Connexion
/ Inscription
Mon espace

Les marchés boursiers patinent !

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Par Judith Danan, Head of Sales Trading de CMC Markets France

Séquence morose pour les places boursières européennes. Les indices ne progressent plus depuis quelques séances, dans des volumes d’échanges relativement faibles (autour de 3 Mds€ par séance sur le Cac 40). La correction des marchés - l’indice Eurostoxx50 a concédé -2,25% sur les cinq dernières séances - s’explique par des statistiques macroéconomiques contrastées.

Aux Etats-Unis, les dépenses de consommation des ménages ont déçu, avec une progression de 0,2% au mois de mai contre 0,4% attendu. Les inscriptions hebdomadaires au chômage ont diminué moins fortement que prévu, avec un reflux de 2 000 inscriptions (à 312 000) contre 5 000 espéré.

En Europe, la France est pénalisée par un taux de chômage toujours élevé, à un peu plus de 10%.

En revanche, l’Espagne et le Royaume-Uni se sont distingués par des chiffres encourageants, avec respectivement, une progression de 1% des ventes de détail en mai et de 0,8% du PIB en mai.

Les investisseurs ont également réagi négativement aux propos de James Bullard, membre de la Réserve Fédérale, qui a apporté quelques précisions, jeudi dernier, sur le probable calendrier du resserrement monétaire américain. Selon lui, La FED devrait vraisemblablement remonter ses principaux taux directeurs au premier trimestre 2015. Cette hausse de taux fait craindre aux investisseurs une moindre rentabilité des actions, dont le couple rendement/risque restait bien plus avantageux ces dernières années que celui des classes d’actifs réputées « sans risque », comme les produits monétaires ou obligataires.


La remontée des taux directeurs aux Etats-Unis n’est pas un facteur de risque

La réaction quasi immédiate des marchés aux propos de James Bullard a été disproportionnée. La perspective d’une normalisation de l’environnement monétaire est légitime et inévitable, les marchés boursiers semblent tout à fait préparés au changement de cap de la banque centrale américaine. Même si quelques indicateurs récents ont pu décevoir, globalement, l’économie américaine reste bien orientée et l’inflation se rapproche de l’objectif de 2% de la FED. N’oublions pas que Janet Yellen, Présidente de la banque centrale, et son prédécesseur, Ben Bernanke, ont fait en sorte de préparer au mieux le resserrement monétaire pour que son impact soit le moins déstabilisant possible, tant pour les marchés actions que pour les taux longs. La diminution du « quantitative easing » s’est faite en douceur, mois après mois, tandis que le rehaussement des taux devrait se réaliser par palier, avec des augmentations de quelques dizaines de points de base seulement et séquencées dans le temps.

La stagnation des marchés actions depuis le début du mois de juin, avec une certaine recrudescence de la volatilité, offre des points d’entrée aux investisseurs pour réexposer une partie de leur portefeuille à certaines valeurs dont les cours sont attractifs. C’est le cas en Europe, où les titres des secteurs financiers et cycliques présentent encore un fort potentiel de rattrapage. Entre la rationalisation des bilans des entreprises, de leurs structures de coûts et de leurs activités, et la politique plus accommodante de la BCE, le scénario haussier est à privilégier à moyen-long terme.

www.cmcmarkets.fr/

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Les conséquences du Brexit pour le secteur financier français et européen

Extrait du discours de François Villeroy de Galhau, Gouverneur de la Banque de France et Président de l'ACPR. Mesdames et Messieurs, … Je salue l'accord qui a été trouvé la semaine dernière entre les négociateurs européens et britanniques et nous espérons tous que celui-ci franchira les prochaines étapes jusqu'à sa finalisation. Mais dans un contexte encore incertain, la prudence s'impose : même si nous ne la souhaitons pas, nous devons aussi nous préparer à faire face à une situation...