Connexion
/ Inscription
Mon espace

Vers une accélération de la croissance en Inde après les élections ?

ER - Analyses de marchés
ABONNÉS

Une analyse d’Ajay Argal, gérant duBaring India Fund

Les pays émergents font preuve de leurs différences et notamment l’Inde, dont la bourse vient d’enregistrer une hausse de 8,4% en $ au cours du premier trimestre 2014 (indice MSCI India 10/40) alors que les émergents globaux ont cédé 0,4% sur la même période.

La hausse de la bourse indienne s’explique d’abord par les élections du mois de mai, l’actuelle opposition favorable aux affaires étant donnée gagnante. Sur fond de volatilité, nous sommes néanmoins prudents. Après les élections, il faudra encore attendre la composition du gouvernement et juger de sa capacité à réformer. Aussi, nous tablons effectivement sur un renforcement de l’activité en Inde, mais sans doute plutôt pour la deuxième partie de l’année.

Les comptes courants indiens se sont améliorés et nous pensons que le pays se montrera résilient au changement de politique monétaire de la Fed. Alors que le déficit avait atteint 6,5% du PIB en 2012, il a été réduit à 0,9% au dernier trimestre 2013, niveau le plus bas depuis quatre ans, et ce notamment grâce au renforcement des exportations, à la taxation des importations d’or et à la hausse de l’épargne, publique comme privée.

La roupie est stable et ne nous semble pas surévaluée. Après avoir baissé de 12,9% en 2013 face au dollar, elle s’est appréciée de 3,4% depuis le début de l’année. A ceci s’ajoute la prudence de la Banque Centrale Indienne qui a permis de réduire l’inflation à 8,1% en février, niveau le plus bas depuis deux ans.

En 2013, nombre de multinationales comme Unilever, GlaxoSmithKline, Heineken, et Diageo ont renforcé leurs participations dans leurs filiales indiennes et certaines sociétés sont prêtes à verser des primes élevées pour ces transactions. Cette tendance est positive. Elle souligne l’intérêt des grandes sociétés pour le marché indien et leur engagement à long terme à s’y renforcer. En dépit d’une certaine volatilité à court terme, le pays présente des opportunités porteuses à long terme.

Sur le plan économique, les bénéfices des entreprises s’améliorent. Après plusieurs trimestres de ralentissement et quel que soit le résultat des élections, nous pensons que cette reprise sera progressive. Les réformes adoptées par le gouvernement actuel pourraient stimuler les investissements. Elles ont déjà permis des améliorations pour l’exploration pétrolière et les grands projets d’investissement, l’aviation civile, les investissements directs étrangers…

Ajay Argal conclut : « Notre stratégie d’investissement favorise les secteurs sensibles à l’économie : l’industrie, la consommation durable et les finances. Nous pensons que les financières profiteront de l’accélération de la croissance que nous attendons d’ici la fin de l’année.

Nous favorisons les banques privées et pourrions-nous renforcer sur les banques publiques en fonction du résultat des élections. Nous sommes également positifs sur les médias qui bénéficient des progrès de numérisation en cours, notamment pour la télévision câblée. Nous restons en revanche sous-pondérés sur la consommation courante comme sur les technologies de l’information qui ont bien performé ces dernières années. Nous favorisons également les valeurs de santé compte tenu des développements attendus dans ce domaine. »

www.barings.com

 

 Comprendre l'économie durable pour s'y investir

 

Lire la suite...


Articles en relation

ER - Analyses de marchés
ABONNES
De la bonne valorisation des entreprises non cotées, par Edulis

« En l'absence de marché organisé et de liquidité suffisante, s'interroge Philippe Lagarde, directeur général d'Edulis (spécialiste de l'accompagnement des PME de croissance et du conseil aux investisseurs), comment valoriser correctement une entreprise non cotée ? » Et de fournir des pistes.   Trois approches Valoriser une PME non cotée implique le suivi de critères objectifs afin de parvenir à un « légitime » équilibre et de fédérer les parties autour d'un projet ou d'une transaction....

ER - Analyses de marchés
ABONNES
[Abonnés] Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les gérants misent… prudemment sur un retour à meilleure fortune   Plus le temps passait, plus les cours de Bourse baissaient. Les petites valeurs françaises, notamment, ont capitulé. C'est un vers de La Fontaine qui revenait à l'esprit : « Ils ne mouraient pas tous, mais tous étaient frappés. » La remontée des taux directeurs américains a sonné le glas de ce qui restait de l'optimisme chez les investisseurs à l'issue d'un exercice – annus horribilis ! – déjà marqué par nombre d'inquiétudes...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Annonces présidentielles : quelles conséquences fiscales et budgétaires ?

Suite à l'intervention télévisée du Président de la République le 10 décembre dernier en réponse aux protestations du mouvement des gilets jaunes, Eric Pichet, Professeur et Directeur du Mastère Spécialisé Patrimoine et Immobilier (IMPI) à KEDGE, analyse les conséquences fiscales et budgétaires de ces annonces. « Les mesures de soutien au pouvoir d'achat des actifs dès le 1er janvier 2019 s'inscrivent dans la droite ligne du projet présidentiel pour faire en sorte que le travail paie sans...

ER - Analyses de marchés
ABONNES
Le point de marché mensuel de Michel Lemosof

Les marchés face à une liquidité réduite et à une volatilité augmentée La direction des marchés ne correspond pas toujours à celle qu'attendent les investisseurs. Avec l'accalmie sur le front de la guerre commerciale sino-américaine, un mieux semblait se dessiner, mais l'arrestation de la directrice financière de Huawei a jeté le trouble. Le groupe chinois serait soupçonné d'avoir enfreint les sanctions américaines contre l'Iran… Des actifs pestiférés « Deux préoccupations majeures se sont...