Connexion
/ Inscription
Mon espace

Bourse Indienne : potentiel de hausse encore important

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Le nouveau gouvernement indien a présenté son premier budget la semaine dernière. Il ne s’agit pas seulement de grandes annonces, même les plus petites, qui sont généralement passées sous silence car négatives, sont cette fois positives.

Analyse d’Avinash Vazirani, gérant du fonds Jupiter India Select chez Jupiter AM.


Etonnamment, même les annonces en petits caractères sont positives.

Le premier budget du nouveau gouvernement est, selon nous, extrêmement positif. Jusqu’à présent, on nous avait habitués à nous jeter de la poudre aux yeux avec de grandes annonces très séduisantes pour mieux passer sous silence les annonces un peu moins reluisantes. Cette fois, les plus petites sont elles aussi impressionnantes et nous sommes très optimistes quant à ce que le Ministre des Finances essaye de mettre en place.  Selon nous, l’engagement le plus remarquable est d’avoir conservé un objectif de déficit budgétaire de 4,1%. Le gouvernement aurait pu vouloir conserver une marge de manœuvre pour le reste de l’année en abaissant cet objectif à 4,4% voire à 4,5%, mais le fait qu’il reste campé sur ses positions est une déclaration d’intention vraiment significative. Pour nous, cela veut dire que le gouvernement va continuer à brider ses émissions, ce qui est une bonne nouvelle pour les taux d’intérêts à moyen terme. Selon nous, le marché est un peu lent à réagir sur ce sujet, mais un examen plus minutieux des implications de cette annonce en temps utile révèlera à quel point cela est positif.

Les annonces relatives aux ménages sont particulièrement encourageantes, car elles démontrent une détermination à rompre avec l’habitude de dépendre du soutien financier de l’Etat. A la place, le plafond de l’exonération fiscale de l’épargne a été fortement relevé, de même que les intérêts déductibles des prêts immobiliers. La combinaison de ces deux éléments permet de réduire de 1% les taux immobiliers. Selon nous, cela devrait avoir des répercussions très positives sur les secteurs de la  construction, du ciment et sur les industries connexes.

 

Toujours pas  de calendrier pour la GST

Sans doute la plus grosse déception de ce budget est liée à l’instauration de la taxe sur les biens et services (GST pour goods and services tax) dans tous les états. Le gouvernement s’était engagé à faire passer cette loi mais nous sommes toujours en attente de clarification sur le calendrier. La question des subventions a été largement esquivée, du moins les détails de celles-ci, mais cela est peut-être dû au fait que la mousson a été faible. Le gouvernement ne peut pas se permettre d’être celui qui réduira les fonds alloués à des programmes comme celui du National Rural Employment Guarantee Act à un moment où les perspectives pour la population pauvre et rurale du pays sont potentiellement sombres.

 

Une hausse possible des marchés malgré les gains récents

Avec des valorisations à peine au-dessus de la moyenne sur 10 ans, une économie au point bas de son cycle actuel et un arsenal impressionnant de mesures positives dues à ce nouveau gouvernement et à son budget, il y a selon nous un potentiel de hausse important sur le marché des actions indiennes  à moyen et long termes et ce, en dépit des gains importants déjà réalisés cette année. Les bénéfices devraient augmenter, les fonds internationaux sont relativement sous investis sur l’Inde et une étude récemment publiée par la Bank of India montrait que les actifs financiers domestiques n’ont pas représenté depuis 1969 un aussi faible pourcentage de l’épargne totale des ménages. Nous pensons que le fonds est bien positionné pour profiter de tous les changements induits par ce budget, qui devrait soutenir efficacement l’investissement en Inde dans les mois à venir.

Plus d’informations : www.jupiteronline.com.

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...