam, et le prêtre Eric de Beukelaer, ancien proche collaborateur du cardinal Lustiger à Rome, fait un carton en Belgique (1). Il est vrai que leur conversation aborde des sujets qui nous concernent tous, au croisement de la morale et de l'économie. « Le capitalisme anglo-saxon...

ER - Patrimoine et placements
ABONNES
[Abonnés] Notre sélection de fonds de boutiques

Notre liste de fonds de boutiques victime du krach larvé sur les petites et moyennes valeurs Depuis le 4 juillet, notre liste de fonds de boutiques a reculé de 14,8 %. C'est la première fois qu'un repli aussi important est enregistré entre deux mises à jour. Les carnets d'ordres à la vente sur les petites et moyennes valeurs ont été très étoffés. Il s'agit d'un krach larvé. Il faut désormais voir au-delà de la vallée. Heureusement, personne n'investit en actions à trois mois… Les meilleurs...